Ukraine : Scandale de corruption en Ukraine autour de la fourniture de repas à l’armée.


Scandale de corruption en Ukraine autour de la fourniture de repas à l’armée.

Publié le 23.1.2023


RT rapporte que le journaliste Iouri Nikolov a publié une enquête dans laquelle il explique que la défense ukrainienne a gonflé les prix de certaines denrées alimentaires destinées à des soldats, l’accusant ainsi de détourner des fonds. Le ministère a démenti.

Dans un article publié le 21 janvier sur le site du média ZN.UA, le journaliste Iouri Nikolov, accuse, documents à l’appui, le ministère ukrainien de la Défense d’avoir passé des contrats «deux à trois fois plus élevés» que les prix du marché pour la fourniture de nourriture à des soldats ukrainiens situés dans plusieurs régions du pays.

Cliché pris dans la région de Donetsk, le 30 décembre 2022 (image d’illustration).

Selon les documents présentés par Iouri Nikolov, l’accord en question, passé le 23 décembre 2022 et portant sur l’année 2023, s’élèverait à 13,16 milliards de hryvnias (la monnaie ukrainienne) soit environ 330 millions d’euros.

Dans son enquête, le journaliste a comparé les prix de plusieurs denrées présentes dans le contrat avec les prix en vigueur dans un supermarché de Kiev. Et d’après lui le constat est sans appel. Ainsi, un œuf, vendu 7 hryvnias dans la capitale ukrainienne a été acheté, selon les termes du contrat, 17 hryvnias. Les pommes de terre sont vendus 8 à 9 hryvnias le kilogramme dans le même magasin, contre 22 hryvnias le kilogramme dans le contrat passé par le ministère. Une cuisse de poulet se vend à 80 hryvnias à Kiev contre 120 hryvnias dans le cas présenté par Iouri Nikolov.

Le prix de la salade est 2,5 fois supérieur dans le contrat par rapport au prix du supermarché étudié, 1,7 pour les oignons ou encore 2,3 pour les betteraves.

Ce surcoût serait-il lié à la fourniture de services de restauration ? Pas selon le journaliste, qui explique que celle-ci serait comprise dans un poste de dépense distinct d’un montant de 30 millions de hryvnias (environ 750 000 euros).

Ayant également eu accès aux contrats passés en 2021 par le ministère de la Défense pour les mêmes régions, Iouri Nikolov assure constater également une augmentation des prix bien supérieure à celle de l’inflation dans le pays.

Une société opaque

Toujours selon l’enquête du journaliste, le contrat de la défense ukrainienne aurait été passé avec une société baptisée Active Company LLC et basée à Kiev. D’après Iouri Nikolov, l’entreprise aurait déjà été inquiétée par la justice, apparaissant dans une procédure pénale de 2019 concernant l’utilisation d’un faux document dans un appel d’offres pour la fourniture de viande aux pénitenciers du pays.

Le ministère de la Défense d’Oleksii Reznikov devrait s’excuser

D’après Iouri Nikolov, cette société «est très probablement […] créé par des professionnels dans le domaine de l’approvisionnement alimentaire pour les militaires».

De plus, le contrat aurait été paraphé par Bohdan Khmelnytskyi au nom du ministère, «directeur du département des achats de l’Etat, qui a été perquisitionné cet été dans le cadre du détournement de fournitures de munitions pour l’armée»

Dans son article, Iouri Nikolov écrit que «le ministère de la Défense d’Oleksii Reznikov devrait s’excuser». Il accuse également le ministre d’avoir un «grand appétit pour les détournements de fonds» qui a été, d’après le journaliste, renforcé par le conflit avec la Russie.

Le ministère de la Défense dément les accusations de corruption

Dans un commentaire mis en ligne sur Telegram le 22 janvier, le ministère ukrainien de la Défense a fermement démenti toute fraude et rejeté les accusations de corruption. «Le ministère achète les produits pertinents conformément à la procédure établie par la loi», a-t-il déclaré, fustigeant de «fausses» informations visant, selon lui, à «manipuler de façon délibérée».

Principe de tolérance zéro envers la corruption

Il a ajouté être en train de «préparer des documents» dans le but d’ouvrir une enquête sur ces informations qualifiées de «trompeuses» qui «nuisent aux intérêts de la défense pendant une période spéciale».

Il a enfin annoncé la mise en place d’un «un audit interne» et l’organisation d’une «réunion d’urgence», en présence du ministre, afin de mettre au clair «la procédure [et] les circonstances de l’achat de produits alimentaires pour le personnel militaire pour 2023». «En cas de détection de violations dans les activités des fonctionnaires du ministère de la Défense, ils seront responsables conformément à la loi en vigueur», a-t-il encore ajouté, affirmant un «principe de tolérance zéro envers la corruption».

L’Ukraine, un pays miné par la corruption

Si cette affaire fait grand bruit en Ukraine, le pays n’en reste pas moins un habitué des affaires de corruption. Le 21 janvier toujours, Vasyl Lozynkiï, premier vice-ministre du Développement des Communautés et des Territoires, a été arrêté par le Bureau national ukrainien de lutte contre la corruption (NABU).

D’après le NABU, Vasyl Lozynkiï «a reçu [400 000 dollars] pour faciliter la conclusion de contrats d’achat d’équipements et de générateurs à des prix gonflés».

Le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal, a annoncé le 22 janvier dans un message Telegram le licenciement de Vasyl Lozynkiï. «Le cabinet des ministres de l’Ukraine ordonne le limogeage de V. M. Lozynkiï comme ministre adjoint du Développement des communautés, des territoires et des infrastructures de l’Ukraine», a-t-il fait valoir.

Dans un rapport publié en septembre 2021, la Cour des comptes européenne notait que «la grande corruption et la « captation de l’Etat » minent l’Ukraine depuis de nombreuses années», et ce alors que l’Union européenne a déversé depuis 2014, et encore plus depuis le lancement de l’opération militaire russe, des milliards d’euros dans le pays.

Pire encore, la chaîne américaine CBS avait mis en ligne, début août, avant de le déprogrammer, un documentaire largement partagé sur les réseaux sociaux portant sur le parcours des armes – dont l’Occident inonde l’Ukraine depuis le début de la guerre avec la Russie – dans le pays jusqu’à leur arrivée entre les mains des combattants sur la ligne de front et dans lequel un certain Jonas Ohman, un Suédois patron de l’ONG Blue/Yellow (Bleu/Jaune) basée en Lituanie, selon le site de l’OTAN, notait que seule une part minoritaire des approvisionnement arrivaient effectivement entre les mains de ceux à qui ils étaient destinés.

«Tout ce matériel traverse la frontière et après il se passe quelque chose. Quelque chose comme 30% [du matériel], peut-être, atteint sa destination finale», avait-il assuré.

Pour rappel : la Russie mène depuis le 24 février 2022 une opération militaire en Ukraine, que Kiev et ses alliés, qui ont pris de nombreuses sanctions contre la Russie, dénoncent comme une guerre d’invasion ne répondant à aucune provocation. Les autorités russes font quant à elles valoir la nécessité de protéger les populations du Donbass, dont les autorités locales sont en conflit avec Kiev depuis 2014 à la suite du coup d’Etat de Maïdan. Moscou a également déclaré vouloir «dénazifier» et démilitariser l’Ukraine.