Israël : L’armée israélienne a étudié la guerre en Ukraine, elle s’étalera sur plusieurs fronts, et la guerre totale sera marquée par la saturation.


L’armée israélienne a étudié la guerre en Ukraine, elle s’étalera sur plusieurs fronts, et la guerre totale sera marquée par la saturation.

Publié le 22.1.2023


« La guerre en Ukraine est liée à Israël, car elle entraîne un changement stratégique sur la scène internationale et au Moyen-Orient », a écrit Amos Harel, analyste des affaires militaires au journal Haaretz.

Il a expliqué : « La guerre en Ukraine a forcé les États-Unis et l’Union européenne à adopter une ligne plus dure contre l’expansion russe, et a concentré l’intérêt de l’Occident sur l’Europe de l’Est aux côtés de la Chine, aux dépens du Moyen-Orient, ce qui en découlé une alliance entre Moscou et Téhéran. »

En outre, l’analyste israélien a déclaré que « l’Ukraine est devenue un immense laboratoire de combat, suivi par la majorité des armées du monde, dans le but de diagnostiquer les tendances des développements à venir ».

Dans ce contexte, il a mentionné un document de l’armée d’occupation, qui dit que la guerre se déplacera « du champ de bataille vers l’espace de combat », « dans le sens qu’elle s’étendra sur plus d’un front, y compris vers les zones civiles, urbaines et surpeuplées . »

La guerre deviendra aussi, selon le document, « multidimensionnelle et multi-armes », « c’est-à-dire terrestre, aérienne, maritime, etc.… ce qui veut dire qu’elle se déroulera aussi sous terre et dans le ciel et elle combinera différentes fonctions ».

Selon l’analyste militaire israélien, « tout cela sera lié aux plans à venir » de l’armée d’occupation, « sous la direction du nouveau chef d’état-major, Herzi Halevi, qui a pris ses fonctions cette semaine ».

Herzi Halevi (au centre) promu chef d’état-major aux côtés du premier ministre Benyamin Netanyahou (à gauche) et le ministre de la Défense Yoav Gallant (à droite). Sa femme était également présente, le 16 janvier 2023. POOL / REUTERS

La guerre totale

L’auteur a également indiqué qu’il y a un « point d’interrogation lié aux positions du gouvernement et du public en cas de guerre totale », en particulier à la lumière de « l’aggravation de la crise politique en Israël, et la possibilité d’une escalade dans les territoires palestiniens occupés, en plus des crises de l’armée israélienne représentées par le système de service actuel, lequel ne correspond plus aux besoins de l’armée, et souffre de problèmes de recrutement et dans l’appareil de réserve ».

Évoquant les crises auxquelles est confrontée l’armée d’occupation israélienne, il a souligné que « seulement 1% des Israéliens servent dans le service de réserve actif, et la situation sécuritaire devrait s’aggraver dans les zones palestiniennes, ce qui augmentera le fardeau des unités de réserve.  »

Dans ce contexte, toujours selon Haaretz, le document de l’armée israélienne résume brièvement plusieurs phénomènes centraux qui se feront sentir dans les affrontements et dans les guerres « d’Israël », si elles éclatent.
Dans un langage purement militaire, il cite plusieurs tendances dans lesquelles une évolution significative a été observée.  Le plus important est selon lui «la fabrication de précision dans la production de nombreux missiles, et les drones qui peuvent être dirigés avec précision vers leur cible, la saturation du niveau proche du sol, c’est-à-dire l’inondation du ciel avec d’innombrables drones à basse altitude, la guerre électronique, les opérations de sensibilisation par l’utilisation de l’intelligence artificielle et les améliorations nécessaires pour protéger les forces militaires ».