Q INFOS – Connaissez vous le Bohemian Club, il aurait été fermé le 21 janvier !


Le Bohemian Club, la société secrète qui a inspiré les scénaristes de «House of Cards»

« La chouette cela vous parle ? La chouette de Washington D.C. rappelez-vous?? »

Depuis le 20 janvier 2021, Belenoff-Glamis Group, International et Rosebel Industries ont vendu tous leurs intérêts dans la propriété Monte Rio.Ayant disposé de nos droits de propriété, Glamis cesse par la présente de fournir toute surveillance pour la propriété ou les activités de BGC. Grand Guardian retire par la présente tout support précédemment fourni.

Le Bohemian Club. Fondé en 1872, il compte environ 2000 membres, exclusivement masculins, des hauts dirigeants de l’économie, de la finance et de la politique. Ils y discutent des affaires du monde et s’entendent sur des stratégies politiques ou économiques.

Explication et Rappelle :

Fermeture Bohémian Grove Le Bohemian Club est un groupe américain mondialiste secret se réunissant annuellement au Bohemian Grove en Californie. Il est l’un des think-tanks confidentiels qui ne veulent pas laisser fuiter ce qui se dit entre certaines « élites »politiques. Économiques, médiatiques, lors du traditionnel camp d’été favorisant leur cohésion sociale où se déroule notamment une curieuse cérémonie occulte. Chaque année au mois de Juillet, ils se rendent en jet privé à Monte Rio en Californie, à 120km au Nord de San Francisco, dans

Image

un immense domaine de 1500 hectares de nature sauvage, de forêts de séquoias et de lacs. Aujourd’hui, un futur membre fait face à un interrogatoire qui, d’après un homme du club, «comblerait le KGB ». Il faut compter 18 ans d’attente pour s’inscrire, la liste des

Image

un immense domaine de 1500 hectares de nature sauvage, de forêts de séquoias et de lacs. Aujourd’hui, un futur membre fait face à un interrogatoire qui, d’après un homme du club, «comblerait le KGB ». Il faut compter 18 ans d’attente pour s’inscrire, la liste des

Image

les protagonistes sont censés suivre des conférences et des discussions politiques, assister à des divertissements et des pièces de théâtre, et même participer à des rituels païens.

Image

Le club a été fondé en 1872 à l’origine exclusivement par et pour les journalistes, qui déploraient le manque d’art et de culture dans l’après-ruée vers l’or à San Francisco. Il n’y avait que des hommes. (glauque)

Image

Quelques élites : Eisenhower, Jimmy Carter, William Randolph, Richard Nixon, Ronald Reagan, Bill Clinton, George HW Bush, George W. Bush, Dick Cheney, Alan Greenspan, John Kerry, Arnold Schwarzeneger, Bob Novak, Howard Taft, Henry Kissinger, Giscard et Michel Rocard …

Image

Parmi les arbres, séparés par un lac, il y a une statue en pierre de 12 mètres de haut représentant un hibou. La personne qui présidera le rituel «Crémation des soins», la «crémation des préoccupations».

Image
Image

Un peu d’humour !?

Image

La devise du Club est «Les araignées tissées ne viennent pas ici», ce qui implique que les préoccupations extérieures et les accords commerciaux doivent être laissés de côté.

Image

Ha au fait, toutes ces choses secrètes ou il se passe des choses cachées (il vaut mieux) ET ou ils décident de notre devenir …

TRUMP N’EN FAIT PAS PARTIE.

