USA : LE SECRET DU DÉMOCRATE, la proposition 2 modifiera la Constitution du Michigan pour donner à jamais aux milliardaires la possibilité de déterminer le résultat des élections.


LE SECRET DU DÉMOCRATE : La proposition 2 modifiera la Constitution du Michigan pour donner à jamais aux milliardaires la possibilité de déterminer le résultat des élections.

Publié le 9.10.2022



Un article invité par Becky Behrends, M.D. Vice-président de la recherche pour Michigan Citizens for Election Integrity (MC4EI).

Les électeurs du Michigan doivent rejeter la proposition 2 « Promote STEAL the Vote » qui modifiera leur Constitution et légalisera à jamais la fraude électorale dans leur État. Ils ont une chance de jeter cette proposition dirigée par les démocrates dans la poubelle de l’histoire électorale et de mettre fin à cette tentative de permettre aux milliardaires de prendre le contrôle de nos élections.

Le fondateur de « Fakebook », Mark Zuckerberg, s’en est tiré une fois avec son trafic d’influence financier lors des élections générales de 2020, tristement connu sous le nom de « Zuckbucks ».

Le tollé des républicains à ce sujet étant devenu un peu trop chaud, Zuckerberg a annoncé en avril 2022 qu’il ne ferait pas la même chose en 2022, c’est-à-dire injecter de l’argent dans les élections.

En fait, à la mi-septembre, 24 États ont adopté des lois interdisant le financement privé des élections. Douze comtés l’ont également fait. Le comté de Livingston, dans le Michigan, a été le deuxième comté du pays à le faire.

Tendance : USA suite 3 : Le PDG d’un logiciel électoral arrêté pour avoir stocké des données en Chine est considéré comme un « risque important de fuite ». Il a été surpris avec des bagages en route pour l’aéroport du Michigan… Il a laissé son téléphone portable derrière lui… Il a « des liens importants avec la Chine ».

De nombreux électeurs républicains ne se rendent même pas compte que la proposition 2, connue sous le nom d’amendement sur les politiques de droit de vote, permettra également aux dons privés de financer les élections ! Et si cette proposition est adoptée, elle sera ajoutée en tant qu’amendement à la constitution de l’État ! Permanent ! Extrêmement difficile à défaire !

Dans un récent article du Detroit Free Press, la journaliste Clara Hendrickson a déclaré que les communautés à tendance démocrate et républicaine ont reçu des subventions électorales de Zuckbucks en 2020. Ainsi, cela prouve qu’il n’y a pas eu d’achat partisan de l’élection. En fait, elle a souligné qu’un juge nommé par le GOP a rejeté un procès concernant Zuckbucks parce que toutes les communautés qui ont demandé l’argent des subventions l’ont reçu, qu’elles soient démocrates ou républicaines.

Alors, pourquoi cette agitation ? Voici pourquoi.

Un procès a été intenté contre le secrétaire d’État Benson pour avoir autorisé l’injection de dons privés dans le processus électoral du Michigan. Les avocats de la Société Thomas More affirment que le Secrétaire d’État a la responsabilité, en vertu de la Constitution et du Code électoral du Michigan, de veiller à ce que chaque électeur ait un accès égal au scrutin.

Les démocrates ont contourné l’exigence d' »égalité d’accès au scrutin » en veillant à ce que les communautés rouges et bleues reçoivent des subventions. Les communautés rurales rouges ont reçu le minimum de 5 000 dollars, voire moins. Mais le montant total le plus important des 17 millions de dollars de subventions accordées au Michigan est allé aux communautés bleues, et de loin. Près de la moitié de la somme est allée à Detroit.

Et qu’a dit Benson ? Désolé, mais elle n’est pas responsable des millions de dollars de subventions privées qui ont inondé l’État lors de l’élection de 2020, car « elle n’a pas personnellement distribué l’argent ». N’est-ce pas riche ? Et de la bouche de la directrice des élections de l’État !

84 % du total des fonds versés par le CTCL (Center for Tech and Civic Life, c’est-à-dire Zuckbucks) sont allés à des juridictions portées par Biden. Si ce n’est pas du trafic d’influence extérieur, comment l’appeler autrement ?

Comme l’explique Thor Hearne, avocat de la Thomas More Society :

« La Constitution du Michigan garantit à chaque citoyen éligible le droit à une protection égale en matière de vote, ce qui signifie que les fonctionnaires de l’État ne peuvent pas mettre en place un système électoral qui renforce le poids des votes exprimés par une catégorie d’électeurs ou qui augmente l’accès au scrutin d’une catégorie d’électeurs favorisés. C’est exactement ce qui s’est passé ici. L’analyse des données que le Center for Tech and Civic Life a fournies à l’Internal Revenue Service et d’autres documents publics démontre que ce système a été conçu pour favoriser les zones urbaines du Michigan et pour désavantager les électeurs du Michigan dans les zones rurales et suburbaines plus conservatrices sur le plan politique. »

Un procès a été intenté en septembre 2020 concernant ce financement privé flagrant de l’élection, mais le juge a décidé qu’il était trop proche de l’élection pour faire quoi que ce soit à ce sujet, bien que la plainte soit fondée. Par deux fois, Benson a essayé de rejeter le procès mais a été débouté. À sa troisième tentative, elle a été rejetée au motif que l’élection était désormais terminée et que l’affaire était donc sans objet.

Vous parlez d’un « catch-22 » ! !!

Comme l’a dit Thor Hearne lorsqu’il a récemment déposé un mémoire le 6 septembre 2022 : « Il n’est pas possible qu’un système de financement privé des élections soit immunisé contre un contrôle judiciaire à la fois avant et après l’élection. » L’affaire est actuellement en appel.

L’argent de la subvention de la CTCL était soi-disant nécessaire pour acheter des équipements EPI pendant le covid. En fait, cet argent a été versé aux bureaux électoraux locaux de 47 États sous prétexte d’alléger la charge des coûts liés au COVID-19. Cependant, un examen des états financiers montre que dans le Michigan et le Wisconsin, il n’y a eu  » aucun  » achat d’EPI.

Covid était la couverture. La prise de contrôle était la cible, c’est-à-dire la prise de contrôle et l’ingérence dans les élections.

Il y avait ce qu’on appelle des dispositions de « récupération » ou des conditions liées à l’argent de la subvention. Les greffiers devaient suivre les ordres sur la manière dont le processus électoral devait être mené ou l’argent devait être rendu.

Comme le dit Mollie Hemingway dans son livre à succès, « Rigged : How the Media, Big Tech, and the Democrats Seized Our Elections » :

« C’était un plan génial. Et parce que personne n’a jamais imaginé qu’une opération coordonnée pourrait réussir à privatiser le système électoral, les lois n’ont pas été construites pour le combattre. »

Les électeurs du Michigan DOIVENT voter NON à la proposition 2 lors des prochaines élections. Ne laissons pas l’argent noir des démocrates voir la lumière du jour lors des prochaines élections de mi-mandat !