Q SCOOP – Connaissez vous bien Eric Coomer, Vice-président de Dominion?


Pour ceux qui ne lisent pas le débriefing rapide du jour sur la situation aux USA:

Voici une partie intéressante de celui du 18 novembre qui nous donne un scoop incroyable,

Publié le 18.11.2020 par JEAN-PATRICK GRUMBERG


Page d’Eric Coomer, une célébration de la haine de Trump, depuis supprimée

Vice-président de Dominion : « Ne vous inquiétez pas pour l’élection, Trump ne va pas gagner. Je m’en suis assuré ! »

Explication + vidéo (activé sous titrage):

Joe Oltmann a parlé de ses découvertes choquantes sur les systèmes de vote nationaux et de ses communications antifa et c’est un rapport choquant ! Joe Oltmann discute des systèmes de vote nationaux et des communications antifa avec Gateway Pundit.

En fouillant son profil Facebook, Oltmann a découvert que Eric Coomer est un respectable cadre d’entreprise le jour, et un antifa haineux le soir ce n’est pas un cas unique, une avocate de New York a été arrêtée en mai pendant une émeute des Antifa.

Dans l’enregistrement suivant, Joe Oltmann, le fondateur de FEC, une association conservatrice qui défend le mode de vie traditionnel de l’Amérique, explique avoir infiltré les Antifa, et découvert par hasard en septembre, qu’une des personnes présente dans une conversation était Eric Coomer, le patron de Dominion voting systems. Et dans la conversation, Coomer a déclaré « Ne vous inquiétez pas pour l’élection, Trump ne va pas gagner. Je m’en suis assuré ! »

Depuis, Coomer a effacé de ses comptes dans les médias sociaux les éléments qui montrent son extrême haine de Trump.

En appui de ce qui est peut-être un sale coup organisé par le dirigeant de Dominion, je suis allé plus loin, j’ai enquêté. Voici ce que j’ai trouvé :

Carte où les machines Dominion sont installées (tirée de leur site internet)

1 Le premier est qu’aucun journaliste n’a enquêté sur Dominion : ils ne veulent pas savoir, et c’est très suspect car c’est leur raison d’être. Ils défendent Dominion au lieu de douter de Dominion. Ils ne veulent pas faire leur métier, alors que c’est le seul métier qui soit mentionné dans la constitution des Etats-Unis, parce qu’il a un rôle important à jouer dans les équilibres du pouvoir : il est supposé être le contre-pouvoir. Les journalistes, en réalité, ne veulent pas risquer que Joe Biden ne soit pas déclaré élu, ou qu’il soit vu comme un président de république bananière. C’est un peu tard, et les apparences sont accablantes, multiples, étouffantes.

2 L’une des avocates de Donald Trump, Sidney Powell, a publié un témoignage sous serment concernant la fraude électorale au moyen des systèmes informatiques de Smartmatic par Hugo Chavez au Venezuela, systèmes qui font fonctionner les machines de Dominion.

3 Jack Nicas a démenti ces accusations dans le New York Times – car les journalistes dressent un mur de défense de Dominion alors qu’ils devraient enquêter pour connaître la vérité. Mais son démenti est plutôt l’aveu d’un refus de regarder sous le capot. Il dit en fait, « circulez, il n’y a rien à voir » :

Le logiciel Dominion n’était utilisé que dans deux des cinq comtés qui avaient des problèmes dans le Michigan et en Géorgie, et dans chaque cas, il y avait une explication détaillée de ce qui s’était passé. Dans tous les cas, le logiciel n’a pas affecté le décompte des votes.

NyTimes

4 Le directeur de Smartmatic admettait en 2017 que leur système était capable de créer « au moins un million » de votes fantômes lors des élections au Venezuela. Voici la vidéo de sa déclaration :

5 Sidney Powell a ouvertement accusé Dominion de fraude. Une semaine avant les élections, la chaîne PBS avait elle aussi enquêté sur Dominion, et découvert des choses troublantes. Voici les vidéos :

6 Autre élément de réflexion : un enregistrement d’Eric Coomer, que nous devons à Sharon Meroni de l’organisation DefendTheVote.com. Coomer admet que Dominion ne met pas ses logiciels à jour pour les protéger contre la fraude.

Eric Coomer

Cela se passe vendredi 26 août 2016, au cours d’une réunion au Conseil des élections de l’État de l’Illinois.

  • Quelqu’un demande au vice-président de Dominion, Dr Eric Coomer, s’il est possible de contourner le logiciel des systèmes électoraux et d’accéder directement aux bases de données qui gèrent les systèmes gérant les élections en Illinois.
  • Sa réponse a été : « Oui, si quelqu’un a l’accès. »

Le contournement des logiciels des systèmes électoraux signifie que quiconque y a accès peut manipuler le vote sans grand risque de détection.

Nous avons donc demandé à Coomer qui a accès à ces bases de données. Voici sa réponse :

« Les employés [de Dominion], les responsables des élections et les autres personnes qui doivent recevoir un accès ».

C’est une révélation explosive. La déclaration de Coomer est une admission que divers employés, fonctionnaires électoraux et autres ont accès aux bases de données, ce qui permet de contourner la configuration du système d’exploitation.

Cela commence à partir de 6:11

Avant de travailler pour Dominion Voting, le Dr. Coomer était directeur des services d’information de Smartmatic Corporation – la société qui fournissait les machines de vote à Hugo Chavez.

Les mêmes qui affirment qu’il n’y a pas de fraude, dénonçaient la fraude en décembre 2019

7 Comme tout ceci n’est qu’une « vaste conspiration d’extrême droite », je dois rappeler que les sénatrices Elizabeth Warren et Amy Klobuchar ainsi que Ron Wyden ont déposé une plainte officielle le 6 décembre 2019 auprès de Dominion Voting Systems. Parmi les plaintes ? Allégations de « commutation de vote ». Voilà le document officiel :

8 Autre témoignage qu’il sera difficile de mettre sur le dos de l’extrême droite, cette fois rapporté par Associated Press (1) en janvier 2020 suite à une audition du Congrès des trois principaux fabricants (Election Systems & Software, Dominion Voting Systems et Hart InterCivic) sur la sécurité des machines de vote.

Extrait :

Les dirigeants ont reconnu qu’il n’existe aucune méthode de vote qui soit sûre à 100 %.


Source