Iran : Hossein Salami le chef des gardiens de la révolution, menace les pays membres de L’UE suite au vote du Parlement européen.


Hossein Salami le chef des gardiens de la révolution, menace les pays membres de L’UE suite au vote du Parlement européen.

Publié le 23.1.2023


Hossein Salami le chef des gardiens de la révolution menace les pays membres de L’UE suite au vote du Parlement européen : « S’ils ajoutent les gardiens de la révolution sur la liste des organisations terroristes, il faut qu’ils assument les conséquences de cette erreur ».

RFI nous rapporte que l’Iran prendra des mesures réciproques si l’UE punit les Gardiens de la révolution.

Le Parlement iranien, à Téhéran. Nazanin Tabatabaee Yazdi/TIMA via REUTERS

Après la décision du Parlement européen qui a demandé que les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite iranienne, soit placée dans la liste des groupes terroristes, le Parlement iranien a réagi en présentant une proposition de loi obligeant le gouvernement de placer les forces militaires européennes comme des armées terroristes, ce qui changera la donne dans la région.

Avec notre correspondant à TéhéranSiavosh Ghazi

Les dirigeants iraniens ont durci le ton à l’égard des pays européens. Après une séance à huis clos devant les députés, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir Abdolahian a lancé une claire mise en garde aux dirigeants des 27 pays européens. Ces derniers doivent décider ce lundi 23 janvier s’ils vont mettre en application la résolution adoptée par le Parlement européen qui demande que les Gardiens de la révolution soient sur la liste des groupes terroristes.

Le projet présenté par le Parlement iranien obligeant le gouvernement à considérer les forces européennes comme des armées terroristes est une action réciproque et, bien sûr, cela aura des conséquences profondes sur la présence des forces armées dans la région, a affirmé Hossein Amir Abdolahien

Nucléaire : tous les scénarios sont envisageables

Cela aura notamment des effets dans la région du Golfe persique, où des forces armées européennes sont présentes.

En effet, les Gardiens de la révolution font partie intégrante des forces armées iraniennes.

Hossein Amir Abdolahian est allé même plus loin. Interrogé sur une possible sortie de l’Iran du Traité de non-prolifération en réaction à une décision européenne, il a affirmé que tous les scénarios sont envisageables. Dans ce cas, tous les experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique seront expulsés et l’AIEA n’aura plus aucun contrôle sur le programme nucléaire de Téhéran.