Q SCOOP – Coronavirus : Interpol annonce les premières saisies de faux vaccins contre le Covid-19.


Coronavirus : Interpol annonce les premières saisies de faux vaccins contre le Covid-19

FRAUDE Environ 2.400 doses de faux vaccins saisies en Afrique du Sud et un réseau de vaccins contrefaits démantelé en Chine

Publié le 04/03/21 par 20 Minutes avec AFP


Interpol a annoncé qu'environ 2.400 doses de faux vaccins contre le coronavirus ont été saisies en Afrique du Sud et qu'un réseau de vaccins contrefaits a été démantelé en Chine
Interpol a annoncé qu’environ 2.400 doses de faux vaccins contre le coronavirus ont été saisies en Afrique du Sud et qu’un réseau de vaccins contrefaits a été démantelé en Chine — Mark Lennihan/AP/SIPA

Alors qu’Interpol avait mis en garde sur le fait que les vaccins seraient la cible privilégiée des réseaux criminels, « les autorités d’ Afrique du Sud ont saisi des centaines de faux vaccins contre le Covid-19 », a indiqué l’organisation internationale de coopération policière basée à Lyon. Trois ressortissants chinois et un Zambien ont été interpellés au cours de cette opération, réalisée à Germiston (province de Gauteng), qui a permis également de découvrir une « grande quantité de masques contrefaits ».

Par ailleurs, Interpol a apporté son concours à la Chine, où la police a « identifié un réseau de vente de vaccins contrefaits contre le Covid-19 et a investi les locaux de fabrication, entraînant l’arrestation de 80 suspects et la saisie de plus de 3.000 faux vaccins sur place ».

Seulement de la face émergée de l’iceberg

« Bien que nous saluions ce résultat, il s’agit seulement de la face émergée de l’iceberg en ce qui concerne la criminalité liée au vaccin anti-Covid-19 », a estimé le secrétaire général d’Interpol, Jürgen Stock, cité dans le communiqué. « Ces interpellations soulignent le rôle unique d’Interpol pour rassembler les acteurs clés à la fois du secteur public et du privé afin de protéger la sécurité publique », a ajouté M. Stock.

Interpol met à nouveau en garde contre les vaccins non homologués qui sont actuellement proposés à la vente sur Internet. « Tout vaccin promu sur des sites web ou sur le « darknet » ne sera pas légitime, n’aura pas été testé et peut être dangereux », prévient-on.

Coronavirus : Europol avertit d’un trafic de faux certificats de tests négatifs

FRAUDE Europol appelle les voyageurs à la prudence 

Plusieurs personnes ont été arrêtées en France, soupçonnés de vendre de faux certification de tests.
Plusieurs personnes ont été arrêtées en France, soupçonnés de vendre de faux certification de tests. — R.VAN LONKHUIJSEN / ANP / AFP

Jusqu’à 300 euros. C’est le prix de faux certificats de tests négatifs au Covid-19 vendus dans des aéroports, a mis en garde l’agence européenne de police Europol, ce lundi, appelant les voyageurs à la prudence.

Plusieurs personnes, suspectées de vendre de faux certificats de non-contamination dans des aéroports en Grande-Bretagne et en France, ainsi qu’en ligne ou par le biais de groupes de messageries téléphoniques en Espagne et aux Pays-Bas, ont été arrêtées, a indiqué Europol dans un communiqué de presse. 

Des documents contrefaits « de haute qualité »

Nombre de pays membres de l’Union européenne et d’autres réclament dorénavant la preuve que les passagers ne sont pas contaminés par la maladie qui a tué plus de 2,2 millions de personnes dans le monde. « Il est très probable que des criminels saisiront l’occasion de produire et vendre de faux certificats de tests au Covid-19 aussi longtemps que des restrictions aux voyages seront maintenues en raison de la pandémie », estime Europol.

« Etant donné l’étendue des moyens technologiques disponibles avec des imprimantes de haute qualité et divers logiciels, les faussaires sont capables de produire des documents faux ou contrefaits de haute qualité », ajoute l’agence, basée à La Haye (Pays-Bas). Il y a dix jours, un homme soupçonné de vendre de faux certificats de non-contamination au Covid-19 a été arrêté à l’aéroport de Luton, en Grande-Bretagne.

Sept personnes arrêtées en France

Début novembre, la police française avait arrêté sept personnes dans le cadre du démantèlement d’un trafic de faux certificats de tests négatifs au Covid-19 reprenant le nom d’un laboratoire existant, vendus à des prix allant de 150 à 300 euros à des voyageurs à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, près de Paris.

En Espagne, la police a arrêté un homme vendant de faux documents de ce type pour 40 euros en ligne, et aux Pays-Bas des trafiquants faisaient de même en utilisant des applications de messagerie de téléphonie mobile. « La détection de faux certificats de tests négatifs au Covid-19 confirme que des criminels, qu’il s’agisse de groupes du crime organisé ou d’escrocs individuels, saisissent l’occasion dès qu’elle apparaît », souligne Europol.


Source 1

Source 2