Q BOOM – Et Voila BOOM!!!BFMerde/TV

BFMTV et RMC : Un plan social est en préparation

MEDIAS Le groupe NextRadioTV, qui anticipe une chute de ses recettes publicitaires en raison de la pandémie, a présenté mardi un « plan de transformation et de reconquête post-Covid » qui impliquerait une coupe dans les effectifs de ses antennes

PLAN SOCIAL CHEZ BFM/RMC :

LA DECONFITURE DE LA MAISON DRAHI SE PRECISE

.
Il y a à peine quelques heures, le groupe NextRadio TV, maison mère de BFM et RMC, a annoncé un plan social d’une ampleur sans précèdent. Sur les 1600 salariés, près de la moitié devraient être licenciés, des pigistes ou des intérimaires, pour l’essentiel. La fin de RMC Sports a également été annoncée pour le mois de juin… Le groupe anticipe un écroulement de ses recettes publicitaires, et ne peut maintenir ainsi ses effectifs.
On a beau être triste pour le sort de toutes ces petites mains, qui vont perdre leur emploi, on ne peut que se réjouir de la déconfiture du groupe de presse de Monsieur Patrick Drahi, ami personnel, et complice d’Emmanuel Macron. Complice pour avoir obtenu, en 2014, l’aval de Bercy, alors tenu par Macron, pour racheter SFR, sans que Drahi n’avance un seul sou. L’acquisition de SFR s’est effectuée par LBO, c’est à dire un prêt intégral, le groupe Altice de Monsieur Drahi n’ayant aucun fonds propres. Drahi a ainsi été autorisé par l’Etat à reprendre un opérateur de téléphonie gigantesque sans verser le moindre kopeck, en endettant son groupe déjà plombé par un passif vertigineux. Car le groupe de Drahi cumule les pertes d’années en années, entre 300 millions et 800 millions d’euros chaque année. Que l’état autorise une telle opération, et menace ainsi des dizaines de milliers d »’emplois, c’est une forfaiture macronienne de plus. Depuis, SFR a licencié 6500 salariés. Monsieur Drahi cumule un passif gigantesque de 50 milliards d’euros, pour seulement 10 milliards d’actifs en face : un autre que lui serait déjà poursuivi pour banqueroute.
Comment fait donc Patrick Drahi pour tenir le coup dans ses conditions ? Beaucoup se sont demandés en 2014 pourquoi Drahi a obtenu un tel cadeau de Macron. La campagne présidentielle de 2017 a pu apporter la réponse à ceux qui s’interrogeaient. La ligne éditoriale de l’info sur BFM et Rmc pourrait presque etre confiée à Sibeth N’Diaye. En quatre ans, ces deux chaines sont devenues la Pravda du macronisme. Mesdames de Malherbe, Elkrief, Levy, messieurs Misrahi, Marshall, Bourdin sont les laudateurs officiels du gouvernement. Au point de faire rire tout le milieu, comme ce sketch de Canteloup imitant l’autre soir Ruth Elkrief se pâmant devant Macron, juste après son pitoyable discours.
La chute de la maison Drahi est programmée, et son groupe de médias ne résistera probablement pas à la crise économique qui vient. Bientôt, le prince Drahi sera nu, le roi Macron, privé de ses hagiographes télévisuels, le sera tout autant.

Un plan social est en préparation du côté de BFMTV et RMC

NextRadioTV, maison mère de BFMTV et RMC, anticipe un écroulement des recettes publicitaires en raison des conséquences de la pandémie de coronavirus. Le groupe audiovisuel a l’intention de couper dans ses effectifs et de réduire la voilure dans le sport et le divertissement.

Dans un « plan de transformation et de reconquête post-Covid » présenté aux représentants syndicaux mardi lors d’un CSE, NextRadioTV prévoit de diviser par deux le recours aux intermittents, aux pigistes et aux consultants et envisage de « mutualiser les fonctions supports ».

Le plan social, qui sera détaillé « dans les prochaines semaines », « débuterait par une phase de volontariat ; les licenciements contraints n’interviendraient que si le nombre de volontaires était insuffisant », indique un communiqué, sans préciser le nombre de départs visés.

« Limiter autant que possible l’impact sur les postes en CDI »

Le groupe, qui emploie plus de 1.600 personnes, ajoute : « Notre objectif sera de limiter autant que possible l’impact sur les postes en CDI [contrats à durée indéterminée] et de poursuivre l’excellence éditoriale, tout en développant les compétences technologiques et les forces commerciales, essentielles à NextRadioTV. »

Si les audiences télé ont atteint des records pendant la crise, les recettes publicitaires n’ont pas suivi et leur écroulement risque d’être durable. « Cette crise économique majeure dans laquelle le pays est entré aura des impacts considérables sur les entreprises, l’emploi et la consommation et donc durablement sur les recettes publicitaires, principale source de revenus du NextRadioTV », avance le groupe.

RMC Sport News s’arrêtera en juin

Alors que le secteur publicitaire s’attend à perdre quasiment un quart de sa valeur cette année, NextRadioTV pense aussi économiser sur le sport.

Avec l’annulation des matchs pour cause de coronavirus, le nombre d’abonnés aux cinq chaînes du bouquet RMC Sports a baissé. RMC Sport News, dédiée à l’information sportive, en a particulièrement fait les frais et s’arrêtera début juin.

Le groupe annonce par ailleurs « l’arrêt progressif des compétitions sportives notamment d’athlétisme, d’équitation et de tennis ». Concernant les droits du foot, NextRadioTV, qui détient les droits de la Ligue des champions et de la Ligue Europa jusqu’en juin 2021, veut attendre de voir si les abonnés suivront à la reprise des compétitions.

Réévaluation des coûts de production

Le groupe entend aussi « réévaluer toute la politique d’acquisition et de production des chaînes de divertissement dont les coûts ont été multipliés par trois ces cinq dernières années ». La chaîne MyCuisine ne diffuse plus depuis fin avril. RMC Découverte, RMC Story et la chaîne de séries et de cinéma Altice Studio sont également concernées.

NextRadioTV a l’intention d’accélérer ses activités dans le numérique, le replay et les « services associés », qui permettent aux chaînes de facturer les opérateurs. Il souhaite investir dans les podcasts, la donnée, et poursuivre le développement de l’info locale.

Ce recentrage stratégique intervient dans un contexte de restructuration plus large de la branche médias d’Altice France : sortie de l’activité presse avec la reprise de L’Express par Alain Weill et la cession de Libération à une fondation, et nouveau management avec la nomination en janvier d’Arthur Dreyfuss, un proche de Patrick Drahi, le grand patron du groupe.

Source:

https://www.20minutes.fr/arts-stars/medias/2782831-20200520-bfmtv-rmc-plan-social-preparation