Chine : La Société Radio-Canada ferme un bureau en Chine après quarante ans de présence.


La Société Radio-Canada ferme un bureau en Chine après quarante ans de présence.

Publié le 5.11.2022


Lapresse CA rapporte qu’après quarante ans de présence, Radio-Canada ferme son bureau en Chine.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE
Radio-Canada ne pourra plus offrir de couverture journalistique depuis Pékin, faute d’entente avec les autorités chinoises.

Le groupe audiovisuel public canadien CBC/Radio-Canada a annoncé, mercredi 2 novembre, fermer son bureau de Pékin après 40 ans de présence, devant l’impossibilité d’obtenir un nouveau visa pour son correspondant, signale l’AFP.

La nomination de leur nouveau correspondant en Asie, Philippe Leblanc, et sa demande de visa en octobre 2020, après toutes les tentatives pour qu’il puisse s’installer (à Pékin) ont été infructueuses », peut-on lire sur le site de Radio-Canada.

« Des rencontres avec le consul de Montréal et des démarches consécutives se sont soldées sans succès. Seule notre présence lors des Jeux olympiques de l’hiver dernier à Pékin nous a été permise. Et ce, dans un cadre très strict. »

On apprend aussi que les directeurs généraux de l’information de CBC et de Radio-Canada Brodie Fenlon et Luce Julien ont écrit à l’ambassadeur de Chine au Canada, Cong Peiwu, pour demander encore une fois l’obtention d’un visa pour Philippe Leblanc. « Nous lui avons exprimé toute l’importance historique de nos pays respectifs et l’impossibilité de continuer à maintenir un bureau ainsi si nous ne pouvons y être sur place. Nous avons reçu depuis un simple accusé de réception. »

Radio-Canada a donc décidé d’installer Philippe Leblanc à Taïwan pour les deux prochaines années, afin qu’il puisse couvrir l’actualité de cette vaste région.

« Comme nos collègues de CBC, nous espérons qu’un jour la Chine s’ouvrira à nouveau à nos journalistes, tout comme nous souhaitons une ouverture des autorités russes pour nous réinstaller à Moscou » indiquent Luce Julien et Ginette Viens.

Notons qu’en mai 2022, les autorités russes ont décidé de fermer le bureau de Radio-Canada à Moscou et de révoquer les accréditations et visas de l’équipe journalistique, les expulsant ainsi du territoire. Depuis, la correspondante Tamara Alteresco couvre ce qui se passe en Russie à distance et à partir des pays limitrophes.

Radio-Canada étudie différentes possibilités pour sa couverture russe, notamment celle d’ouvrir un bureau temporaire dans un pays voisin.

De plus, TBS News rapporte que le Premier ministre japonais Kishida et le Premier ministre britannique Sneek ont eu leur première conversation téléphonique et ont convenu de continuer à travailler en étroite collaboration sur les mesures à prendre face à la Corée du Nord, qui a lancé une série de missiles.

Selon le bureau du Premier ministre britannique, le Premier ministre Sneck a eu son premier entretien téléphonique avec le Premier ministre Kishida le soir du 4 novembre, heure du Japon, qui a duré environ 20 minutes. Les deux hommes ont convenu que les deux pays sont des alliés très importants et jouent un rôle important pour assurer la stabilité et la prospérité mondiales.

Tout en condamnant la poursuite des tirs de missiles par la Corée du Nord, le Premier ministre Snark a évoqué l’importance vitale d’une coopération étroite entre la communauté internationale.

Les deux parties ont également discuté de l' »avion de combat de nouvelle génération », qui est développé conjointement par le Japon et le Royaume-Uni en coordination, et ont convenu d’accélérer les négociations pour parvenir à un accord.