Q SCOOP – 4 Août: Daisy Coleman, est Morte!!

A vous de juger !!


Daisy Coleman, qui a parlé de son épreuve de viol dans un documentaire Netflix est décédée par suicide à l’âge de 23 ans. Son tatouage au cou de satan laisse perplexe , triste destin. https://mol.im/a/8596653 via @MailOnline


Daisy Coleman, qui s’est ouverte sur son épreuve de viol dans le documentaire Audrie & Daisy de Netflix, s’est suicidée à l’âge de 23 ans.

Coleman s’est suicidée mardi soir et son corps a été découvert après que sa mère Melinda ait demandé à la police de faire un contrôle social.

Dans le film de 2016, Coleman raconte comment elle a été droguée à l’alcool en 2012 et violée dans une maison du Missouri à l’âge de 14 ans, mais que personne n’a jamais été condamné.

Dix jours seulement après la sortie du documentaire, Audrie Pott, une survivante de viol, s’est suicidée. Elle ne s’est jamais remise de ce que ces garçons lui ont fait et ce n’est pas juste. Ma petite fille est partie », a déclaré la mère de Coleman à TMZ mercredi. C’était ma meilleure amie et ma fille extraordinaire. Je pense qu’elle a dû faire croire que je pouvais vivre sans elle. Je ne peux pas vivre sans elle. J’aurais aimé pouvoir lui enlever sa douleur !

Daisy Coleman, 23, killed herself on Tuesday night. Her body was discovered after her mother Melinda asked police to do a welfare check
Daisy Coleman, 23 ans, s’est suicidée mardi soir. Son corps a été découvert après que sa mère Melinda ait demandé à la police de faire un contrôle social

L’organisation SafeBAE de Coleman a partagé la nouvelle mercredi sur Instagram et a déclaré qu’elle avait « lutté avec la guérison pendant des années ».

Après la diffusion du documentaire sur Netflix, elle a dit qu’elle avait eu du mal à écouter le shérif du comté de Nodaway, Darren White, qui avait la conviction que Daisy et son amie Paige – qui a été violée le même soir – étaient aussi coupables que les garçons. Il a également glissé une note à la caméra disant que « les adolescentes mentent ».

Coleman avait déjà tenté de se suicider au moins quatre fois dans le passé.

Elle a été victime d’un blâme de la part de la communauté. Les t-shirts portés par les gens dans son cours de danse disaient : « Matt 1 : Daisy 0.

Les médias sociaux ont explosé avec des hashtags haineux, faisant de Daisy une « salope », une « pute » et une « menteuse ».

Coleman a fini par s’automutiler et a gravé le nom du violeur présumé sur sa peau.

En 2013, leur maison a été brûlée dans un incendie que sa mère Melinda pense avoir été provoqué délibérément.

Nous sommes dévastés de partager avec tous nos supporters inspirés que nous avons subi une perte irremplaçable. Notre co-fondatrice et sœur, Daisy Coleman, s’est suicidée aujourd’hui », a déclaré l’organisation SafeBAE dans un communiqué.

Elle était considérée outre-Atlantique comme un symbole de la lutte contre les violences sexuelles. Daisy Coleman, qui témoignait en 2016 du viol collectif qu’elle avait subi plus jeune dans un documentaire Netflix, a été retrouvée morte à l’âge de 23 ans. Sa mère, Melinda Coleman, a confirmé son décès sur Facebook mercredi 5 août. Sa fille s’est suicidée dans la nuit du mardi au mercredi.

Figure de la lutte contre les agressions sexuelles

En janvier 2012, la jeune femme alors âgée de 14 ans a expliqué avoir été violée lors d’une soirée entre amis à Maryville dans le Missouri. Son agression est filmée par un autre garçon présent ce soir-là. Elle est ensuite abandonnée dans le froid, vêtue d’un simple tee-shirt. Son agresseur présumé, Matthew Barnett, petit-fils d’un ancien représentant du parti républicain, est condamné à deux ans de prison avec sursis pour mise en danger de la vie d’une mineure, mais n’est pas accusé de viol.

Par la suite, Daisy Coleman a fondé SafeBAE, une association œuvrant pour les victimes de viols et d’agressions sexuelles au collège et au lycée. « Elle s’est battue plus longtemps et plus durement que nous ne le saurons jamais. Nous voulons rester attentifs à tous les jeunes qui l’ont admirée », est-il indiqué dans un communiqué​ de l’organisme.

La suite ICI


Source : DailyMail