Q INFOS – Un article très important à propos du VACCIN RUSSE/USA

Trump et Poutine ont-ils passé un accord pour couper l’herbe sous le pied de Big Pharma et de tous les « intermédiaires » qui s’apprêtaient à s’enrichir à millions avec un vaccin dangereux ?

 Plutôt que refuser le vaccin, ils auraient produit en secret et avant tout le monde un vaccin qui sera inoffensif (sans effet secondaire) ?

(voir différence entre vaccin à vecteurs adénoviraux et vaccins à ARNm)

Ils cassent ainsi toute la dynamique de cotation en bourse des sociétés fabriquant des vaccins ?
A suivre….



Cet article d’opinion explique l’histoire derrière la création du vaccin russe contre le Covid-19.
Il a été rejeté par tous les principaux médias occidentaux. Nous avons donc décidé de le publier tel quel afin de lever le blocus imposé aux informations positives sur le vaccin russe contre

le Covid-19.

Extraits :


Les dizaines d’efforts des scientifiques russes et soviétiques ont conduit à la création d’une excellente infrastructure de recherches, comme le Centre d’épidémiologie et de microbiologie russe Gamaleïa. … Nous avons déjà reçu des demandes internationales pour un milliard de doses de notre vaccin et avons conclu des accords internationaux pour produire 500 millions de doses par an avec l’intention de l’augmenter. … Depuis les années 1980, le Centre Gamaleïa a fait l’effort de développer une plateforme utilisant des vecteurs adénoviraux découverts dans les adénomes humains et transmettant normalement le rhume, en tant que «vecteurs» ou véhicules, lesquels peuvent introduire le matériel génétique d’un autre virus dans une cellule. Le gène de l’adénovirus, qui cause l’infection, est éliminé tandis qu’un gène avec le code de protéine d’un autre virus est injecté. Il est petit, il ne s’agit pas de la partie dangereuse du virus. Il est sans danger pour le corps, mais aide toujours le système immunitaire à réagir et à produire des anticorps protégeant de l’infection.


Ces vaccins provoquent une forte réponse du corps humain afin de créer une immunité alors que l’ensemble du processus de modification du vecteur et de fabrication à petite échelle ne prend que quelques mois.


Les adénovirus humains comptent parmi les plus simples à créer de cette façon. Ils sont par conséquent devenus très populaires en tant que vecteurs. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, tout ce que les chercheurs russes ont eu à faire a été d’extraire le gène codant de la protéine Spike du nouveau coronavirus et de l’implanter dans un vecteur adénovirus afin de l’introduire dans une cellule humaine. Ils ont décidé d’utiliser cette technologie déjà éprouvée et disponible au lieu de défricher un territoire inconnu. …Le Centre Gamaleïa a utilisé des vecteurs adénoviraux pour développer des vaccins contre la grippe et contre le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV). Les deux vaccins sont actuellement à un stade avancé d’essais cliniques. Ces succès montrent que les laboratoires russes n’ont pas perdu leur temps au cours des dernières décennies alors que l’industrie pharmaceutique internationale sous-estimait souvent l’importance des nouvelles recherches vaccinales en l’absence de menaces pour la santé mondiale avant la pandémie de Covid-19. …Ce type de vaccin présente également des avantages évidents par rapport à d’autres technologies comme les vaccins à ARNm.


Les vaccins à ARNm potentiels, en cours d’essais cliniques aux États-Unis et dans d’autres pays, n’utilisent pas de vecteurs pour le «transport» et correspondent à une molécule d’ARN avec un code de protéine de coronavirus enveloppé dans une membrane lipidique. Cette technologie est prometteuse mais ses effets secondaires, notamment son impact sur la fertilité, n’ont pas encore été étudiés en profondeur. Aucun vaccin à ARNm n’a encore reçu d’approbation réglementaire dans le monde. Nous croyons que dans la course mondiale aux vaccins contre le Covid-19 ceux à base de vecteurs adénoviraux seront les gagnants, mais même à cet égard le vaccin développé par le Centre Gamaleïa a l’avantage. …


Le vaccin russe est actuellement prêt et enregistré. Les deux premières phases des essais cliniques sont terminées et leurs résultats seront rendus publics ce mois-ci conformément aux exigences internationales …Le scepticisme parmi les médias et les politiciens internationaux a surgi juste après que la Russie a annoncé ses projets de production de masse d’un vaccin contre le Covid-19. Quand j’ai parlé avec des médias occidentaux, plusieurs ont refusé d’inclure des faits clés sur les recherches russes contre le Covid-19 dans leurs articles. Nous percevons ce scepticisme en tant que tentative censée saper nos efforts pour développer un vaccin qui marche, lequel arrêtera la pandémie et aidera à rouvrir l’économie mondiale.

L’article complet très intéressant est à lire ci dessous dans Sputnik


Source : Sputnik