Q SCOOP – Birmanie : Aung San Suu Kyi à nouveau devant les juges


Birmanie: Aung San Suu Kyi à nouveau devant les juges

Publié le : 24/05/2021 par afp


La nouvelle audience du procès d'Aung San Suu Kyi se déroulera en présence ce 24 mai.
La nouvelle audience du procès d’Aung San Suu Kyi se déroulera en présence ce 24 mai. REUTERS – POOL

En Birmanie, une nouvelle audience du procès d’Aung San Suu Kyi s’est ouverte, ce lundi 24 mai, alors que les tensions montent dans le pays entre l’armée et les opposants au coup d’État.

Les affrontements ont fait plus de 800 morts depuis le 1er février, mais personne n’est en mesure de dire si Aung San Suu Kyi est au courant de la crise que traverse son pays, la dirigeante étant assignée à résidence depuis son arrestation.

C’est d’ailleurs la première fois, depuis le coup d’État en Birmanie, que le procès d’Aung San Suu Kyi se déroule en présentiel. Jusqu’ici, les audiences ont eu lieu en ligne et elles ont été parfois annulées faute de connexion à internet, rapporte notre correspondante, Juliette Verlin. Les forces de sécurité ont été déployées en nombre autour de l’enceinte du tribunal, qui a été mis en place spécialement pour l’occasion juste à côté de son domicile mais aucun média n’a été autorisé à la voir.

Peu avant l’audience, la conseillère d’Etat a « souhaité que son peuple reste en bonne santé » et a affirmé que son parti, la LND (Ligue nationale pour la démocratie) « existera tant que le peuple existera, car elle a été fondée pour le peuple », a rapporté à l’AFP l’avocate Min Min Soe. Une réponse aux menaces proférées par la junte au pouvoir il y a deux jours. Vendredi, la commission électorale nommée par l’armée a annoncé la dissolution de la Ligue nationale pour la démocratie pour fraude électorale. Les militaires continuent donc leur travail de sape des symboles birmans de la démocratie

Aung San Suu Kyi a pu s’entretenir avec ses avocats pendant une demi-heure environ. Les charges qui pèsent contre elle vont de la possession illégale de talkies-walkies au non-respect d’une loi sur les secrets d’État qui pourraient lui valoir quatorze ans de prison, des charges considérées comme absurdes par la population. La stratégie de l’armée est claire : en empêchant Aung San Suu Kyi d’apparaître en public, en faisant durer le procès et en l’accusant de lourdes charges, la junte cherche à fatiguer le peuple, à affaiblir son soutien et à priver la dirigeante de toute vie politique à l’avenir.

Après son audience, la dirigeante de 75 ans a été raccompagnée à son domicile, où elle est en résidence surveillée. La prochaine audience aura lieu le 7 juin.

(et avec AFP)