Q INFOS – Hillary Clinton a perdu en appel devant le tribunal le 2 juin, et devra témoigner plus tard dans l’année.

L’ancienne secrétaire d’État avait essayé d’éviter de témoigner sous serment au sujet de ses courriels et de l’affaire Benghazi.

Hillary Clinton

Mardi, la cour d’appel a examiné une requête, connue sous le nom de « requête en mandamus », visant à annuler une ordonnance émise par le juge Royce C. Lamberth de la Cour de district des États-Unis, exigeant qu’Hillary Clinton et son ancien chef de cabinet, Cheryl Mills, témoignent.

L’audience, qui est passée inaperçue et n’a pas fait l’objet d’un rapport, a eu lieu par téléconférence, à la Cour d’appel américaine pour le circuit du District de Columbia

Selon Judicial Watch, le 2 mars 2020, le juge Lamberth a accordé à Judicial Watch une communication préalable qui inclut le témoignage de Clinton et Mills, sous serment, concernant les courriels de Clinton et l’existence de dossiers sur l’attaque de Benghazi. En avril, Judicial Watch et le Département d’Etat, qui est représenté par des avocats du Département de la Justice, ont déposé des réponses s’opposant à la demande de Clinton et Mills d’annuler l’ordonnance exigeant leur témoignage.

Le 2 mars, le tribunal inférieur a publié une déclaration, disant que le témoignage de Clinton était nécessaire :

« La Cour a examiné les nombreuses fois où la secrétaire d’État Clinton a déclaré qu’elle ne pouvait pas se rappeler ou se souvenir de certains détails dans ses réponses aux interrogatoires précédents. Dans une déposition, il est plus probable que l’avocat de la plaignante puisse utiliser des documents et autres témoignages pour tenter de lui rafraîchir la mémoire. Ainsi, pour éviter le résultat insatisfaisant et inefficace de multiples séries d’interrogatoires infructueux et pour rapprocher cette affaire vieille de presque six ans de sa conclusion, Judicial Watch sera autorisé à clarifier et à approfondir les réponses de la secrétaire d’État Clinton en personne et immédiatement après qu’elle les ait données. La Cour est d’accord avec Judicial Watch – il est temps d’entendre directement la secrétaire d’État Clinton ».

Mme Clinton avait fait valoir qu’elle ne devrait pas être obligée de témoigner parce qu’elle était un ancien haut fonctionnaire du gouvernement et que le FBI avait déjà essayé de récupérer ses courriels auprès de nombreuses sources lorsqu’il avait enquêté sur les allégations selon lesquelles des informations classifiées étaient stockées ou transmises de manière inappropriée sur le serveur de messagerie personnel qu’elle utilisait lorsqu’elle était secrétaire d’État.

Mme Clinton devra cependant répondre aux questions des avocats du groupe de défense des conservateurs, car la Cour d’appel de circuit de Washington a soumis l’affaire qui sera maintenant entendue le 9 septembre.

Source:

Hillary Clinton May Have To Testify In Email Case