Q SCOOP – La Corée du Nord interdit toute critique de la Chine et tout préjugé à l’égard des résidents d’origine chinoise.


La Corée du Nord interdit toute critique de la Chine et tout préjugé à l’égard des résidents d’origine chinoise.


Publié le 29.4.2021 par Radio Free Asia

Message Qactus : « Pour bien comprendre cet article, rappelez-vous que l’alliance est avec Xi Jinping et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un (alors que son père était avec le PCC et l’état profond US, il était même un membre de la CIA-Deepé en Asie), repensez quand D. Trump est venu et a été le seul président Américain a passé la frontière de la Corée du Nord pour le saluer. Les Chinois souffrent autant que nous, ne pas confondre Chine et PCC) la Chine, le monde est divisé en deux à cause de l’état profond ou Deep-state en anglais, géré par le PCC dans le monde ! Lisez-le en pensant toujours a cette division) ».


Le dirigeant chinois Xi Jinping et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un se rencontrent. (Xinhua/Ju Peng/Sipa USA/TNS)

Cet article a été publié à l’origine par Radio Free Asia et est reproduit avec autorisation.

Les autorités nord-coréennes ont menacé de punir les citoyens surpris en train de critiquer la Chine ou d’agir de manière discriminatoire envers les résidents chinois du pays, ont déclaré des sources à RFA.

Appelés « Hwagyo » en coréen, les résidents d’origine chinoise ne sont pas des citoyens nord-coréens. Bien que leurs familles vivent sur la péninsule coréenne depuis de nombreuses générations, les Hwagyo sont toujours considérés comme des étrangers dans la société nord-coréenne homogène et sont la cible de préjugés lorsque le sentiment anti-chinois est fort.

Le nombre exact de Hwagyo en Corée du Nord n’est pas connu, car le dernier recensement du pays en 2008 a classé les personnes dans la catégorie des Coréens ou des « autres ». Selon des estimations publiées par le journal sud-coréen Chosun Ilbo, la population d’origine chinoise s’élevait à environ 10 000 personnes en 2009.

La pandémie de coronavirus a porté préjudice à l’économie des Nord-Coréens et des Hwagyo, certains d’entre eux étant plus durement touchés par la décision prise par Pékin et Pyongyang en janvier 2020 de fermer la frontière sino-coréenne, longue de 880 miles, et de suspendre tout commerce pour des raisons liées au virus. Cette décision a été un désastre pour l’économie nord-coréenne, en particulier pour ceux qui gagnaient leur vie grâce au commerce transfrontalier.

Bien que la frontière reste fermée, la Corée du Nord a reçu de l’aide chinoise par voie ferroviaire et maritime. Selon certaines sources, Pyongyang pourrait s’inquiéter du fait que la population se montre hostile à la Chine et aux Chinois à un moment où le gouvernement se tourne vers Pékin pour lui tendre la main.

Un habitant de la ville frontalière de Sinuiju, au nord-ouest du pays, a déclaré au Service coréen de RFA, le 21 avril, que les unités de surveillance du voisinage de la ville ont tenu des réunions pour dire aux gens que le comité provincial du parti allait commencer à punir les personnes qui critiquent de manière calomnieuse la Chine et les résidents Hwagyo de Corée du Nord.

« Il est vrai qu’il y a eu diverses formes de critiques et de calomnies contre les Hwagyo au fil des ans en raison de préjugés latents et de la peur. Les marchands de liasses de Hwagyo vendent des produits chinois, mais il y a eu des conflits et des disputes, si bien que les Nord-Coréens les appellent souvent par des insultes raciales », a déclaré la source.

« Certains Nord-Coréens détestent vraiment les dirigeants chinois pour avoir dit publiquement que la Chine fait partie d’une ‘fraternité socialiste’ avec la Corée du Nord, mais Pékin fait très peu pour nous soutenir, même si nous vivons des difficultés économiques à cause du coronavirus. Par le passé, même les autorités se sont montrées méfiantes à l’égard de notre dépendance inconditionnelle à l’égard de la Chine et de l’espoir qu’elle prenne soin de nous, en disant : « Ne faites pas trop confiance à la Chine » », a déclaré la source.

