Q SCOOP – OMS : « Avertit qu’il n’y a aucune preuve que l’un des vaccins contre le coronavirus empêche sa transmission »


L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avertit qu’il n’y a « aucune preuve que l’un des vaccins contre le coronavirus empêche sa transmission » et recommande le maintien des mesures restrictives…

Alors à quoi sert de se vacciner ?

Publié le 29.12.2020 par Niamh Harris


WHO

« Le vaccin à covid est non prouvé qu’il prévienne la transmission virale », déclare le responsable scientifique de l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avertit qu’il n’y a « aucune preuve permettant d’être sûr qu’un des vaccins contre les coronavirus empêche la transmission ».

Selon l’OMS, les personnes qui reçoivent le vaccin devraient continuer à porter des masques et à suivre toutes les directives relatives à la distanciation sociale et aux voyages.

Cela signifie-t-il que les vaccins ne fonctionnent pas vraiment ?

Zero Hedge rapporte : Ces commentaires ont été faits par Soumya Swaminathan, responsable scientifique de l’OMS, lors de ce qui semble être une conférence de presse virtuelle qui s’est tenue lundi.

Un clip de la ligne offensante a commencé à circuler sur les médias sociaux.

« Pour l’instant, je ne crois pas que nous ayons les preuves de l’existence de ces vaccins, pour être sûrs qu’ils empêcheront les gens de contracter l’infection et de la transmettre », a déclaré la responsable de l’OMS, Soumya Swaminathan.

Bien sûr, un examen attentif des recherches publiées par Pfizer et Moderna montre que les études n’ont pas réellement testé si les vaccins empêchent réellement la transmission du virus ; le but des essais était de voir si les patients vaccinés présentaient des symptômes de COVID à un rythme nettement moins fréquent que les personnes qui n’avaient pas été vaccinées. C’est à peu près tout. Bien que les données puissent laisser entrevoir une diminution des taux de transmission, cela reste à déterminer, apparemment.

Certains sur twitter se sont moqués de ce commentaire.

Le médecin a poursuivi en expliquant qu’il n’y a pas de preuve que les personnes qui ont été vaccinées ne seraient pas à risque si elles se rendaient dans un pays étranger, par exemple l’Australie, où le taux de COVID est relativement faible.

À ce stade, il pourrait être utile pour l’OMS de produire une sorte de clarification qui offre un contexte beaucoup plus large pour expliquer cette remarque.

Mais nous pensons que ce ne sera pas le cas.

Pourquoi ? Eh bien, peut-être parce que ce contexte pourrait saper l’insistance de certains responsables gouvernementaux qui affirment qu’il n’y a absolument aucune raison de mettre en doute l’efficacité et les effets secondaires potentiels (à long terme et à court terme) liés aux nouveaux vaccins COVID-19.


Source