USA : Le régime de Biden a prétendu que son « comité de désinformation » n’avait qu’un rôle consultatif… Des documents récemment publiés brossent un tableau plus sombre.


Le régime de Biden a prétendu que son « comité de désinformation » n’avait qu’un rôle consultatif… Des documents récemment publiés brossent un tableau plus sombre.

Publié le 9.6.2022


Le « conseil de désinformation » du régime Biden, aujourd’hui disparu, était censé avoir un rôle consultatif, selon les responsables du DHS.

Le conseil a été dissous après que la personne qui était censée le diriger, Nina Jankowicz, a été sévèrement critiquée pour ses déclarations sur les médias sociaux et la promotion de sa propre désinformation, notamment le scandale discrédité du Russiagate.

Le conseil a également été critiqué par des politiciens républicains et le grand public pour sa ressemblance étrange avec le « ministère de la Vérité » dans « 1984 » de George Orwell.

Des documents récemment publiés indiquent que ces accusations étaient exactes.

The Gateway Pundit rapporte :

Tendance : USA : BIDEN REFUSE de parler de l’arrestation d’un homme qui projetait de tuer le juge Kavanaugh, quelques semaines seulement après que Schumer et Pelosi aient encouragé les fanatiques de l’avortement à continuer de manifester devant les maisons des juges.

« La lettre indique que des documents suggèrent que « le ministère a travaillé sur des plans visant à « opérationnaliser » ses relations avec les entreprises privées de médias sociaux pour mettre en œuvre ses objectifs de politique publique. 14 Par exemple, nous avons obtenu des projets de notes d’information préparées pour une réunion prévue le 28 avril 2022 entre Robert Silvers et les dirigeants de Twitter, Nick Pickles, responsable de la politique, et Yoel Roth, responsable de l’intégrité du site. »

Selon les documents connexes, il y avait un briefing pour la réunion prévue indiquant que « la réunion prévue entre Silvers et les cadres de Twitter comme une occasion de discuter de l’opérationnalisation des partenariats public-privé entre le DHS et Twitter, ainsi que [d’] informer les cadres de Twitter sur le travail du DHS sur MDM, y compris la création du conseil de gouvernance de la désinformation et son échange analytique. »

La lettre indique que les responsables du DHS au conseil de la désinformation prévoyaient de rencontrer les dirigeants des médias sociaux pour se coordonner avec eux sur la censure des médias sociaux.

La directrice du conseil de désinformation, Nina Jankowicz, aurait été choisie pour son rôle en raison de sa relation étroite avec les dirigeants de Twitter.