Q SCOOP – Le réparateur du portable de Hunter Biden parle de sa récente expérience.


Le réparateur du portable de Hunter Biden parle de sa récente expérience

Publié le 2.01.2021 PAR SAMUEL ALLEGRI


Hunter Biden à gauche et son père Joe Biden à droite (Photo par Jim Bourg-Pool/Getty Images)

John Paul Mac Isaac, le réparateur qui a remis l’ordinateur portable présumé de Hunter Biden aux autorités du FBI et du ministère de la Justice, après avoir remarqué qu’il contenait ce qu’il considérait comme des implications criminelles possibles, a été interviewé par Newsmax mercredi et a discuté de son expérience récente et des épreuves rencontrées.

M. Isaac a été interrogé sur le moment auquel Hunter Biden s’est présenté à son magasin, pour lequel il a travaillé plus de 25 ans. Il admet qu’au début, il ne l’avait pas reconnu.

« L’un des trois appareils qui m’ont été apportées avait un autocollant sur le couvercle, par-dessus la pomme, qui provenait de la Fondation Biden. Jusqu’à ce que le client me dise qui il était, je ne l’avais vraiment pas reconnu. Ce n’est qu’après le processus d’enregistrement et de transfert des données que j’ai vraiment réalisé qui il était », a-t-il déclaré.

Hunter Biden avec le président Barack Obama et le vice-président Joe Biden lors d’un match de basketball universitaire au Verizon Center à Washington le 30 janvier 2010. (Mitchell Layton/Getty Images)

Lorsqu’on lui a demandé comment il a découvert les courriels, les vidéos et les messages texte sur l’ordinateur portable, il a répondu que son travail consiste à récupérer les données, mais que l’état de l’ordinateur portable n’était pas stable, ce qui l’a incité à vérifier les données pour qu’elles soient transférées correctement.

M. Isaac n’a pas été payé pour les services de récupération des données et l’ordinateur portable n’a jamais été récupéré par son propriétaire.

Au cours de la vérification des données, il a déclaré avoir vu des choses qu’il pensait être de « nature personnelle », mais des semaines plus tard, après que le candidat démocrate à la présidence Joe Biden eut annoncé sa candidature, il a pensé que le contenu de l’ordinateur portable était devenu une préoccupation nationale.

M. Isaac a déclaré qu’au fil du temps, il s’est rendu compte que certains événements et noms qui apparaissaient dans les médias étaient liés aux données qu’il avait observées sur l’ordinateur portable, et il a estimé que certains éléments de l’ordinateur portable pouvaient être du matériel criminel et que cela devait être montrés aux autorités.

Il a d’abord pris contact avec son père, qui était dans l’armée depuis trente ans. Son père a contacté le FBI à Albuquerque, qui a refusé d’intervenir et lui a dit de demander une assistance juridique. Il a dit que le FBI avait alors pris contact avec son père et lui avait dit que si quelqu’un revenait chercher l’ordinateur portable, il devait le faire patienter.

Lorsque le New York Post a publié l’histoire de Hunter Biden, des vidéos et des photos ont été retirées par Twitter, qui a prétendu à tort que les informations avaient été obtenues par l’entremise de piratage informatique. Les services de renseignement américains ont confirmé par la suite qu’ils n’avaient aucune preuve que cela était le résultat d’une désinformation russe, contrairement à ce que les Biden affirmaient pour se défiler. Le 9 décembre, Hunter Biden a reconnu qu’il faisait l’objet d’une enquête fédérale qui a débuté en 2018.

M. Isaac a récemment dû fermer ses portes en raison des revendications alléguant qu’il était un soi-disant « hacker ».

« Il y a eu plusieurs fois où j’ai cru que ce cauchemar était terminé et pouvoir en finir avec cela et de finalement découvrir que cela s’aggravait encore et encore », a-t-il déclaré. « L’étiquette de Russe et de hacker a clairement eu un impact négatif sur ma réputation. Mon entreprise est détruite, il est difficile dans mon secteur d’activité de revenir après avoir obtenu ce genre d’étiquette. »

Il pense qu’être étiqueté comme un hacker est une condamnation à mort dans le domaine et que la vérité est filtrée : « Je pense qu’il est difficile de faire sortir la vérité quand la vérité est filtrée. Et cela n’a pas aidé à ma crédibilité, si les gens n’entendent qu’une seule version de l’histoire. »

M. Isaac a intenté une action en justice contre Twitter, mais elle a été rejetée par un juge de district.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il n’avait pas transmis les données en question aux médias locaux ou au service de police, il a répondu qu’il estimait nécessaire de les remettre au FBI et au ministère de la Justice.

Il a ajouté qu’il était décevant de voir à quel point les gens étaient réticents à entendre les preuves d’une éventuelle inconduite de la famille Biden. « Je pense que c’est une combinaison de, vous savez, un pays qui est si paranoïaque d’être alimenté en désinformation tout le temps, qu’il est éventuellement difficile pour les gens de prendre cela au sérieux, surtout dans un climat où d’autres choses se produisent à travers le monde. »


Source