Ukraine : L’armée ukrainienne envisage désormais la possibilité de se retirer de Bakhmut, et O. Arestovych, conseiller Zelensky avoue, « Le missile volant au-dessus de Dnipro a été abattu. Il a explosé en atterrissant sur une allée ».


L’armée ukrainienne envisage désormais la possibilité de se retirer de Bakhmut, et O. Arestovych, conseiller Zelensky avoue, « Le missile volant au-dessus de Dnipro a été abattu. Il a explosé en atterrissant sur une allée ».

Publié le 15.1.2023


En quelques jours, on est passé de « ville sans importance » sans nous expliquer pourquoi y allouer autant de moyens à « Kiev risque gros » en s’entêtant..

« Kiev doit faire un choix entre la défense de la ville, chargée de symbolisme, et les préparatifs d’une contre-offensive. »

Le politique à Kiev a voulu maintenir la narration de succès de la fin 2022 et ne voulait / ne pouvait pas accepter que ça s’arrête…

11 navires naviguent en mer Noire, dont 5 lanceurs Kalibr. Un lancement massif sur l’ennemi est attendu.
Le 14 janvier 2023, une attaque de missiles a été menée sur le système de commandement et de contrôle militaire de l’Ukraine et les installations énergétiques connexes, toutes les installations désignées ont été touchées, l’objectif de la frappe a été atteint – Ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

Le Washington Post rapporte que les Forces armées d’Ukraine envisagent de se retirer de Bakhmut alors que l’offensive russe continue de se développer, ce qui coûte aux Ukraniens de grandes quantités d’hommes et de matériel.

Kiev pourrait abandonner Bakhmout pour lancer une contre-offensive ailleurs sur le front

Les autorités ukrainiennes sont confrontées à un choix difficile : continuer à défendre la ville de Bakhmout (Artiomovsk) ou en retirer leurs forces pour les concentrer sur un autre axe en vue d’une contre-offensive, écrit le Washington Post (https://www.washingtonpost.com/national-security/2023/01/15/bakhmut-wagner-battle-strategy/).

Le quotidien souligne l’importance symbolique de la ville récemment visitée par Zelensky. Dans le même temps, il cite un responsable américain qui estime que «Bakhmout ne va pas changer la guerre». Pour preuve, le Washington Post cite également un commandant ukrainien qui, sous couvert d’anonymat, évoque de «grandes pertes» au sein de son unité.

«Pour ce qui est du symbolisme, à chacun le sien, mais nous avons perdu de nombreux amis dans la défense de cette ville et nous ne voulons pas la rendre maintenant, mais peut-être qu’un retrait temporaire permettrait de sauver certains de nos hommes», indique-t-il.

D’après le Washington Post, les responsables ukrainiens affirment que l’armée du pays se prépare à lancer une contre-offensive dans les mois à venir pour tenter de reprendre davantage de territoire aux Russes.

Le succès de cette campagne, poursuit le média, serait essentiel pour le Président Zelensky qui pourrait ainsi démontrer «qu’il poursuit son élan sur le champ de bataille et conserver le soutien national et international dans une guerre».


Une vue aérienne de Soledar. Les photos ont été prises le 8 janvier, à la veille de la libération de la ville de l’occupation ukrainienne.

Une vidéo d’un tir de missile de la défense aérienne de l’AFU ukrainien sur une zone résidentielle de Kiev circule sur les réseaux ukrainiens.

La vidéo a été prise cette année, mais elle est très caractéristique, montrant les forces de défense aérienne ukrainiennes envoyer des missiles sur leurs villes, ce qui nous fait penser à la catastrophe sur Dnipro. Voir l’article ci-dessous.

À Dnepropetrovsk, un missile de défense antiaérienne s’est traditionnellement abattu sur un bâtiment résidentiel.

Depuis octobre, il n’y a pas une seule étape de calibrage sans que des missiles anti-aériens ukrainiens ne frappent des bâtiments résidentiels.

En Ukraine, Arestovich, l’un des conseillers de Zelensky les plus virulents, est tombé en disgrâce pour avoir reconnu la culpabilité des militaires des Forces armées ukrainiennes dans la tragédie de Dnepropetrovsk.

Pour rappel, Oleksiy Arestovych, conseiller du chef du bureau du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a désigné la cause de l’effondrement du bâtiment à plusieurs étages dans une explosion à Dnipro.

Selon lui, la tragédie qui a fait des victimes a été déclenchée par le travail des systèmes de défense aérienne ukrainiens. Ils ont abattu un missile qui survolait la ville, mais l’obus est finalement tombé sur une entrée et a explosé.

« Le missile volant au-dessus de Dnipro a été abattu. Il a explosé en atterrissant sur une allée », a-t-il dit.

Il sied de rappeler également que le 14 janvier, un missile de défense aérienne ukrainien s’est à nouveau abattu sur un immeuble résidentiel. Les victimes étaient des civils de Dnipropetrovsk.

Mash a publié une vidéo montrant l’utilisation d’armes chimiques par les forces armées ukrainiennes à Soledar comme nous vous l’avons annoncé dans l’article ci-dessous.

Dans la vidéo, l’armée ukrainienne assemble des quadricoptères, en y attachant des banques de projectiles, pour leur utilisation ultérieure contre l’avancée des troupes russes. Vraisemblablement, ce sont des capsules d’acide cyanhydrique. En tombant, ces obus se brisent et leur gaz se répand dans la zone.

BOMBARDEMENT RUSSE SUR L’UKRAINE

Voici la frappe d’une bombe « ODAB 500 PM » largués par avion de chasse. Ce genre d’armement ne fût JAMAIS utilisé sur les villes ukrainiennes ou dans un centre-ville pourtant militarisé.

La Russie possède plusieurs millions d’unités de diverses bombes aériennes telles les FAB-500. La Russie démontre, par la quasi-non-utilisation de ce genre d’arme, une énorme retenue au profit de la population civile… Soledar aurait été prise en 3 jours avec les FAB-500… n’oubliez jamais cela !