ONU : L’appel de la Russie à enquêter sur les « activités biologiques » des États-Unis en Ukraine échoue au Conseil de sécurité des Nations unies.


L’appel de la Russie à enquêter sur les « activités biologiques » des États-Unis en Ukraine échoue au Conseil de sécurité des Nations unies.

Seules la Russie et la Chine votent en faveur de la résolution, tandis que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France votent contre et que les 10 autres membres du Conseil s’abstiennent.

Publié le 3.11.2022


L’appel russe à enquêter sur les « activités biologiques » américaines en Ukraine échoue au Conseil de sécurité de l’ONU. NATIONS UNIES

Le Conseil de sécurité de l’ONU a rejeté mercredi une résolution rédigée par la Russie demandant une enquête sur les allégations selon lesquelles les États-Unis et l’Ukraine mènent des « activités biologiques militaires » sur le territoire ukrainien.

Seules la Russie et la Chine ont voté en faveur de la résolution, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ayant voté contre et les 10 autres membres du Conseil s’étant abstenus.

Pour être adoptée, une résolution doit recueillir au moins neuf voix et aucun veto de la part des cinq membres permanents du Conseil (Russie, Chine, États-Unis, Royaume-Uni et France).

Les affirmations de la Russie selon lesquelles les États-Unis disposent de laboratoires de guerre biologique en Ukraine sont apparues peu après que Moscou a lancé sa guerre contre la nation d’Europe de l’Est le 24 février.

L’Ukraine et les États-Unis ont rejeté les allégations russes.

Dmitry Polyanskiy, envoyé adjoint de la Russie auprès des Nations unies, a accusé les pays occidentaux de faire dérailler les négociations sur le projet de résolution.

Les pays occidentaux ont tout simplement peur d’établir une commission, le genre de commission qui examinerait les documents présentés par la Russie et qui enquêterait sur eux », a-t-il déclaré.

L’envoyée américaine auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré que ces accusations font partie de la campagne de désinformation de la Russie visant à détourner l’attention de ses atrocités en Ukraine.

 »La Russie a essayé, et échoué, à prétendre que nous avions violé la BWC (Convention sur les armes biologiques) lors de la réunion de l’article 5 à Genève en septembre dernier. La Russie n’a fourni aucune preuve crédible à l’appui de ces fausses allégations », a-t-elle déclaré.

 »Malgré l’abus du processus par la Russie, et précisément parce que nous respectons la CIAB et ses dispositions, les États-Unis et l’Ukraine ont examiné point par point les allégations de la Russie à Genève et les ont toutes démenties. »