Q INFOS – Message du General M. Flynn sur les Fake news concernant Sidney Powell.


Message de GenFlynn : « Réponse aux attaques des Fake News contre Mme Sidney Powell »

« Diffusez largement s’il vous plaît… merci. »


RÉACTION SUR LES FAKES-NEWS-ATTAQUES SUR SIDNEY POWELL

LIBERTÉ D’EXPRESSION

  • Ce procès en diffamation est une nouvelle tentative de faire taire les critiques et les citoyens qui veulent enquêter sur la fraude électorale. Les déclarations diffamatoires de Dominion sont en fait protégées par le premier amendement car elles traitent de questions d’intérêt public, à savoir l’intégrité des élections. Les faux médias d’information et leurs alliés font des déclarations indéfendables parce que leurs arguments ne reposent ni sur les faits ni sur la loi pour tenir dans une salle d’audience.
  • Les déclarations faisant l’objet de la plainte sont également protégées car Dominion est une figure publique et doit prouver que Mme Powell a agi de mauvaise foi. C’est impossible, comme l’a expliqué l’avocat de Mme Powell, parce que les déclarations de Mme Powell étaient fondées sur des affidavits, des déclarations, des rapports d’experts et des preuves documentaires. Elle a présenté ces preuves à tous dans quatre dossiers judiciaires et sur son site web.

FAKE NEWS.

  • Contrairement à ce qu’affirment les fake news, Sidney n’a PAS prétendu devant le tribunal qu' »aucune personne raisonnable ne croirait ses affirmations ». La presse utilise la légalisation tordue et manipule les normes juridiques pour brouiller les pistes, comme elle l’a déjà fait dans d’autres affaires très médiatisées. Les déclarations de Mme Powell sont des opinions juridiques qu’elle défend car elles sont fondées sur des affidavits, des déclarations, des rapports d’experts et des preuves.
  • Dominion soutient que les preuves sur lesquelles Mme Powell s’est appuyée pour faire ses allégations de manque d’intégrité électorale sont incroyables et non crédibles. Mme Powell a répondu en soulignant que ses affirmations étaient ses opinions juridiques fondées sur les preuves qu’elle a présentées à quatre tribunaux différents. Par conséquent, ses déclarations ne sont pas soumises à la loi sur la diffamation.