La date de dissolution du Bohemian Club le 21 janvier 2021, soit le lendemain de l’inauguration de Biden ! Y aurait-il un lien ? Plusieurs esclaves MK ont témoigné y avoir été amenés…

Voir ici : Glamis Calling.org

Image

Quelques membres du Bohemian Club

David RockefellerBanquier, et membre du Groupe Bilderberg, du CFR et de la Commission Trilatérale
Nelson RockefellerBanquier, et membre du CFR, et de MAJI-MJ12. Très lié au lobby militaro-industriel américain, c’est lui qui a placé au pouvoir Nixon et Kissinger.
Henry Kissinger: Ancien ministre des affaires étrangères sous la présidence de Nixon, membre du Groupe Bilderberg, du CFR, de la Commission Trilatérale, et de MAJI-MJ12.
Herbert HooverPrésident des Etats-Unis de 1929 à  1933
Dwight Einsenhower Chef de guerre durant la seconde guerre mondiale et président des Etats-Unis de 1953 à  1961
Richard NixonPrésident des Etats-Unis de 1969 à  1974
Gerald FordPrésident des Etats-Unis de 1974 à  1976
Ronald ReaganPrésident des Etats-Unis de 1981 à  1988
George H.W. Bushprésident des Etats-Unis de 1989 à  1992, père de George W. Bush, ex-directeur de la CIA, membre des Skull and Bones, du CFR, de MAJI, entre autres
George W. BushPrésident des Etats-Unis de 2000 à  2008, membre des Skull and Bones
Jeb Bush: Le frère de George W. Bush, et gouverneur de Floride
Dick Cheney: Vice-président des Etats-Unis de 2001 à  2008, ministre de la défense de 1989 à  1992
Colin Powell: Ancien ministre de la défense de Bush
Caspar Weinberger: Ancien ministre de la défense Américaine
Eliott Richardson Ancien ministre de la défense Américaine
William Casey: Ancien directeur de la CIA
William Webster: Ancien directeur du FBI
George Schulz: Ancien ministre des affaires étrangères sous Reagan, ancien ministre de la défense de H. Walker Bush, membre du CFR
Malcom Forbes: Milliardaire américain
James Baker: Ancien ministre des affaires étrangères de H. Walker Bush
Arnold Schwarzenegger: gouverneur de Californie
Alan GreenspanPrésident de la banque centrale américaine la FED
Charles SchwabPrésident de Charles Schwab & Co, l’une des plus grosses sociétés de gestion financière et d’investissements boursiers du monde
Vernon Walters: Ancien chef d’état major de l’Armée américaine
David Packard: Fondateur de la société Hewlett-Packard
Lou Gerstner: Président d’IBM
Alex Mandl: Vice-président d’AT&T
Antonin Scala: Juge à  la Cour Suprême américaine
Joseph Califano: Ancien ministre de la Justice sous Nixon et Reagan
Pete Wilson: Ancien gouverneur de Californie
Helmut SchmidtAncien premier ministre allemand
Valery Giscard d’EstaingAncien président français, membre du Groupe de Bilderberg, concepteur de la Constitution Européenne.
Michel RocardAncien premier ministre français, membre du Groupe de Bilderberg
Tony Blair: Ex premier ministre britannique, également membre du Groupe de Bilderberg
Ferdinando Salleo: Dernier gouverneur de Hong-Kong
Miguel de la MadridAncien président du Mexique
Edward Teller: Père de la bombe atomique américaine
Walter Cronkite: Journaliste vedette de la chaine CBS
Francis Ford Coppola: Cinéaste, il a réalisé le film Le Parrain qui reste un chef d’oeuvre encore aujourd’hui.
Franck Borman: Astronaute
Alexander Shulgin: Chimiste moléculaire, inventeur de l’Ecstasy et de plus de 200 autres substances « psychédéliques » (génératrices d’états modifiés de la conscience)
Charlton Heston: Acteur, et président le la NRA (National Rifle Association), le lobby américain des propriétaires d’armes à  feu
Bono: Chanteur du groupe U2
Et beaucoup d’autres…

Quelques Photos


Réunion au Bohemian Club le 23 Juillet 1967. On peut voir à  gauche Reagan et a droite Nixon Président des USA a l’époque. C’est durant ce meeting que Nixon cédera la place a Reagan pour etre le candidat du parti républicain en novembre 1967.

