USA : Un ancien juge du Wisconsin a été tué à son domicile… Les noms de deux gouverneurs démocrates et d’un législateur républicain figurent sur une prétendue « liste de cibles » dans le véhicule du tireur.


Un ancien juge du Wisconsin a été tué à son domicile… Les noms de deux gouverneurs démocrates et d’un législateur républicain figurent sur une prétendue « liste de cibles » dans le véhicule du tireur.

Publié le 5.6.2022


La police a été appelée au domicile de New Lisbon de John Roemer, 68 ans, juge retraité du comté de Juneau, la nuit dernière, suite à des rapports de coups de feu. Lorsque le shérif du comté de Juneau est arrivé, il a découvert le corps de l’ancien juge, tué par balle et attaché à son fauteuil, ainsi que le tireur présumé, qui s’est tiré dessus et se trouve actuellement à l’hôpital dans un état critique.

Juge du comté de Juneau à la retraite, John Roemer

La police pense que le motif de la mort par balle du juge est une sentence prononcée par le juge à l’encontre du tireur de 56 ans.

« Nous pensons qu’il s’agissait d’un incident ciblé », a déclaré aux journalistes le procureur général de l’État, Josh Kaul. « Parce que c’est une enquête en cours, nous n’allons pas entrer dans les détails des informations disponibles, mais jusqu’à présent, les informations recueillies indiquent que c’était ciblé et que le ciblage était basé sur une sorte d’affaire ou d’affaires judiciaires. »

En fouillant le véhicule du suspect, ils ont découvert une « liste de cibles » comprenant les noms du chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, du gouverneur démocrate du WI, Tony Evers, et de la gouverneure démocrate du MI, Gretchen Whitmer.

Ce n’est pas la première fois que Gretchen Whitmer est une cible présumée. En 2021, alors que les sondages pour la gouverneure démocrate étaient en chute libre en raison de sa gestion lamentable de la crise du COVID dans le Michigan, une histoire concernant un « complot » découvert visant à « kidnapper » la gouverneure a soudainement donné une nouvelle vie à la « victime » Whitmer. Il a été découvert plus tard que le soi-disant « complot » pour kidnapper Whitmer semblait être orchestré par le FBI.

À lire aussi : USA : « 2000 Mules » fait trembler le monde ! Des politiciens européens de premier plan s’expriment : « Je pense qu’il est fort probable que sans cette fraude électorale, Joe Biden n’aurait pas été élu président des États-Unis, mais que Donald Trump serait toujours en fonction » [VIDÉO].

Tout comme les suspects dans l’affaire du « kidnapping » de la gouverneure Whitmer, qui s’est effondrée sous l’examen du tribunal, John Mercure de WTMJ a rapporté que le suspect de 56 ans était membre d’une milice.

Selon le Daily Mail, l’affaire est traitée comme un homicide et une affaire de terrorisme national, et les autorités examinent les dossiers judiciaires.

Nous attendons de savoir pourquoi cette affaire est qualifiée de « terrorisme national ».

En juin 2021, Joe Biden a ordonné l’examen de la manière dont les agences fédérales traitaient l’extrémisme intérieur peu après son entrée en fonction, dans le cadre d’un effort visant à reconnaître les suprémacistes blancs et les milices comme des menaces majeures pour la sécurité nationale.

Se pourrait-il que, pour que l’affirmation ridicule de l’AG Merrick Garland selon laquelle le « terrorisme intérieur » est la plus grande menace pour l’Amérique tienne la route, les cas d’homicides isolés soient désormais qualifiés de « terrorisme intérieur » pour renforcer la crédibilité de leur faux récit ? Ce n’est pas comme si notre gouvernement n’était pas capable de mener des campagnes de désinformation massives dans le but de créer de faux récits. Il n’y a pas si longtemps, les hôpitaux, les maisons de retraite et les centres d’hébergement pour personnes âgées indiquaient « COVID » comme cause de décès pour des personnes atteintes d’un cancer en phase terminale ou simplement mortes de vieillesse afin d’augmenter le nombre total de cas de COVID, créant ainsi la tempête parfaite pour que les démocrates exigent des bulletins de vote par correspondance à l’échelle nationale, sans poser de questions, pour l’élection de novembre 2020, créant ainsi l’élection la moins sûre de l’histoire des États-Unis.