Q INFOS – Débriefing rapide du 25 Décembre sur la Situation au USA.

Vendredi 25 décembre

Traduction: « L’élection est loin d’être terminée »
  • 20h12 : Un employé de Dominion poursuit la campagne de Trump et les médias conservateurs en justice après avoir été poussé à se cacher suite aux menaces de mort qu’il a reçues.
  • 13h57 : Près de 2,1 millions de personnes ont déjà voté lors du second tour des élections sénatoriales en Géorgie.
  • 12h15 : un juge rejette la demande du GOP géorgien de fermer les urnes en dehors des heures de bureau, pour réduire les risques de bourrage des urnes, à l’approche du second tour des élections sénatoriales.
  • 05h15 : Selon un article de droit constitutionnel publié dans le Western Journal, le département de la Justice des Etats-Unis, et non le Texas, devait – et doit – déposer sa plainte devant la Cour suprême, concernant l’illégalité de la nomination des grands électeurs de quatre Etats clés qui n’ont pas respecté leur propre constitution. Et il doit le faire à la demande du président des Etats-Unis, parce qu’il a juré de préserver, protéger et défendre la Constitution. Et la Cour suprême ne peut pas refuser d’examiner la plainte comme elle l’a fait pour le Texas.
  • 04h45 : Le projet Amistad de la société non partisane Thomas More a intenté une action en justice devant la Cour des États-Unis, demandant que les législatures de l’Arizona, de la Géorgie, du Michigan, de la Pennsylvanie et du Wisconsin soient autorisées à certifier les électeurs avant la certification par le Congrès.

    Cette demande – et sa victoire judiciaire – est non seulement nécessaire, car il semble bien qu’il soit impossible, pour le président du sénat (le vice-président Pence), de tenir compte des grands électeurs envoyés par sept Etats clés, s’ils n’ont pas été certifiés par les législateurs de ces Etats. De plus, la plainte est juridiquement très solide selon Dreuz.

« Les rois et les reines dissolvent les parlements et les organes législatifs, pas les gouverneurs. C’était du moins le cas jusqu’à cette année. Les gouverneurs de ces États contestés ont déclaré être la loi en raison du COVID et empêchent maintenant activement les corps législatifs des États d’exercer leur autorité constitutionnelle pour réviser le processus électoral », a déclaré Phill Kline, directeur du projet Amistad.

« Le gouverneur de Pennsylvanie refuse que le corps législatif se réunisse, tandis qu’au Michigan, le procureur général menace les législateurs qui ne sont pas d’accord avec la certification, d’une enquête criminelle, et le gouverneur Whitmer utilise COVID – et des menaces – comme excuse pour empêcher les Républicains du corps législatif du Michigan d’entrer dans le bâtiment du Capitole, alors que les Démocrates ont été autorisés à entrer dans le bâtiment pour voter sur la certification », a poursuivi Kline.

« Aucune personne, ou petit groupe de personnes, ne devrait pouvoir empêcher le corps législatif de l’État d’exercer ses responsabilités constitutionnelles », a ajouté M. Kline.

« Malheureusement, le code fédéral et d’Etat actuel a permis à une fonction et une responsabilité législatives non délégables constitutionnellement de devenir un processus ministériel », a déclaré Erick Kaardal, avocat principal du projet Amistad.

© Team 100 jours pour Dreuz.info.