Q SCOOP – BOOM !! Pas de siège à l’ONU pour Trudeau !

Le Canada perd sa candidature à un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Malgré une poussée diplomatique intense et coûteuse, le Canada a perdu sa candidature à un siège convoité au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Le Premier ministre Justin Trudeau, le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne et d’autres hauts responsables ont tendu la main aux dirigeants politiques du monde entier dans le cadre d’une campagne pour battre l’Irlande ou la Norvège et obtenir l’un des deux sièges rotatifs disponibles.

Le Conseil de sécurité détient dix sièges pour les membres temporaires qui se joignent à la table pour un mandat de deux ans. Le conseil compte cinq membres permanents – les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Russie et la Chine – qui ont le droit de veto sur les résolutions.

Peu de temps avant la publication des résultats, Trudeau a cité le bilan du Canada dans la lutte contre les changements climatiques, la promotion de la paix et de la sécurité et le soutien aux pays en développement et aux droits des femmes.

Il a déclaré que quoi qu’il arrive, le Canada continuera de lutter pour réduire les conflits mondiaux et les inégalités sociales.


Exporter les valeurs du Canada
« Le Canada a continué d’être une voix forte sur la scène mondiale. Parce que c’est ce que le Canada fait bien et nous continuerons de le faire », a-t-il déclaré.

« Oui, un siège au Conseil de sécurité de l’ONU sera un levier supplémentaire et un moyen supplémentaire pour le Canada de s’assurer que notre voix et nos valeurs soient entendues au plus haut niveau. Mais nous continuerons à faire une différence dans le monde et défendre le multilatéralisme, non seulement parce qu’il est bon pour le monde, mais parce qu’il est bon pour les Canadiens. »

Le gouvernement fédéral a dépensé plus de 2,3 millions de dollars pour sa candidature à un siège.

Compte tenu de ses contributions relativement moindres au maintien de la paix dans le monde et à l’aide au développement international, de nombreux observateurs ont fait valoir que le Canada faisait face à un défi de taille de ses concurrents, l’Irlande et la Norvège.

Le Canada a présenté sa candidature en 2016, environ une décennie après que l’Irlande (2005) et la Norvège (2007) ont annoncé leur candidature.

Les pays ont besoin du soutien d’au moins deux tiers de l’Assemblée générale pour être élus au conseil.

Le chef de l’opposition Andrew Scheer a pris à partie le premier ministre Justin Trudeau à la Chambre des communes dans les heures précédant l’annonce du vote des Nations unies. à 2:03Mn


Source:

https://www.cbc.ca/news/politics/united-nations-security-council-canada-1.5615488

WWG1WGA – Q –