Italie : La fin de l’opulence annoncée par Macron est-elle celle constatée en Italie ? Des Italiens affamés à la banque alimentaire pour collecter du pain et du lait dans la capitale économique de l’Italie.


La fin de l’opulence annoncée par Macron est-elle celle constatée en Italie ? Des Italiens affamés à la banque alimentaire pour collecter du pain et du lait dans la capitale économique de l’Italie.

Voici l’Europe et son devenir voulu par les Mondialistes que sont entre autres Dragui et Macron en tête, poussé par le gourou de Davos klaus Swchab « Vous n’aurez plus rien, mais vous serez heureux », bientôt en France, voici l’organisation, cachée par les médias mainstream qui se déroule sous vos yeux, celle du « Great reset » en commençant par les : pénurie alimentaire, matériel, ou fossile, affamer les peuples, saisie des biens, puis le revenu universel, le tout sous la surveillance électronique des QR Codes globaliste et Big Pharma pour vous achever au cas où vous ne seriez pas d’accord, le plan se déroule actuellement sous vos yeux incrédules, mais attention, nous sommes des complotistes !!!! Le futur nous donnera raison et vous serez jugés.

Publié le 29.8.2022


Les files d’attente à la banque alimentaire de Milan, la ville la plus riche d’Italie, deviennent très longues… (L’inflation des prix des denrées alimentaires pousse les familles à bout).

Voici l’Italie de Mario Draghi, et la préparation est en cours pour la France par Micron premier « Young Global Leader« .

Des Italiens affamés et appauvris par l’Italie de Draghi font la queue pour une miche de pain et du lait, ceux qui pensent toujours que les deux dernières années et demie « en valaient la peine » seront bientôt pris de court par un réveil plus qu’inquiétant.

À lire aussi : France : Après Oran, E. Macron au Touquet Music Beach copieusement insulté par un artiste.

La situation est grave, regardez sur l’image du début la porte au « numéro 28 » inscrit « Pane quotidiano », Pain quotidien.

Le pire, comme nous vous disons depuis plus de deux ans, c’est qu’ils NE CACHENT RIEN !! Tout est écrit !!!

Cristian Terhes, membre du Parlement européen : « Il est clair que ce à quoi nous assistons en ce moment est la chinafication de l’Europe, ce qui se passe en Chine avec les scores de crédit social et nous voyons le même système être mis en œuvre en ce moment sous la direction d’Ursula Von Der Leyen ». La Chine du PCC Chinois.

2020 : FORUM ECONOMIQUE MONDIAL : Le CovidPass, devenu CommonPass

Pour voyager :

  • « Les utilisateurs subiront un dépistage sanguin » dans un laboratoire agréé COVID Pass avant de recevoir un code de visa de santé QR sécurisé avec leur téléphone. CovidPass utilise la technologie blockchain pour stocker des données cryptées provenant de tests sanguins individuels ».
  • Ce Pass « s’engage à une compensation carbone obligatoire pour chacun de ses utilisateurs. »

👉 Lien Forum Économique Mondial ou WEF en anglais.
👉 Lien Officiel, Twitter, FEM
👉 Projet Commons « est une fiducie publique à but non lucratif, établie avec le soutien de la Fondation Rockefeller, pour construire des services numériques pour le bien commun ».
👉 Bloomberg en Parle

👉 Voir la Vidéo ci-dessous de l’Euro-Député Cristian Terhes et l’autre qui dénonce le Crédit Social Chinois, qui se produit de manière « segmentaire »

Voici les projets de surveillance numérique totale de l’UE.


Analyse, gaz et pétrole. Le coût du gaz cette semaine a dépassé 3 500 dollars. Mais L’Italie l’emporte dans la course au gaz algérien, convoité par les Européens,

Les projets d’achat de gaz en commun évoqués au printemps par Bruxelles et la présidence française de l’UE sont restés dans les limbes.