Le gouvernement central s’inquiète de l’image qu’il donne de la Corée du Nord à un moment où celle-ci a besoin de l’aide de la Chine pour se remettre sur pied, selon la source. C’est pourquoi il a ordonné la tenue de conférences dans tout le pays.

« Les autorités ont interdit toute forme d’avilissement des Chinois, disant qu’elles mettraient les Nord-Coréens sur la scène des séances de révision idéologique et feraient d’eux des exemples s’il s’avérait qu’ils utilisaient des insultes raciales contre les Hwagyo », a déclaré la source.

« Bientôt, beaucoup d’aide chinoise arrivera, ce qui aurait été rendu possible sur les ordres directs du président chinois Xi Jinping. Le Comité central a interdit de critiquer la Chine et les Chinois car il est devenu évident que la Corée du Nord n’a aucun moyen de résoudre ses propres problèmes, tels que les pénuries de nourriture, de matériaux de construction et de ressources agricoles », a déclaré la source.

Une autre source, un habitant du comté voisin de Ryongchon, a déclaré à RFA que la branche du parti du comté avait ordonné aux gens de ne pas utiliser d’insultes raciales contre Hwagyo.

« C’est la première fois que le parti interdit légalement les préjugés contre les Hwagyo, ou les critiques contre la Chine. Les gens répandent des rumeurs selon lesquelles la Très Haute Dignité a formé une fraternité avec le président chinois Xi Jinping », a déclaré la deuxième source, en utilisant un terme honorifique pour désigner le leader nord-coréen Kim Jong Un.

« Compte tenu de la situation économique actuelle du pays, tout le monde sait que le sang de la Corée du Nord est entre les mains de la Chine. Certains disent que le peuple nord-coréen est comme des enfants de mauvais parents qui ne peuvent éviter de souffrir parce qu’ils doivent compter sur la Chine en permanence », a déclaré la deuxième source.

La deuxième source a déclaré qu’il est injuste pour les Hwagyo d’être la cible des griefs des Nord-Coréens envers le gouvernement chinois.

« Les Hwagyo du comté de Ryongchon ont également subi les mêmes difficultés que les Nord-Coréens au cours de l’année écoulée. Il suffit de dire que les Hwagyo ont vécu avec encore plus de difficultés que les Nord-Coréens », a déclaré la deuxième source.

Il est très courant que les autorités nord-coréennes interdisent l’utilisation de mots spécifiques, mais généralement, les termes interdits sont une tentative d’empêcher le discours et les manières sud-coréens de s’infiltrer dans la langue parlée en Corée du Nord.

Le fait que la Corée du Nord ait interdit une injure raciale spécifique pourrait être un rappel de l’interdiction par le gouvernement chinois, en 2016, du surnom irrévérencieux « Jin San Pang », qui a été traduit par « Kim Fatty III » en référence au poids de Kim et à son statut de troisième génération de la dynastie familiale Kim à régner sur la Corée du Nord.

La Corée du Nord a toujours compté sur la Chine pour la sortir des crises et la protéger des critiques internationales.

La Chine est venue en aide à la Corée du Nord pendant la guerre de Corée de 1950-53, perdant jusqu’à 400 000 soldats. Pékin a utilisé son influence au sein des Nations unies principalement pour protéger Pyongyang des sanctions sévères demandées par les États-Unis et d’autres pays, même si elle a parfois soutenu les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies concernant les essais nucléaires de Pyongyang.

Pendant des décennies, la Chine a été le principal partenaire commercial de la Corée du Nord et le fournisseur d’une aide qui soutient le gouvernement nord-coréen, empêchant ainsi l’effondrement du pays.


Source