Q SCOOP – «Nike est une marque chinoise et est pour la Chine», déclare le PDG de l’entreprise.


« Nike est une marque chinoise et est pour la Chine », déclare le PDG de l’entreprise.

Voilà vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire Boycottons tout ce système du PCC.

Publié le 28.6.2021 par Samuel Allegri


Des habitants de Shanghai passent devant un magasin Nike dans la rue commerçante Nanjing Road, le 17 avril 2010 à Shanghai. Aujourd'hui, 41 % des chaussures Nike sont fabriquées au Viêt Nam, et 32 % en Chine. (Feng Li/Getty Images)
Des habitants de Shanghai passent devant un magasin Nike dans la rue commerçante Nanjing Road, le 17 avril 2010 à Shanghai. Aujourd’hui, 41 % des chaussures Nike sont fabriquées au Viêt Nam, et 32 % en Chine. (Feng Li/Getty Images)

L’entreprise a récemment fait l’objet de critiques concernant le travail forcé dans la Chine communiste

Le directeur général de Nike a déclaré que la société est une « marque qui est de la Chine », au milieu des récentes allégations selon lesquelles la société est liée aux violations des droits de l’homme commises par le Parti communiste chinois (PCC).

« Nike est une marque qui est de la Chine et pour la Chine », a déclaré le PDG de la marque de vêtements, John Donahoe, aux analystes de Wall Street la semaine dernière en réponse à une question sur la concurrence des entreprises chinoises lors d’un appel téléphonique au sujet des résultats du quatrième trimestre, rapporte la BBC.

« Nous avons toujours eu une vision à long terme. Nous sommes en Chine depuis plus de 40 ans », a déclaré le PDG John Donahoe, exprimant son optimisme quant à la poursuite de la croissance rapide de la marque dans le pays le plus peuplé du monde.

Le PDG de Nike a également fait référence au cofondateur et ancien PDG de la marque, Phil Knight.

« Phil a investi beaucoup de temps et d’énergie en Chine à ses débuts, et aujourd’hui nous sommes la plus grande marque de sport là-bas », a-t-il déclaré.

Nike a récemment été critiqué par un sénateur américain pour avoir fermé les yeux sur les allégations de travail forcé en Chine, arguant qu’ils rendent les consommateurs américains complices des politiques répressives de Pékin.

S’exprimant lors d’une audition de la commission des affaires étrangères du Sénat sur la répression par la Chine des Ouïghours et d’autres minorités musulmanes dans la région occidentale du Xinjiang, le sénateur Marco Rubio (Parti républicain, Floride) a déclaré que de nombreuses entreprises américaines n’avaient pas pris conscience du fait qu’elles « profitaient » des abus du gouvernement chinois.

Le sénateur Marco Rubio (Parti républicain, Floride) au Capitole à Washington le 23 février 2021. (Drew Angerer/Pool/AFP via Getty Images)

« Pendant bien trop longtemps, des entreprises comme Nike et Apple et Amazon et Coca-Cola ont utilisé le travail forcé. Elles bénéficiaient du travail forcé ou s’approvisionnaient auprès de fournisseurs soupçonnés d’utiliser le travail forcé », a déclaré Rubio le 10 juin. « Malheureusement, ces entreprises nous rendaient tous complices de ces crimes. »

Des groupes de défense des droits de l’homme, des chercheurs, d’anciens résidents et certains législateurs occidentaux affirment que les autorités du Xinjiang ont facilité le travail forcé en détenant arbitrairement environ un million de Ouïghours et d’autres minorités principalement musulmanes dans un réseau de camps depuis 2016.

Sophie Richardson, directrice de la Chine pour Human Rights Watch, a déclaré au panel du Sénat que la « répression et la surveillance extrêmes » de Pékin rendaient impossible la vérification préalable des droits de l’homme pour les entreprises.

Les responsables de Nike n’ont pas répondu à une demande de commentaires à l’heure de la mise sous presse.


Source