Q SCOOP – Des documents confidentiels révèlent que Moderna a envoyé un candidat vaccin à ARNm contre le coronavirus à des chercheurs universitaires plusieurs semaines avant l’apparition de la Covid-19.


Des documents confidentiels révèlent que Moderna a envoyé un candidat vaccin à ARNm contre le coronavirus à des chercheurs universitaires plusieurs semaines avant l’apparition de la Covid-19.

Publié le 18.6.2021 par THE DAILY EXPOSE


Le biologiste JF Lesgard communique des informations capitales qui normalement devrait faire la une de la presse d’un pays libre…

Un accord de confidentialité montre que des candidats vaccins potentiels contre le coronavirus ont été transférés de Moderna à l’Université de Caroline du Nord en 2019, dix-neuf jours avant l’émergence du prétendu virus provoquant le Covid-19 à Wuhan, en Chine.

L’accord de confidentialité indique que les fournisseurs « Moderna » aux côtés de « l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses » (NIAID) de FAUCI ont accepté de transférer « les candidats vaccins contre le coronavirus à ARNm » développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna aux destinataires « Le Université de Caroline du Nord à Chapel Hill’ le 12 décembre 2019.


Trouvé à la page 105 de l’accord


L’accord de transfert de matériel a été signé le 12 décembre 2019 par Ralph Baric, PhD, à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, puis signé par Jacqueline Quay, directrice des licences et du soutien à l’innovation à l’Université de Caroline du Nord le 16 décembre 2019.

Ralph BARIK c’est la mafia de la création du virus : Il sait, comme son pote Daszak, que « les coronavirus ne sont pas traitables avec les anticorps monoclonaux et vous ne pouvez pas vacciner contre eux avec un vaccin »



Qu’est-ce que Moderna savait que nous ne savions pas ? En 2019, il n’y avait aucun coronavirus singulier constituant une menace pour l’humanité qui justifierait un vaccin, et les preuves suggèrent qu’il n’y a pas eu non plus de coronavirus singulier constituant une menace pour l’humanité en 2020 et 2021.

L’accord a également été signé par deux représentants du NIAID, dont Amy F. Petrik PhD, une spécialiste du transfert de technologie qui a signé l’accord le 12 décembre 2019 à 8h05. L’autre signataire était Barney Graham MD PhD, un investigateur du NIAID, mais cette signature n’était pas datée.


Les signataires du NIAID se trouvent à la page 107

Les derniers signataires de l’accord sont Sunny Himansu, l’enquêteur de Moderna, et Shaun Ryan, le conseiller général adjoint de Moderna. Les deux signatures ont été faites le 17 décembre 2019.

Les signataires de Moderna se trouvent à la page 108

Toutes ces signatures ont été faites avant toute connaissance de l’émergence présumée du nouveau coronavirus. Ce n’est que le 31 décembre 2019 que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris connaissance d’un groupe présumé de cas de pneumonie virale à Wuhan, en Chine. Mais même à ce moment-là, elle n’avait pas déterminé qu’un prétendu nouveau coronavirus était à blâmer, déclarant plutôt que la pneumonie était de « cause inconnue ».



Ce n’est que le 9 janvier 2020 que l’ OMS a rapporté que les autorités chinoises avaient déterminé que l’épidémie était due à un nouveau coronavirus qui est devenu plus tard connu sous le nom de SRAS-CoV-2 avec la prétendue maladie résultante surnommée COVID-19. Alors pourquoi un candidat vaccin contre le coronavirus à ARNm développé par Moderna a-t-il été transféré à l’Université de Caroline du Nord le 12 décembre 2019 ?

C’est la même société Moderna qui a fait autoriser un vaccin à ARNm contre le coronavirus pour un usage d’urgence uniquement au Royaume-Uni et aux États-Unis, afin de lutter prétendument contre le COVID-19.

Que savait Moderna que nous ne savions pas ? En 2019, il n’y avait pas de coronavirus unique représentant une menace pour l’humanité qui aurait justifié un vaccin, et les preuves suggèrent qu’il n’y a pas eu de coronavirus unique représentant une menace pour l’humanité en 2020 et 2021 non plus.

Compte tenu du fait qu’un test PCR défectueux a été utilisé à un taux de cycle élevé, que les hôpitaux ont été vides par rapport aux années précédentes, que les statistiques montrent que seulement 0,2 % des personnes prétendument infectées sont décédées dans les 28 jours suivant un résultat de test prétendument positif, que la majorité de ces décès sont des personnes âgées de plus de 85 ans et qu’une masse de ces décès ont été causés par un médicament appelé midazolam, qui provoque une dépression respiratoire et un arrêt respiratoire.

Peut-être Moderna et l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses voudraient-ils s’expliquer devant un tribunal ?


Source