Q SCOOP – Irlande : « Les 400 000 personnes qui ont reçu une dose d’Astra Zeneca sont averties de ne pas voyager à l’étranger. »


Irish Independent traduction du titre ci-dessous :

Vaccin AstraZeneca : Interdiction de voyager à l’étranger pour 400 000 personnes n’ayant reçu qu’une seule dose de vaccin AstraZeneca

« Les 400 000 personnes qui ont reçu une dose d’Astra Zeneca sont averties de ne pas voyager à l’étranger. »

Le HSE ne prévoit pas la même restriction pour les personnes qui n’ont reçu qu’une seule dose d’autres vaccins.

Plus de 400 000 personnes en attente d’une deuxième dose du vaccin AstraZeneca Covid-19 en Irlande ont été informées que le « bonus vaccinal » ne leur permet pas de voyager à l’étranger.

Publié le 15.6.2021 par Eilish O’Regan


Au Royaume-Uni, nous savons qu’une seule injection d’AstraZeneca ne confère pas le même niveau de protection contre la variante Delta que deux injections », a déclaré Luke O’Neill, professeur de biochimie au TCD.

Plus de 400 000 personnes qui attendent une deuxième dose du vaccin AstraZeneca Covid-19 ont été informées qu’elles ne peuvent pas voyager à l’étranger.

Le « bonus vaccinal » pour les personnes qui ont reçu leur premier vaccin AstraZeneca un mois plus tard n’implique pas de voyage à l’étranger, selon les conseils actualisés du HSE.

Les sexagénaires et un grand nombre de personnes souffrant d’affections sous-jacentes attendent une deuxième dose du vaccin, ce qui prendra au moins huit semaines, mais pourrait être encore plus long pour beaucoup.

Elles peuvent bénéficier du « bonus » du vaccin, avec une dose au bout de 28 jours, ce qui permet de rencontrer certaines personnes à l’intérieur, mais « cela n’inclut pas les voyages à l’étranger ».

En savoir plus
Le certificat numérique européen, qui ouvre la voie aux voyages à l’intérieur du bloc, devrait être opérationnel ici à partir du 19 juillet.

Le HSE ne précise pas la même restriction de voyage pour les personnes ayant reçu une dose des autres vaccins.

Dr Jamie O’Sullivan, maître de recherche au sein du Centre irlandais de biologie vasculaire du RCSI.

Public Health England a précédemment constaté qu’une seule dose de vaccin ne confère qu’une protection de 33 % contre la variante Delta, plus infectieuse, originaire de l’Inde.

Elle a déclaré hier que deux doses du vaccin Pfizer conféraient une protection de 96 %, tandis que le vaccin AstraZeneca en conférait une de 92 %.

Cette décision intervient dans un contexte d’inquiétude face à l’augmentation inévitable de la variante Delta, avec environ 140 cas détectés ici jusqu’à présent. 242 autres cas de coronavirus ont été diagnostiqués hier.

En Grande-Bretagne, la levée de toutes les restrictions restantes, qui devait avoir lieu le 21 juin, a été mise en attente, les cas de Covid-19 atteignant leur plus haut niveau depuis trois mois.

Rien n’indique pour l’instant que la prochaine étape de la sortie du confinement dans ce pays – le retour du commerce en intérieur dans les pubs et les restaurants début juillet – sera reportée par l’équipe nationale d’urgence de santé publique (Nphet) qui se réunira la semaine prochaine.

Luke O’Neill, professeur de biochimie au Trinity College, a conseillé aux personnes qui ont reçu une dose du vaccin d’AstraZeneca de faire attention.

« Nous savons au Royaume-Uni qu’une seule injection d’AstraZeneca ne confère pas le même niveau de protection contre la variante Delta que deux injections, donc je pense que ceux qui ont reçu une injection d’AstraZeneca devront prendre certaines précautions jusqu’à ce qu’ils aient reçu leur deuxième injection », a-t-il déclaré.

« Nous avons de la chance, car il ne semble pas y avoir une grande quantité de la variante Delta, du moins actuellement. L’objectif doit être d’administrer la deuxième injection aux personnes vulnérables – y compris les personnes âgées de plus de 60 ans – aussi rapidement que possible. »

Selon une nouvelle étude publiée hier, la variante Delta est associée à un risque d’hospitalisation environ deux fois plus élevé que la variante Alpha.

Sur la base de données analysées auprès de 5,4 millions de personnes en Écosse, le variant Delta est désormais la forme dominante des cas de Covid-19 dans le pays, dépassant le variant Alpha identifié pour la première fois dans le Kent.

Au cours de la période étudiée – du 1er avril au 6 juin 2021 – il y a eu 19 543 cas et 377 hospitalisations où une variante spécifique de Covid-19 a été confirmée. Quelque 7 723 cas et 134 hospitalisations se sont révélés porteurs du virus Delta.

Dans le même temps, l’interdiction de voyager dans les pays d’Amérique du Sud et d’Afrique considérés comme à haut risque au plus fort de la pandémie va être levée. La ministre de la Justice, Heather Humphreys, va mettre fin aux mesures d’urgence exigeant des passagers de ces régions qu’ils obtiennent un visa pour se rendre en Irlande. Toutefois, les personnes arrivant de ces pays devront se soumettre à une quarantaine obligatoire dans un hôtel.


Source