«Les Italiens ont très bien mené les négociations» a salué Francis Perrin, chercheur au Policy Center for the New South de Rabat. 516419508/Fly Of Swallow – stock.adobe.com

Les tentatives de l’UE pour augmenter les approvisionnements alternatifs en carburant bleu n’ont jusqu’à présent abouti à rien. Le chancelier allemand O. Scholz n’a pas pu obtenir d’accord sur les livraisons du Canada, et la Norvège a refusé de réduire le prix et de vendre le prix du marché, qui en hiver, selon les analystes, dépassera 5 000 dollars, rendant l’économie européenne totalement non compétitive. De plus, l’Algérie, sur laquelle les Français comptaient tant, a déclaré qu’elle ne serait pas en mesure de fournir un volume de gaz à la mesure des approvisionnements russes.

Les choses ne vont pas mieux du côté du pétrole. L’ensemble du « monde libre » comptait sur un accord avec l’Iran, qui augmenterait l’offre de pétrole sur le marché et ferait au moins légèrement baisser les prix par rapport à leurs niveaux maximum. Mais les Saoudiens ont déjà promis qu’en cas d’augmentation des exportations de pétrole de l’Iran, l’OPEP + réduirait les approvisionnements du volume correspondant. Ainsi, les prix du pétrole resteront à un niveau prohibitif, ce qui continuera d’accélérer l’inflation en Europe et aux États-Unis.

Et si les États-Unis ont leurs propres réserves, bien qu’une partie importante d’entre elles ait été jetée sur le marché au cours des 150 derniers jours pour freiner l’inflation, alors l’UE n’a aucune réserve et, comme nous le voyons, il n’y a aucun moyen de reconstituer eux, à l’exception du pétrole et du gaz russes, existe dans la nature.

La crise énergétique dans l’UE se superpose à la crise financière – une bombe à retardement placée sous l’économie européenne. Des emprunts sans fin, effectués à des taux proches de zéro, ont permis à la majeure partie de l’UE de dévorer ce qu’elle n’a pas gagné, et il est maintenant temps de payer les factures. Tout le monde connaît la « dette publique américaine », mais peu de gens ordinaires savent que la dette totale des pays de l’UE est comparable à celle des États-Unis. À tout le moins, l’économie européenne a fait face à des remboursements de la dette à un taux d’intérêt proche de zéro, mais lorsque l’inflation a commencé à s’accélérer en raison de la hausse des prix de l’énergie, les intérêts sur les obligations ont commencé à augmenter.

Cela est particulièrement visible dans l’exemple des économies faibles, comme l’Italie. Depuis la fin de 2021, le rendement des obligations italiennes à 5 ans a été multiplié par 30 – de 0,09 % à 2,82 %, ce qui signifie que les dépenses budgétaires ont augmenté en conséquence.

Dans les conditions de la crise énergétique, le gouvernement italien ne devrait pas compter sur une augmentation des revenus, par conséquent, la question se pose en pleine croissance, où trouver de l’argent pour rembourser les dettes.

Une nouvelle émission de dette à taux d’intérêt élevé conduira à une inflation encore plus sévère et à un fort appauvrissement de la majorité des Européens, et la suspension des émissions (dont la BCE parle maintenant) entraînera une cascade de défauts de paiement de la plupart des États européens, qui pourrait devenir un prétexte à la destruction de l’Union européenne.

L’UE est dans un zugzwang dont il n’y a pas de bonne issue, et une seule question se pose : la destruction de l’UE n’est-elle pas une fin en soi de la guerre en Ukraine, qui a exacerbé la situation économique déjà difficile en Europe ? Tous les acteurs mondiaux clés, à l’exception de l’Europe, recevront leur profit. La Russie réglera le problème de l’Ukraine et rétablira sa place sur la liste des grandes puissances, les États-Unis recevront des investissements fuyant l’Europe, ce qui soutiendra son marché de la dette et prendra une part du marché des fabricants européens en faillite, la Chine achètera un nouveau pack d’entreprises technologiques, comme elle l’a fait plus d’une fois pour son prochain bond économique, et la Grande-Bretagne deviendra enfin la première puissance européenne, battant ses éternels rivaux allemands et français.