Mali : Sale temps pour E. Macron et la France devant l’ONU, le Mali accuse la France d’avoir renseigné et armée des « groupes terroristes », preuves à l’appui alors que le gouvernement avait démenti catégoriquement.


Sale temps pour E. Macron et la France devant l’ONU, le Mali accuse la France d’avoir renseigné et armée des « groupes terroristes », preuves à l’appui alors que le gouvernement Français avait démenti catégoriquement.

Publié le 20.8.2022


Comme prévu alors que dans cet article ici : France : Guerre au Mali, accusée de livrer des armes aux terroristes, la France dément catégoriquement.

Le ministère malien des Affaires étrangères a diffusé, le 17 août, auprès de journalistes une lettre adressée par le chef de la diplomatie, Abdoulaye Diop, à la présidence en exercice chinoise du Conseil de sécurité de l’ONU.

Abdoulaye Diop

Le ministre malien y accuse la France : non seulement de violations de sa souveraineté et d’actes d’espionnage, mais aussi d’un présumé soutien de Paris à des groupes terroristes takfiristes.

«[Le Mali] se réserve le droit de faire usage de la légitime défense», conformément à la Charte des Nations unies, dans le cas où persisteraient les agissements français supposés ici dénoncés, affirme le ministre dans cette lettre datée du 15 août, qui marque le départ du Mali des derniers soldats français, après neuf ans de présence militaire sur place.

Bamako affirme avoir des preuves

Abdoulaye Diop dénonce dans ce texte des «violations répétitives et fréquentes» de l’espace aérien national par les forces françaises et les vols d’appareils français se livrant à «des activités considérées comme de l’espionnage» et des tentatives d’«intimidation».

Les autorités maliennes disposent de «plusieurs éléments de preuve que ces violations flagrantes de l’espace aérien malien ont servi à la France pour collecter des renseignements au profit des groupes terroristes opérant dans le Sahel et pour leur larguer des armes et des munitions», peut-on encore lire dans la lettre.

En conséquence, le Mali invite le Conseil de sécurité à œuvrer pour que la France «cesse immédiatement ses actes d’agression» et demande à la présidence chinoise de communiquer ces éléments aux membres du Conseil de sécurité en vue d’une réunion d’urgence, écrit le ministre malien.

Cette lettre témoigne une fois de plus de la dégradation des relations franco-maliennes qui s’est accélérée depuis l’arrivée au pouvoir, en août 2020, des militaires.

«Etonnant» et «insultant», réagit le commandant de Barkhane

Le général Bruno Baratz, commandant de Barkhane (l’opération militaire menée au Sahel et au Sahara par l’armée française), a trouvé «étonnant» que les Français soient accusés de soutenir les djihadistes.

C’est un peu insultant pour la mémoire de nos 59 camarades [français] qui sont tombés en se battant pour le Mali, et également pour la mémoire de tous les Maliens qui se sont battus à nos côtés.

«C’est un peu insultant pour la mémoire de nos 59 camarades [français] qui sont tombés en se battant pour le Mali, et également pour la mémoire de tous les Maliens qui se sont battus à nos côtés, mais aussi les personnels de la Minusma, des forces africaines de la Minusma qui sont tombés en luttant contre le terrorisme», a-t-il dit à Radio France Internationale au Niger, pays voisin du Mali qui a accepté le maintien d’une base aérienne française à Niamey.

Source : Avec RT


Et des rumeurs font état d’une possible acquisition de systèmes de défense anti aérien Buk M3 par l’armée malienne.