Alan Greenspan Bohemian Club
Alan Greenspan sur la gauche président de la banque centrale des USA

George H Walker Bush Bohemian Club 1993
George H. Walker Bush sortant de son avion en juillet 1993

Kissinger Lewis Bohemian Club 1986
Kissinger se dirigeant au meeting en 1986

Dick Cheney Bohemian Club Profil
Dick Cheney au centre vue de profil

Bush Pere et Fils Bohemian club
Bush Père et fils lors d’un meeting au Bohemian Club

Eisenhower Bohemian Club
Einsenhower ancien Président des USA au Bohemian Club

Article de Slate qui nous explique cela publié en 2017

La chouette cela vous parle ? La chouette de Washington D.C. rappelez-vous??

Attention cet article a été publié par Sylvain Monier-Leclercq  le 11 octobre 2017 à 8h00


Dans une forêt aux Etats-Unis, un groupe d’hommes revêtus de robes à capuche se rassemblent devant une immense statue de corbeau. Ils psalmodient ce qui semble être une prière païenne. L’incantation («Délivre-nous!») est répétée par l’assemblée pendant qu’une barque emportant un squelette humain se dirige vers ladite statue, tout en se consumant par le feu, comme une offrande à l’adresse du corbeau. C’est alors que l’un des membres de cette secte –très étrange– ôte sa capuche pour prendre à témoin le téléspectateur que nous sommes –face caméra, à la manière des comédies italiennes de jadis. On reconnaît Frank Underwood (Kevin Spacey) qui nous explique les raisons de sa présence en ce lieu. Ça, ce sont les premières images de l’épisode 8 de la saison 5 de House of Cards. La série de Netflix qui met en scène la quotidien d’un Président américain sans scrupule. Et si le decorum de cette ouverture a fait grand bruit, c’est que les initiés ont aisément saisi l’allusion au Bohemian club.

Le Bohemian club (également appelé «Bohemain Grove», «BC» ou tout simplement, «le Grove»): le cercle le plus fermé et le plus select au monde. Une société secrète fondée en 1872 par deux journalistes du San Francisco Examiner. À l’époque, il s’agissait d’un club très «bohème» (comme son nom l’indique), créé pour la détente, le fun, après une Guerre de sécession qui était restée dans toutes les têtes. Une sorte de fraternité étudiante façon carabins de fac de médecine. Bambocheurs certes, mais avec un certain niveau de culture. D’où ce goût pour l’ésotérisme notamment. Par la suite, les journalistes «bohèmes» ont été éjectés pour laisser place aux notables politiques. Depuis, le club suscite pléthore de fantasmes et d’interrogations.

À ce jour, aucune œuvre de fiction n’avait évoqué aussi directement l’existence de cette organisation. Certaines allusions sont apparues naguère dans l’œuvre d’Amistead Maupin (Les Chroniques de San Francisco) ou plus récemment dans les lyrics du titre Mal aimé du rappeur Nekfeu. À noter surtout, le thriller français Le Règne des Illuminati de Eric Giacometti et Jacques Ravenne (éd. Fleuve noir) qui aborde très frontalement le sujet en mettant en scène un flic franc-maçon qui assiste –en planque– à la même cérémonie. Mais jamais au cœur d’une œuvre possédant la popularité et l’impact planétaire de House of Cards.

La crème des conservateurs américains

Le Bohemian club regrouperait peu ou prou 2.000 membres exclusivement masculins. Tous ces adeptes payent un droit d’entrée (25.000 $) et sont tous minutieusement cooptés (21 ans minimum de liste d’attente). On y trouve la crème de la crème des conservateurs américains, du monde des médias et de l’industrie. Tous les ans, les deux dernières semaines de juillet, cette fine équipe se retrouve dans une propriété privée de 11 km² appartenant au club, située à Monte Rio en Californie, aux alentours de San Francisco, au cœur d’une forêt de séquoias géants. Ensemble, ils parlent business (pas trop), golf (beaucoup), politique, géopolitique, perspectives à venir concernant les Républicains, les USA, le monde… Mais avant cela, tous doivent assister à l’ouverture du séminaire: la fameuse cérémonie du hibou, «The cremation of care». Car c’est devant une statue de hibou que les membres du Grove se rassemblent, et non devant celle d’un corbeau, comme les scénaristes de House of Cards ont choisi de le raconter.

