Q SCOOP – J. Biden s’interroge sur la volonté de Pékin de trouver l’origine du virus et déclare que le dirigeant chinois Xi n’est pas un « vieil ami »


J. Biden s’interroge sur la volonté de Pékin de trouver l’origine du virus et déclare que le dirigeant chinois Xi n’est pas un « vieil ami »

Publié le 19.6.2021 par Cathy He


Le vice-président américain de l'époque, Joe Biden, et le vice-président chinois de l'époque, Xi Jinping, lors d'une réunion bilatérale dans la salle Roosevelt de la Maison-Blanche à Washington, le 14 février 2012 (Chip Somodevilla/Getty Images)

Le vice-président américain de l’époque, Joe Biden, et le vice-président chinois de l’époque, Xi Jinping, lors d’une réunion bilatérale dans la salle Roosevelt de la Maison-Blanche à Washington, le 14 février 2012 (Chip Somodevilla/Getty Images)

Le dirigeant chinois Xi Jinping n’est pas le « vieil ami » du président Joe Biden, selon ce qu’il a déclaré le 16 juin, alors qu’il se questionnait sur la volonté de Pékin d’aider sérieusement à trouver les origines de la pandémie du virus du PCC (Parti communiste chinois).

Interrogé pour savoir s’il allait appeler Xi et lui demander « d’un vieil ami à un autre » d’autoriser de nouveau les enquêteurs de l’Organisation mondiale de la santé, Biden a répondu : « Mettons les choses au clair : nous nous connaissons bien, nous ne sommes pas de vieux amis. C’est purement par affaires. »

Ces remarques semblent s’écarter des commentaires précédents de M. Biden, qui cherchait à mettre en avant ses relations étroites avec M. Xi, cultivées lorsqu’il était vice-président.

Xi était le vice-président de la Chine, et donc l’homologue de Biden à l’époque. Selon M. Biden, les deux hommes ont passé plus de 24 heures en réunions privées et parcouru 17 000 miles ensemble pendant cette période. Lors d’un voyage de Biden à Pékin en 2013, Xi s’est adressé au vice-président de l’époque, comme « mon vieil ami ».

Lors d’une conférence de presse après sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine à Genève, Biden a exprimé son scepticisme quant à la coopération du régime chinois à une enquête sur les origines du virus.

« La Chine essaie très fort de se projeter comme une nation responsable et très, très ouverte, et elle essaie très fort de parler de la façon dont elle aide le monde en termes de Covid-19 et de vaccins », a déclaré le président.

« Écoutez, il y a certaines choses que vous n’avez pas besoin d’expliquer aux gens du monde, ils voient les résultats. La Chine essaie-t-elle vraiment d’aller au fond des choses ? »

En mai, M. Biden a ordonné à ses collaborateurs de trouver des réponses à l’origine du virus responsable du Covid-19, qui a été signalé pour la première fois dans la ville chinoise de Wuhan, et a déclaré que les services de renseignement américains examinaient des théories rivales, y compris la possibilité d’un accident de laboratoire en Chine.

Au début de l’année, une équipe de scientifiques étrangers et chinois réunis par l’OMS, qui a passé deux semaines sur le terrain à Wuhan en février, a conclu dans son rapport que le virus s’était « probablement » transmis des chauves-souris aux humains par l’intermédiaire d’un autre animal, et que la possibilité qu’il se soit échappé d’un laboratoire était « extrêmement improbable ».

Mais le rapport a été largement critiqué, Washington et d’autres gouvernements affirmant que l’étude était « insuffisante et peu concluante ». En outre, Pékin a refusé de fournir à l’équipe les données brutes des premiers cas de Covid-19 et de lui donner accès aux dossiers de l’Institut de virologie de Wuhan, le laboratoire au centre de la théorie de la fuite.

Ces dernières semaines, les États-Unis et leurs alliés ont multiplié les appels à une enquête approfondie sur les origines de la pandémie, tout en accentuant la pression sur Pékin pour qu’il coopère pleinement.

Le 13 juin, les dirigeants du Groupe des sept ont publié une déclaration commune appelant à « une étude de phase 2 sur les origines du Covid-19, organisée par l’OMS, transparente, menée par des experts et fondée sur des données scientifiques, y compris, comme le recommande le rapport des experts, en Chine ».

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré en début de semaine : « Nous devons comprendre ce qui s’est passé. Nous devons aller au fond des choses. Et nous y travaillons par l’intermédiaire de l’OMS. Nous y travaillons également nous-mêmes. »


Source