Q INFOS – Facebook retire l’interview de Lara Trump avec Donald Trump, car celle-ci serait «actuellement non autorisée»


Facebook retire l’interview de Lara Trump avec Donald Trump, car celle-ci serait « actuellement non autorisée »

Publié le 2.4.2021 PAR JACK PHILLIPS


L'ancien président Donald Trump, avec sa belle-fille Lara Trump, arrive à l'aéroport international de Wilmington, en Caroline du Nord, le 2 septembre 2020. (Mandel Ngan/AFP via Getty Images)
L’ancien président Donald Trump, avec sa belle-fille Lara Trump, arrive à l’aéroport international de Wilmington, en Caroline du Nord, le 2 septembre 2020. (Mandel Ngan/AFP via Getty Images)

L’ancien président Donald Trump, avec sa belle-fille Lara Trump, arrive à l’aéroport international de Wilmington, en Caroline du Nord, le 2 septembre 2020. (Mandel Ngan/AFP via Getty Images)

Lara Trump, la belle-fille de l’ancien président, a déclaré que Facebook a supprimé le contenu qu’elle avait publié présentant « des paroles de Donald Trump ».

Lara Trump a posté mardi une capture d’écran d’un courriel provenant présumément d’un membre du personnel de Facebook, qui explique : « Nous vous contactons pour vous faire savoir que nous avons supprimé le contenu de la page Facebook de Lara Trump qui montrait le président Trump en train de parler. »

« Conformément au blocage que nous avons placé sur le compte Facebook et Instagram de Donald Trump, tout autre contenu posté avec la voix def Donald Trump sera supprimé et entraînera des limitations supplémentaires sur les comptes », peut-on lire.

Une personne proche de la Trump Organization a déclaré à Epoch Times que Facebook avait supprimé l’interview vidéo de 18 minutes de Lara Trump avec l’ancien président dans les 20 minutes suivant sa publication. Epoch Times a également contacté Facebook pour obtenir des commentaires de leur part.

Un deuxième courriel d’un employé de Facebook a donné un « rappel » que le contenu « contenant des paroles » de Trump n’est pas autorisé sur la plateforme de réseaux sociaux, selon la publication Instagram de Lara Trump. « Ces conseils s’appliquent à tous les comptes et pages de l’équipe de campagne, y compris l’équipe Trump, les autres moyens de communication de la campagne sur nos plateformes, et les anciens substituts », peut-on lire.

Lara Trump, dans ses légendes sur les réseaux sociaux, a déclaré que le courriel suggère que « nous nous rapprochons toujours un peu plus de 1984 de George Orwell ».

L’interview de l’ancien commandant en chef a également été téléchargée sur Rumble, qui a vu une augmentation des créateurs de contenu de tendance conservatrice au cours des derniers mois. Un post qui renvoyait à la version Rumble de l’interview de Trump était encore sur la page Facebook de Lara Trump.

En janvier, le président Trump a été suspendu de ses comptes Twitter, Facebook et YouTube. Les plateformes ont déclaré que cette suspension était due à ses commentaires à la suite des émeutes du 6 janvier au Capitole. Plus tard, un responsable de Twitter a déclaré que le bannissement de Trump était très probablement permanent, mais YouTube et Facebook ont été moins clairs.

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a affirmé que Trump avait utilisé les plateformes de réseaux sociaux pour « inciter à une insurrection violente contre un gouvernement démocratiquement élu ». Des groupes de défense des libertés civiles tels que l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) et des dirigeants du monde entier, comme la chancelière allemande Angela Merkel, ont déclaré que l’interdiction des réseaux sociaux était inquiétante et que ces plateformes exercent leur pouvoir de manière malavisée.

Depuis son retrait des réseaux sociaux, Donald Trump a déclaré que Twitter était devenu « ennuyeux » après sa suspension et a affirmé que des « millions » d’utilisateurs le quittent. Il a répété cette déclaration lors de son interview avec Lara Trump, qui est mariée à son fils Eric Trump, tout en disant qu’il préfère envoyer des communiqués de presse et des déclarations par courrier électronique, ce qu’il a décrit comme étant « plus élégant » que de tweeter.

Si Trump décide de se présenter à la présidence en 2024, il devra probablement trouver une autre plateforme de réseaux sociaux ou une autre stratégie de communication pour rester dans la course.

Un ancien sondeur, Jim McLaughlin, a déclaré que, quoi qu’il fasse, Trump « restera populaire parce que son programme et ses politiques ont été couronnés de succès ».

« Je ne pense pas qu’il ait besoin de faire beaucoup de choses. Je pense que de bien des façons, parfois moins on en fait mieux cela fonctionne. Voilà un homme qui n’est plus en fonction depuis le 20 janvier, soit presque deux mois maintenant et les médias sont obsédés par lui », a-t-il déclaré à Epoch Times la semaine dernière.


Source