Q VIDEOS – Le Programme MK ULTRA de la CIA;

Le contrôle mental en marche, ou (Mind-control)

On a pensé que MK Ultra (Mind Kontrol Ultra) était de la fiction. On a pensé que le projet MONARCH ou BLUE BEAM étaient de la pure invention…jusqu’aux excuses publiques de Bill Clinton en 1995.
Pour simplifier, ce sont des techniques employées à l’époque (nous dit-on) par la CIA. L’administration de certains psychotropes conduisent le sujet, au pire, à commettre des meurtres commandés comme sous hypnose (le candidat mandchourie). Il ne se souvient de rien lorsqu’il reprend conscience. Le film « Un crime dans la tête », avec l’acteur Denzel Washington traite particulièrement ce sujet. Après la publicité, le monde du crime organisé a déversé ces techniques dans notre quotidien, usant davantage de biais psychologiques, notamment sur Internet. Des pirates vous approchent via un mail qui inspire confiance, vous proposent souvent une aide ou font preuve d’autorité et vous offrent l’illusion d’un choix. Ces techniques exploitent la peur comme motivation et notre nature humaine veut répondre à l’urgence, se sentir utile : l’on relaie ainsi des liens de sites qui collectent vos données, souvent celles postées sur les réseaux sociaux et qui subsistent dans votre ordinateur ou votre téléphone. J’aborderai ici le versant « doux » de cette « ingénierie sociale » : le contrôle des masses par l’oligarchie. Il existe un grand nombre d’institutions qui étudient et expérimentent ces techniques. La commission CREEL a par exemple proposé l’affiche de l’Oncle SAM, « I WANT YOU FOR U.S. ARMY ». L’alerte invasion extraterrestre simulée par Orson Wells dans les années 40 fut conçue par l’un de ces instituts. Ils ont maintenant inventé les opérations armées sous fausse bannière, la fabrication de fausses preuves, etc. Selon ces principes, le meilleur outil pour manipuler le mental est LA PEUR. L’infantilisation de la population (ne pas penser par soi-même) permet d’atteindre plus facilement les mécanismes – souvent incohérents – de survie, lesquels finissent par imposer à leur cible l’illusion que le seul choix est celui qui est proposé. Le film « Des hommes d’influence », avec Robert de Niro et Dustin Hoffman expose un certain nombre de ces techniques. La population cible est considérée comme une chose à modeler, à reformater, afin d’être conduite à penser et agir dans le sens voulu. La méthode est la suivante : – Prendre le contrôle de toute l’attention des sujets, les obliger à ne se focaliser que sur ce que vous énoncez : une annonce-choc.- Exploiter ses failles : la crainte de l’avenir, le manque d’argent, l’injustice sociale ressentie.- Abuser de sa confiance en lui promettant une récompense, comme un avenir meilleur grâce à son adhésion au projet ou faire intervenir un leurre (le porteur d’un message implacable) qui disparaîtra comme par enchantement de la scène lorsque le « sauveur » viendra en aide aux pauvres victimes (le triangle de Karpman) ou encore déclencher la peur.- Une fois que toute l’attention requise est obtenue, provoquer un conflit entre les sujets cibles (la réécriture du programme comportemental) afin d’instaurer un climat de méfiance (mesurable sur ce blog !). L’on culpabilisera ainsi les autres de rester fermés au changement alors qu’on prône (en l’apparence) un message d’ouverture, de justice. Le coût réel de la propagande médiatique dépasse le milliard d’euro pour chaque élection importante, ce qui permet de comprendre que contrôle mental fausse la donne !  Ces outils sont déclinés jusqu’au niveau du territoire : diagnostic, analyse des besoins, gestion de projet, partenariat, évaluation : tout est fait pour que les cibles valident ces politiques. Ces techniques sont souvent enseignées à vos « meilleurs » encadrants. Voici, assez sommairement, comment contrer ces manipulations que nous subissons jusque sur nos lieux de travail (et depuis le plus « haut » niveau) :- N’adulez, n’admirez personne dont vous n’avez personnellement connaissance de l’ensemble de ses défauts et qualités, gardez vos distances, vous serez plus méfiant et moins influençable !- Si on vient vous proposer un changement en mettant en avant le constat d’une situation catastrophique, prenez le temps de réfléchir par vous-même sur ce constat : avez-vous la même opinion ? Ne vous a-t-on pas volontairement dissimulé la majeure partie de l’information ? Il existe rarement une seule solution pour résoudre un problème : pourquoi ne retient-on que celle-ci ? Ressentez de la compassion envers les « victimes » potentielles du « plan » : et si c’était vous à leur place ?- Demain ne sera ni pire ni meilleur qu’hier : Après avoir tiré sur les autres, c’est sur vous qu’on tirera. Demain sera ce que vous en faites aujourd’hui, pensez aux autres…- Regardez les événements comme si vous étiez au cinéma : « on ne me dit que c’est la seule solution, alors que dans une scène précédente ils en évoquaient dix autres… A quoi jouent-ils ? Pourquoi ne me laissent-ils pas les autres choix ? ». N’ayez pas peur d’être critique envers les différents acteurs et gardez bien en-tête la mise en scène. Prenez de la hauteur.- Ne vous sentez pas coupable d’avoir un avis différent et dîtes STOP lorsque les voix des influenceurs supplante la-vôtre dans votre tête.- Si l’influenceur pouvait se passer de votre avis, il l’aurait fait : vous avez donc le pouvoir de le sanctionner !!!