France : Un rapport sénatorial préconise d’expérimenter la reconnaissance faciale pour une durée de trois ans.


Un rapport sénatorial préconise d’expérimenter la reconnaissance faciale pour une durée de trois ans.

Ils arrivent toujours à leurs fins, même de façons détourner pour insidieusement vous prendre vos libertés, gageons que leurs armes de surveillances à la chinoise se retournent un jour contre eux…

Publié le 12.5.2022


Un groupe de travail de la commission des Lois du Sénat a présenté mercredi 11 mai un rapport sur la reconnaissance faciale en l’assortissant de 30 propositions, à commencer par une loi d’expérimentation de trois ans:

  • Interdiction de la notation sociale. […]
  • Interdiction de la catégorisation d’individus en fonction de l’origine ethnique, du sexe, ou de l’orientation sexuelle, sauf dans le cadre de la recherche scientifique et sous réserve de garanties appropriées ;
  • Interdiction de l’analyse d’émotions, sauf à des fins de santé ou de recherche scientifique et sous réserve de garanties appropriées ;
  • Interdiction de la surveillance biométrique à distance en temps réel dans l’espace public, sauf exceptions très limitées au profit des forces de sécurité ; en particulier, cette interdiction porterait sur la surveillance biométrique à distance en temps réel lors de manifestations sur la voie publique et aux abords des lieux de culte.
  • le principe de subsidiarité, pour que la reconnaissance biométrique ne soit utilisée que lorsqu’elle est vraiment nécessaire ;
  • le principe d’un contrôle humain systématique afin qu’il ne s’agisse que d’une aide à la décision ;
  • le principe de transparence pour que l’usage des technologies de reconnaissance biométrique ne se fasse pas à l’insu des personnes.

Le projet repose essentiellement sur les compétences de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), qui tiendrait le rôle de « gendarme ». Comme nous savons de quoi ils sont capables en matière de censure, nous ne nous faisons pas de soucis quant à leurs futures intentions volontaires.

Ps: Les force de l’ordre serait autorisé à l’utiliser pour les manifestations sur la voie publique et les lieux de culte.

Ils veulent aussi permettre à la police d’utiliser la reconnaissance de votre visage pour reconstituer votre parcours, dans le cadre d’enquêtes judiciaires ou de renseignement, ou pour la recherche « d’auteurs d’infractions graves ».

Source