Q SCOOP – Le Parlement européen approuve une résolution sur des sanctions de grande envergure pour « l’agression russe ».


Vous pensez que tout n’est pas lié, vous avez tort…

« Comment trouver toutes les excuses possibles pour ne pas commercialiser le vaccin Russe Spoutnik V au maximum en Europe et pourquoi l’Union européenne se déchire-t-elle autour de ce vaccin? »

  • Que faire du vaccin russe ? Alors que ce dernier est déjà commandé dans 74 pays, l’Union européenne, elle, semble réticente, tiens pourquoi ? Est-il meilleur ?
  • Ce scepticisme est loin d’être partagé par l’ensemble des 27. Entre la Hongrie, l’Allemagne, la France et la Pologne, les visions diffèrent.  Les Russes se sont déclarés en capacité de fournir des vaccins à 50 millions d’Européens à partir de juin, après que l’Agence européenne des médicaments (EMA) a commencé l’examen du vaccin Spoutnik V, le 3 mars.
  • Pourquoi l’Europe est-elle si divisée sur le vaccin russe ? Une position qui diffère de celle de la chancelière allemande Angela Merkel, favorable au vaccin russe, dans un pays particulièrement touché par la seconde vague. Le 19 mars, elle a même prévenu qu’en cas de non-commande européenne malgré une validation de l’EMA, l’Allemagne pourrait passer sa propre commande en solitaire.

Publié le 30.4.2021 par TYLER DURDEN


Eh bien voici la solution !!!

Le Parlement européen approuve une résolution sur des sanctions de grande envergure pour « l’agression russe ».

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution qui appelle à des sanctions européennes de grande envergure sur un certain nombre de fronts contre la Russie, et qui vise notamment à exiger une interdiction d’accès de la Russie au système de paiement SWIFT en cas d’action future contre la souveraineté de l’Ukraine.

Le Parlement européen « exige que l’UE réduise sa dépendance à l’égard de l’énergie russe, et demande instamment aux institutions de l’UE et à tous les États membres, par conséquent, d’empêcher l’achèvement du gazoduc Nord Stream 2 et d’exiger l’arrêt de la construction des centrales nucléaires controversées construites par Rosatom », indique la résolution désormais approuvée.

569 membres du Parlement européen ont voté pour l’approbation de la résolution, tandis que 67 se sont prononcés contre son adoption. Comme nous l’avons expliqué précédemment, il s’agit d’une mesure « préventive » et menaçante dans l’éventualité d’un scénario futur d’un nouveau renforcement majeur des troupes russes en Crimée et le long de la frontière ukrainienne, comme cela s’est produit le mois dernier.

« Si le renforcement militaire devait conduire à une invasion de l’Ukraine par la Russie, l’UE doit clairement indiquer que les conséquences d’une telle violation du droit et des normes internationales seraient sévères, ont convenu les députés, selon un communiqué de presse du Parlement européen. « Un tel scénario doit entraîner un arrêt immédiat des importations européennes de pétrole et de gaz en provenance de Russie, l’exclusion de la Russie du système de paiement SWIFT et le gel des avoirs et l’annulation des visas pour l’Europe de tous les oligarques liés aux autorités russes. »

Il a en outre souligné que les États membres de l’UE ne doivent plus être « des lieux d’accueil pour les richesses et les investissements russes d’origine incertaine » ainsi que « les investissements stratégiques du Kremlin au sein de l’UE à des fins de subversion. »

Inutile de dire que si l’on mettait à exécution ces menaces officielles d' »exiger » une action immédiate de l’UE face à l' »agression russe », ce serait la guerre économique et diplomatique totale, voire pire.

Auparavant, le Kremlin avait prévenu qu’une mesure aussi radicale que la coupure de la Russie de SWIFT serait en effet considérée comme un « acte de guerre », mais c’est précisément ce que les responsables de Kiev cherchent à faire pression sur Bruxelles.


Source