Une cérémonie que reprend des élements de rites druidiques et babyloniensau bord d’un lac artificiel et au pied d’une statue de hibou en ciment de 12 mètres. Des haut-parleurs sont posés à côté du volatile, donnant l’illusion que celui-ci parle, jouant les maîtres de cérémonie. La voix enregistrée est celle de l’ancien-journaliste Walter Conkrite –décédé en 2009. Il était au niveau popularité, l’équivalent américain de Patrick Poivre d’Arvor et était un membre du BC. Les parties du discours peuvent contenir des allusions aux prisonniers prétendus des druides représentant les tribus ennemies. Ce sont essentiellement des textes poétiques d’inspiration gréco-romaine très en vogue à la fin du XIXe siècle. Au terme de la cérémonie, une barque contenant un cercueil dérive jusqu’au pied du hibou. Le cercueil contient une effigie d’enfant, qui est alors brûlée sur un bûcher.

Selon Alex Jones, «l’incinération symbolise la disparition des soucis pour les membres du club.» Alex Jones? Un journaliste indépendant, théoricien du complot, qui a infiltré la cérémonie à l’été 2000 et qui en a ressorti un film Dark secrets inside Bohemian Grove. Avant lui, à la fin des années 1980, dans feu le magazine américain satirique Spy, Philip Weiss avait publié un compte-rendu de l’édition 1989 du Grove. Etaient évoqués les présences de certains membres du clan Bush, James Baker, Henry Kissinger, David Rockfeller et… Michel Rocard.

Michel Rocard en invité vedette

«Rocky», à l’époque Premier ministre, avec une capuche sur la tête priant face à un hibou avec ses potes Jim et Henry? Nous n’osions le croire mais décidions cependant d’en avoir le cœur net. En avril 20015, après nous avoir confirmé sa présence au Grove en 1989 par e-mail, le chantre de la deuxième gauche accepta une interview de visu pour le magazine Schnock. On apprenait alors que le Premier ministre n’avait pas assisté à l’ouverture des réjouissances (la cérémonie du hibou) mais qu’il avait été, en revanche, très flatté par l’accueil qui lui avait été réservé. Invité par James «Jim» Baker par l’entremise de Henry Kissinger et en véritable vedette américaine, il s’était fendu d’un laïus devant les membres sur l’état du monde d’alors, devant les grands de ce même monde. Mais ce qui l’avait le plus étonné, c’était de voir tous le gratin de la finance et de la politique en mode totalement détendus. Morceaux choisis :

«Le Grove? C’est comme un camp de vacances: on fait le casse-croûte, on couche sous des huttes en bois à 7 ou 8. Pour se laver, il y a un seul robinet sur le pylône à l’entrée. On boit le coup joyeusement mais attention: personne n’est ivre, ce n’est pas trop le genre. C’est beaucoup moins guindé que Bilderberg car au Grove, on joue aux cow-boys… La cérémonie du hibou? Je n’ai pas été invité à cette réjouissance. Dans l’ensemble, j’ai trouvé ça folklorique, rigolo et un peu étrange. Mais d’une certaine façon, tout ce qui est américain est un peu étrange…»

Reste que cet aspect, étrange, folklorique, voire incongru a fait naître pléthore de soupçons concernant ce club pour riches et décideurs de tous poils. Au point que de nombreuses théories firent florès. Certains voyant en cela une secte de type satanique avec force de sacrifices d’enfants (simulés ou non): l’épisode de la barque avec le mannequin d’un garçonnet faisant penser au culte des démons Baal ou Moloch. Et d’autres de qualifier plus prosaïquement le Bohemian club de ramassis d’«Illuminati» qui façonneraient, entre deux cérémonies paganistes, le nouvel ordre mondial. Un peu comme un consortitum de gros méchants dans un James Bond…

