Q SCOOP – Israël : Deuxième mort en une semaine suite au vaccin Pfizer-BioNTech .


Un homme de 88 ans meurt quelques heures après avoir été vacciné ; les médecins soulignent qu’il était gravement malade.

Publié le 29.12.2020 Par TOI


Un homme de 88 ans est mort mardi dans un hôpital de Jérusalem, quelques heures après avoir reçu le vaccin contre le coronavirus. Les médecins ont souligné dans une déclaration que le patient avait de graves problèmes de santé préexistants.

L’homme avait reçu la première dose du vaccin Pfizer-BioNTech au cours de l’après-midi dans le cadre du programme israélien d’inoculation de masse. Il s’est ensuite effondré chez lui.
Les ambulanciers appelés sur les lieux ont travaillé pour le réanimer alors qu’ils l’emmenaient d’urgence au centre médical Hadassah Mount Scopus où les médecins ont plus tard prononcé son décès. Décourageant tout lien entre le coup de feu et la mort, l’hôpital a déclaré que l’homme souffrait de conditions de santé « chroniques, complexes et difficiles », sans préciser.

Recevez l’édition quotidienne du Times of Israel par e-mail et ne manquez jamais nos articles de fond Inscrivez-vous gratuitement. C’est la deuxième mort signalée qui survient quelques heures après qu’un Israélien âgé ait reçu l’inoculation.

Une femme reçoit un vaccin COVID-19 dans un centre de vaccination de Maccabi Healthcare Services à Modiin le 24 décembre 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Lundi, un homme de 75 ans a reçu un vaccin dans sa ville natale de Beit She’an, dans le nord du pays. Après avoir attendu une demi-heure obligatoire à la clinique médicale, il a été libéré chez lui, disant qu’il se sentait bien. Quelque temps après être rentré chez lui, il a perdu conscience et a été déclaré mort plus tard des suites d’une insuffisance cardiaque.

Le ministère de la santé a déclaré qu’une enquête préliminaire avait indiqué que sa mort ne semblait pas être liée au coup de feu. L’homme souffrait d’une maladie cardiaque et d’un cancer, et avait déjà eu plusieurs crises cardiaques, a déclaré le ministère.

La famille de l’homme a également demandé de ne pas relier sa mort au vaccin, ont rapporté les médias hébreux.

Le directeur général du ministère de la santé, Chezy Levy, a néanmoins annoncé la formation d’une commission d’enquête pour enquêter sur l’incident.

Un homme reçoit un vaccin COVID-19 dans un centre de vaccination à Jérusalem, le 24 décembre 2020 (Yonatan Sindel/Flash90)

Lors d’un autre incident, lundi soir, un homme a été emmené à la clinique médicale d’urgence de Terem à Jérusalem après avoir souffert d’une grave réaction allergique environ une heure après avoir reçu une dose du vaccin.

L’homme, 46 ans, ne souffre pas de conditions préexistantes mais est allergique à la pénicilline, a déclaré Terem dans un communiqué. La clinique a déclaré qu’il avait subi un choc anaphylactique à cause de son allergie, mais qu’on lui avait donné des médicaments et que son état s’était « stabilisé ».

Le vaccin Pfizer n’est pas fabriqué avec le coronavirus lui-même, ce qui signifie qu’il n’y a aucune chance que quelqu’un puisse l’attraper par les piqûres. Au contraire, le vaccin contient un morceau de code génétique qui entraîne le système immunitaire à reconnaître la protéine dopée à la surface du virus. Aucun problème majeur de sécurité n’a été découvert lors des essais de la piqûre et seuls des effets secondaires courants liés au vaccin, comme la fièvre, la fatigue et la douleur au point d’injection, ont été constatés.

Avant qu’Israël ne commence son programme d’inoculation de masse, les sondages avaient montré qu’un pourcentage important de la population était réticent à se faire vacciner, apparemment par crainte que le rythme rapide auquel les vaccins contre les coronavirus ont été créés et soumis à des essais ne se fasse au détriment de leur sécurité.

Israël a administré son 500 000e vaccin contre les coronavirus mardi soir, franchissant ainsi le cap un peu plus d’une semaine après le début de sa campagne de vaccination.

Les responsables ont déclaré qu’ils visaient à atteindre 150 000 vaccinations par jour au cours de cette semaine, et Netanyahu s’est fixé comme objectif de faire vacciner quelque 2,25 millions d’Israéliens – près d’un quart des 9,2 millions d’habitants d’Israël – d’ici la fin janvier.

Israël est actuellement le premier pays au monde en termes de nombre de vaccinations par habitant, légèrement devant Bahreïn et assez largement devant les autres pays du monde, selon le rapport Our World in Data de l’université d’Oxford.


Source