Q SCOOP – Une journaliste d’Epoch Times attaquée par un homme armé d’une batte de softball à Hong Kong.


Une journaliste d’Epoch Times attaquée par un homme armé d’une batte de softball à Hong Kong

Publié le12.05.2021 par  FRANK FANG


Sarah Liang, journaliste pour l'édition Hong Kong d'Epoch Times, s'adresse au média local devant l'hôpital Queen Elizabeth à Hong Kong, le 11 mai 2021. (Song Pi-lung/The Epoch Times)

Sarah Liang, journaliste pour l’édition Hong Kong d’Epoch Times, s’adresse au média local devant l’hôpital Queen Elizabeth à Hong Kong, le 11 mai 2021. (Song Pi-lung/The Epoch Times)

Une journaliste de l’édition Hong Kong d’Epoch Times a été battue par un homme non identifié armé d’une batte de softball en aluminium le 11 mai, dans une attaque qui aurait été orchestrée par le régime chinois dans sa dernière tentative de réduire au silence les reportages de la publication.

Sarah Liang se trouvait devant son immeuble résidentiel lorsque l’agression a eu lieu mardi midi. L’agresseur lui a asséné plus de dix coups de batte avant de s’enfuir en voiture. L’agression a duré environ une minute et Sarah Liang a eu des contusions aux deux jambes.

Sarah Liang, journaliste pour l’édition Hong Kong d’Epoch Times, montre ses jambes meurtries devant l’hôpital Queen Elizabeth à Hong Kong, le 11 mai 2021. (Song Pi-lung/The Epoch Times)

Cet incident est le dernier d’une série d’attaques contre les établissements et les reporters d’Epoch Times à Hong Kong, attaques soupçonnées d’être organisées par le Parti communiste chinois (PCC) dans le cadre de sa campagne visant à contrecarrer les reportages du journal dans la ville. La publication, l’un des rares médias indépendants de Hong Kong, est connue pour ses reportages sur les luttes politiques intestines, la corruption et les violations des droits de l’homme commises par le régime communiste.

Sarah Liang a été emmenée en ambulance et envoyée à l’hôpital Queen Elizabeth pour y être soignée. Vers 15 heures, heure locale, la police est arrivée à l’hôpital pour recueillir le récit de l’attaque par Sarah Liang. À 18 h 30, heure locale, elle était toujours à l’hôpital.

Sarah Liang, journaliste pour l’édition d’Epoch Times à Hong Kong, se tient devant l’hôpital Queen Elizabeth à Hong Kong, le 11 mai 2021. (Adrian Yu/The Epoch Times)

Un témoin portant le nom de famille Li a déclaré qu’il sortait d’un restaurant voisin lorsqu’il a entendu une femme crier : « Aidez-moi, quelqu’un est en train de me battre ! »

Li a dit qu’il a ensuite vu un grand homme d’une quarantaine d’années portant une batte de softball sauter dans une voiture et s’enfuir. Selon Li, le véhicule de fuite de l’assaillant était une Mercedes-Benz noire portant le numéro d’immatriculation « TV3851 ».

Selon M. Li, la personne à l’origine de l’attaque voulait faire passer un message d’avertissement à Epoch Times pour empêcher le journal de réaliser ses reportages. Il a qualifié l’attaque de brutale et inhumaine, ajoutant qu’il serait prêt à témoigner contre l’agresseur si nécessaire.

S’adressant aux médias locaux à l’extérieur de l’hôpital vers 14 heures, heure locale, Sarah Liang a déclaré que l’attaque était préméditée parce qu’un autre homme avait soudainement commencé à charger vers elle le 8 mai au même endroit où elle a été agressée mardi. Lors de l’incident précédent, l’homme avait fini par s’éloigner après s’être rendu compte que la batte noire cachée sous ses vêtements était tombée au sol pendant qu’il courait.

Mme Liang a appelé la dirigeante de Hong Kong, Carrie Lam, à s’intéresser à son cas, car la sécurité publique dans la ville semble se détériorer. La journaliste a déclaré qu’elle pense que l’agresseur était lié au Parti communiste chinois et que le régime chinois a tenté de l’intimider par la violence.

Mme Liang a également été visée par deux incidents distincts au cours du mois dernier. Le 26 avril, elle a été suivie par un homme non identifié devant une station de métro locale. Deux jours plus tôt, un homme se présentant comme un livreur est entré dans son immeuble résidentiel et a frappé à la porte de son domicile. Sarah n’a pas ouvert sa porte parce que le livreur ne s’est pas identifié.

L’imprimerie de l’édition Hong Kong a également été attaquée par des intrus armés de masses le 12 avril dernier, ce qui a obligé l’entreprise à suspendre ses activités pendant quelques jours. Moins de deux ans auparavant, la même imprimerie a été incendiée par quatre individus masqués. Les agresseurs n’ont pas été retrouvés par la police. Il est largement estimé que le PCC est derrière ces deux attaques.

Sarah Liang, journaliste pour l’édition de Hong Kong d’Epoch Times, montre ses jambes meurtries devant l’hôpital Queen Elizabeth à Hong Kong, le 11 mai 2021. (Song Pi-lung/The Epoch Times)

Guo Jun, directrice d’Epoch Times Hong Kong, a déclaré qu’il ne fait aucun doute que le PCC est derrière l’agression de Sarah Liang. La directrice a appelé la communauté internationale à prêter attention à la sécurité de tous les reporters travaillant à Hong Kong.

L’objectif du PCC avec cette attaque, ainsi que les autres, était de forcer Epoch Times à abandonner ses activités à Hong Kong, a déclaré Mme Guo.

La sécurité du personnel de l’imprimerie du journal est une autre préoccupation. Mme Guo a ajouté que des véhicules et des personnes non identifiées ont été aperçus près de l’établissement récemment.

L’édition en langue chinoise d’Epoch Times a appelé la police de Hong Kong à s’acquitter de son devoir d’enquêter sur toutes les affaires non résolues impliquant le bureau de Hong Kong.

« Nous demandons au grand public de Hong Kong de continuer à soutenir Epoch Times », peut-on lire dans une déclaration du journal.

« Epoch Times ne reculera pas et continuera à fournir une couverture véridique et à protéger Hong Kong. »

Il a également demandé à la communauté internationale d’aider à « empêcher l’escalade de la violence du PCC contre les médias de Hong Kong ».

Des officiers de la police de Hong Kong arrivent à l’hôpital Queen Elizabeth à Hong Kong, le 11 mai 2021. (Song Pi-lung/The Epoch Times)

L’ancienne colonie britannique, autrefois saluée pour ses libertés civiles, a connu une détérioration spectaculaire de la liberté de la presse et d’autres libertés, à mesure que le régime chinois a resserré son emprise sur la ville. En particulier, l’imposition par Pékin d’une loi draconienne sur la sécurité nationale et d’autres mesures au cours de l’année écoulée ont amené les observateurs à dire que Hong Kong ne sera bientôt plus qu’une ville de Chine continentale, ce qui constitue une violation directe de l’engagement pris par Pékin dans le cadre d’un traité international, qui consistait à préserver les libertés et l’autonomie de la ville jusqu’en 2047.

Dans une déclaration publiée sur sa page Facebook, l’Association des journalistes de Hong Kong a condamné les violences commises à l’encontre de Mme Liang et a « exhorté solennellement » la police à traduire rapidement l’agresseur en justice.

« La liberté de la presse est une valeur fondamentale qui fait de Hong Kong un modèle de réussite. Nous ne tolérerons jamais de menaces violentes contre les médias ou les journalistes », a ajouté l’Association.


Source