Du Bohemian Grova aux Illuminatis

Coauteur avec Eric Giacometti de polars à succès (la série des Antoine Marcas, citée plus haut), spécialiste de la critique génétique ayant travaillé dans le cadre du CNRS et du Collège de France, Jacques Ravenne, 53 ans, est également un expert des sociétés secrètes. Pour lui, les Illuminati tiendraient plus de la société discrète (pas secrète) des étudiants de Yale, la fameuse Skull and Bones, que du Grove. Et pour cela, il faut remonter au XVIII ème siècle dans le sud de la Bavière :

«Les Illuminés de Bavière sont une organisation secrète fondée le 1er mai 1776 par le philosophe, théologien et ex-franc-maçon Adam Weishaupt à Ingolstad. Nourri aux textes interdits des Lumières, la groupe va connaître un succès intense. Les Illuminés de Bavière sont composés de grands bourgeois qui s’imaginent révolutionnaires. Et effectivement, plus l’organisation compte de membres plus elle s’affirme pré-révolutionnaire. Au point que les autorités vont décider de la dissoudre. Les Illuminés de Bavière ne subiront pas de répercussions coercitives puisque faisant tous partie de l’élite. Et cette société secrète va mourir de sa belle mort.»

Et quid des Skull and Bones dans cette affaire? « Un étudiant américain nommé, William Huntington Russell va de 1831 à 1832 faire ses études en sud Bavière et connaître l’existence de cette organisation. Et lors de son retour aux Etat-Unis, il va s’en inspirer pour créer le Skull and Bones. D’où l’analogie avec les Illuminati». Le fait est que contrairement à l’Europe, les sociétés secrètes ont plutôt bonne presse aux Etats-Unis. Elles participent aussi à la recherche de racines oubliées. «Comme une sorte de “souchage”, comme on le dit en botanique», analyse Jacques Ravenne.

Des sociétés secrètes en perte d’influence

Et l’auteur de nous préciser que cette société étudiante américaine, essentiellement composée de WASP, a vu naître pléthore du futurs dirigeants politiques américains. Pour la petite histoire, lors de l’élection américaine de 2004, John Kerry et George W. Bush étaient tous deux issus du Skull and Bones de Yale. Une forme de consécration en somme. Mais son influence a fortement décliné depuis. Pareil pour le Grove: si sa représentation mythique est très intense, son rôle sur le devenir des Etats-Unis n’est plus le même qu’avant. «Son poids a été fort des années 40 à la fin des années 90: sur le projet « Manhattan » en 42, soit la décision de se doter d’une force nucléaire. Quant aux choix des candidats républicains, le fait est que Nixon, Reagan et les Bush auraient été membres ou ont été, en tout cas, invités au Bohemian Club…» Le déclin du BC pour Jacques Ravenne se situe au moment où le club voulait faire monter Colin Powell à la présidentielle de 2007. Un échec cuisant dont il ne se remettrait toujours pas.

Car dès lors, le Grove n’a subi que des revers de fortune. Le dernier en date: Donal Trump, un aventurier venu de l’immobilier et de la télé réalité, qui a fait main basse sur le Parti républicain au grand dam du BC qui avait pourtant condamné la candidature du New-Yorkais. Avec le succès que l’on connaît…

«La perte d’influence du BC ou du Skull and Bones corrèle avec la chute de l’establishment. Aujourd’hui, ce dernier est attaqué par le populisme (Trump) et par les jeunes businessmen de Google et Facebook qui s’en foutent carrément de ces organisations à l’ancienne…», conclut Jacques Ravenne.

Les pontes de la Net économie étant davantage préoccupés par le fait de ne pas payer d’impôts (ou peu) que par les statues de hibou au cœur d’une forêt californienne. D’ailleurs, Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, lorgnerait actuellement sur la Maison-Blanche.

Après Trump, Zuckerberg pourrait-il porter l’estocade à l’establishment ?

Simple coïncidence ?

On ne le croit pas.


Source