Arménie : La chasse aux politiciens a commencé en Arménie aussi. Erevan, des citoyens tentent de prendre d’assaut les bâtiments gouvernementaux. Tandis que les forces de sécurité font face à l’assaut des civils.


Arménie La chasse aux politiciens a commencé en Arménie aussi. Erevan, des citoyens tentent de prendre d’assaut les bâtiments gouvernementaux. Tandis que les forces de sécurité font face à l’assaut des civils.

Publié le 14.7.2022


Le Château de cartes continue de tomber. L’Arménie maintenant.

« La chasse aux politiciens a commencé en Arménie également. Erevan, les citoyens tentent de prendre d’assaut les bâtiments gouvernementaux, c’est ça le grand éveil

Lentement, mais sûrement, de plus en plus de pays se dégagent de l’emprise de Soros – comme la Russie, la Hongrie, et désormais l’Arménie.

Un procès sur la liquidation d’une branche de la Fondation Soros a été accepté par un tribunal d’Erevan.

Les plaignants étaient deux avocats : Tigran Atanesyan et Margarita Gulumyan accusaient la fondation Soros d’activités destructives.

Le tribunal a accepté la demande de production, mais a refusé d’appliquer des mesures de sécurité. Les avocats ont demandé d’interdire les activités de la fondation et de saisir ses comptes pour la durée de la procédure

L’Open Society et l’Open Society Assistance Fund créé par Soros sont inclus dans la liste des organisations indésirables du ministère de la Justice de la Fédération de Russie. Ils sont aussi interdits en Hongrie.

Source : Sputnik International.


Zakharova : la Russie soutient la normalisation des relations entre l’Arménie et la Turquie.

EREVAN, 14 JUILLET, ARMENPRESS rapporte : La Russie apporte un soutien constant au processus de normalisation des relations arméno-turques a affirmé Maria Zakharova.

La Russie soutient sans relâche le processus de normalisation des relations entre l’Arménie et la Turquie, qui a débuté le 14 janvier à Moscou avec la médiation de la Fédération de Russie. Information annoncée par la représentante officielle du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, lors du briefing hebdomadaire.

« Nous sommes prêts à soutenir le dialogue arméno-turc de toutes les manières possibles à l’avenir, sur la base du fait qu’il découle des intérêts de la stabilité et de la prospérité économique de la région » a affirmé Maria Zakharova, rappelant une fois de plus que les efforts de la Russie visant à normaliser les relations entre l’Arménie et la Turquie ont une longue histoire. 


Les médias MNS de France racontent que des sottises, comme toujours, ils informent du retour aux portes de l’Europe, de la guerre à ses frontières, mais voilà, ils ne sont pas sans savoir que c’est continuel depuis 1991, la Yougoslavie, la Tchétchénie le Kosovo la Géorgie l’Arménie l’Ukraine depuis février 2014.

  • l’OCS compte quatre États observateurs, à savoir la République islamique d’Afghanistan, la République du Belarus, la République islamique d’Iran et la Mongolie ;
  • l’OCS compte six partenaires de dialogue, à savoir la République d’Azerbaïdjan, la République d’Arménie, le Royaume du Cambodge, la République fédérale démocratique du Népal, la République de Turquie et la République socialiste démocratique du Sri Lanka.

Mise à jour Biolabs : Selon le Premier ministre, les laboratoires biologiques présents en Arménie ne constituent pas une menace pour la Russie.

Armenpress rapporte : Aujourd’hui, la Russie se concentre sur l’Arménie.

La Russie a été catégorique quant à l’inspection des laboratoires biologiques arméniens dès 2018. Accusant les États-Unis d’être impliqués dans l’activité biologique arménienne et aidant aux opérations biologiques en Ukraine.

Voici un rapport de la presse arménienne, concernant un Facebook Livestream du Premier ministre Nikol Pashinyan de plus tôt dans la journée, parlant de l’intérêt de la Russie pour l’implication des États-Unis dans les biolabs arméniens.

Pashinyan a répondu : « Il est vrai que [les biolabs arméniens] ont été créés avec le soutien des États-Unis, mais ils appartiennent à la République d’Arménie. Ce sujet a été soulevé en 2018, nos partenaires russes ont exprimé leur inquiétude, nous les avons invités, nous dit, venez montrer quelle est la préoccupation. Il y a eu des visites et des discussions, mais aucune préoccupation n’a été soulevée à la suite de ces discussions.

Donc, tout d’abord, le Premier ministre arménien vient de confirmer que son réseau de biolabs a été construit avec l’aide des États-Unis. Que se passe-t-il avec les États-Unis et leur présence biologique MASSIVE dans l’espace post-soviétique ?

Pashinyan a noté qu’un document sur la coopération dans le domaine de la biosécurité a été signé entre l’Arménie et la Russie, il y a une coopération étroite entre les deux pays dans ce domaine, la coopération se poursuivra.

« Mais cela ne signifie pas que nous ne coopérerons pas avec d’autres pays dans le domaine du développement des sciences et des infrastructures. C’est une autre question que nous devons voir si cette coopération représente une menace pour la Fédération de Russie ou non. Nous garantissons qu’au cours de notre coopération, nous n’avons pas créé et ne créerons pas de menaces pour nos alliés. Même si nous entendons des préoccupations, nous essayons de comprendre si nous avons pu manquer quelque chose. S’il s’avère que nous avons manqué quelque chose, nous créons une menace, bien que cela soit impossible, nous sommes ouverts à ces discussions. J’ai exprimé des inquiétudes au sujet de ces déclarations publiques, mais jusqu’à présent, je n’ai reçu aucune information spécifique à ce sujet », a conclu M. Pashinyan.