Q VIDÉOS – CDM : « Un 20 janvier sous haute tension ».


Publié le 19.01.2021 par Carrefours du monde


Pour commencer aujourd’hui, quelques mots sur les protestations contre le confinement.

En Italie, les autorités continuent de mettre en œuvre confinement et couvre-feu pour lutter contre l’épidémie.

Comme en Autriche et aux Pays-Bas, de nombreux Italiens ont protesté contre ce confinement qui pour eux, est en train de détruire leur vie.

Concernant le vaccin, il y a eu des cas de réactions allergiques après que des personnes aient reçu les vaccins Pfizer et Moderna aux États-Unis.

Le 17 janvier, l’épidémiologiste de l’État de Californie, le Dr Erica S. Pan a publié une déclaration recommandant la suspension des 330 000 doses du vaccin de Moderna.

À ce jour, 55 décès ont été signalés aux États-Unis et 29 en Norvège après avoir été vaccinés.

Selon les données du Vaccine Adverse Event Reporting System, au jour du 17 janvier, d’autres signalement d’effets indésirables aux États-Unis après la vaccination comprenaient : 96 cas potentiellement mortels, 24 cas d’invalidité permanente, 225 hospitalisations et 1388 visites aux urgences.

Le président brésilien Jair Bolsonaro a refusé publiquement d’acheter le vaccin chinois.

Il a dit que les Brésiliens ne sont les cobayes de personne.

Le 20 janvier approche à grands pas. Comme l’a annoncé le président Trump, il tient sa promesse d’une transition en douceur vers une nouvelle administration.

Premièrement, le 18 janvier, la Première Dame Melania Trump, a prononcé son discours d’adieu, disant que cela avait été un honneur pour elle d’être la première dame.

Elle a été inspirée par d’incroyables Américains à travers le pays qui élèvent, « nos communautés par leur gentillesse et leur courage, leur bonté et leur grâce. »

«En toutes circonstances, je demande à chaque Américain d’être un ambassadeur du « Be Best », « être le meilleur ». Se concentrer sur ce qui nous unit. S’élever au-dessus de ce qui nous divise. Pour toujours choisir l’amour sur la haine, la paix sur la violence et les autres avant soi. »

Les médias américains ont rapporté que le président Trump tiendrait sa propre cérémonie de départ à 8 heures du matin le 20 janvier à Joint Base Andrews dans le Maryland.

Le vice-président Mike Pence a tweeté tard le 17 janvier que « notre administration est la première depuis des décennies à ne pas avoir entraîné l’Amérique dans une nouvelle guerre », et il était fier de cet exploit.

Washington DC est en état d’alerte, avec plus de 25 000 soldats américains déployés dans la capitale pour protéger «l’inauguration» comme jamais auparavant.

Les rues de Washington sont actuellement vides, avec 13 stations de métro fermées près du Capitole américain.

La plupart des magasins locaux sont fermés, et tous les bus et vélos en accès libre sont hors service.

L’Associated Press et Fox News ont rapporté que des responsables de la défense sont préoccupés par le fait qu’il y ait des « taupes » au sein de l’armée qui attaqueraient « l’inauguration » de Biden.

Le FBI a été exhorté à commencer l’examen complet des 25 000 soldats déployés à Washington, chacun faisant l’objet d’une vérification des antécédents.

L’armée a également publié une déclaration plus tard le 17, disant qu’elle travaillait avec les services secrets, qui sont directement responsables de « l’inauguration » pour déterminer lesquels des soldats nécessitaient des vérifications supplémentaires des antécédents.

L’armée a certainement sélectionné les 2 000 soldats les plus fiables sur les 25 000 pour être assermentés en tant que US marshals associés le 17 janvier, leur donnant un pouvoir d’application de la loi temporaire et limité se rapportant spécifiquement à la sécurité et à la protection de « l’inauguration ».

Le 16 janvier, la police du Capitole des États-Unis a également testé un système de notification d’urgence qui devrait être utilisé entre eux pour répondre à des situations imprévues.

Cependant, il y a effectivement eu un accident lors de la répétition «de l’inauguration» au Congrès le 18 janvier.

Ce matin-là, les médias américains ont rapporté un incendie dans un camp de sans-abri sous un pont près du Capitole américain, provoquant un panache de fumée.

Tous les participants à la répétition ont été évacués et le personnel du Congrès a été prié de rester à l’intérieur, la raison étant «une menace pour la sécurité extérieure».

Ce n’était pas un exercice, mais une véritable évacuation d’urgence avec beaucoup d’agitation.

Le feu a été rapidement éteint. Mais cet incendie s’est vraiment produit à un moment et à un endroit étrange qui peut poser question.


Source