USA : Le paradoxe de l’inversion accusatoire, les États-Unis se déclarent désormais autorisés à poursuivre n’importent qui dans le monde pour « crimes de guerre » ? Parfait, ils peuvent commencer déjà chez eux, avec Clinton, Bush, Obama, Biden, etc…


Le paradoxe de l’inversion accusatoire, les États-Unis se déclarent désormais autorisés à poursuivre n’importent qui dans le monde pour « crimes de guerre » ? Parfait, ils peuvent commencer déjà chez eux, avec Clinton, Bush, Obama, Biden, etc…

Publié le 13.1.2023


Les États-Unis, le plus grand destructeur de la paix dans le monde après la Seconde Guerre mondiale.

La carte montre les positions des troupes et des systèmes de l’OTAN autour de la Russie et de la Chine, avec la possibilité d’un avantage de première frappe… L’OTAN se pose de facto en futur et éventuel agresseur et constitue toujours un réel défi pour la Russie d’arrêter cette pression occidentale, les Gamelins de plateau devraient un jour dire la vérité sur ce sujet tellement évident.

Le 12 janvier 2016, 10 marines américains ont été capturés par l’IRGC-N d’Iran après avoir pénétré illégalement dans les eaux territoriales iraniennes.

Ce sont les seules images disponibles sur la planète qui montre des marines américains agenouillés devant une autre force militaire, les mains sur la tête.

Regardez le paradoxe de ce monde inversé des satanistes, en mode inversions accusatoires comme il savent le pratiquer depuis toujours : Bien ou Mal, nous verrons par qui ils commenceront ?

Les États-Unis se déclarent désormais autorisés à poursuivre n’importe qui dans le monde pour « crimes de guerre » — « à tout moment et sans limitation » — tout en refusant d’accepter toute juridiction de la Cour pénale internationale.

Biden a signé la loi historique « Justice for Victims of War Crimes Act » (loi sur la justice pour les victimes de crimes de guerre) qui donne au Département de la Justice américaine la compétence de poursuivre les personnes présentes aux USA pour des crimes de guerre commis n’importe où, quelle que soit la nationalité de l’auteur présumé ou de la victime. G.W. Bush devrait être poursuivi avec Obama, Clinton et Biden, on verra ?

Elle modifiera le § 2441 du 18 U.S.C. et étendra la juridiction pénale américaine sur les crimes de guerre à tous les actes commis n’importe où dans le monde, tant que le délinquant réside aux États-Unis où est un citoyen américain.

En mars 2022, les autorités américaines ont arrêté Laye Sekou Camara. Résidant en Pennsylvanie depuis 2011, Camara était auparavant l’un des principaux membres des Libériens unis pour la réconciliation et la démocratie (LURD), un groupe armé responsable de plus de 18 000 violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire pendant les guerres civiles au Libéria, notamment de bombardements, de massacres et d’exécutions sommaires de civils. Cependant, au lieu de faire face à des accusations de crimes de guerre pour ses actions au Libéria, Camara a été accusé de fraude à l’immigration pour avoir nié son implication antérieure dans des groupes armés dans ses demandes de visa et de carte verte.

L’absence d’inculpation de Camara pour crimes de guerre est due à une faille juridique dans le statut des crimes de guerre aux États-Unis. Jusqu’à la semaine dernière, les tribunaux américains ne pouvaient poursuivre les crimes de guerre que si la victime ou l’auteur était un ressortissant américain ou un membre des forces armées américaines. Ainsi, bien que les États-Unis aient été son pays pendant plus de dix ans, Camara, un ressortissant non américain accusé de crimes de guerre contre des victimes non américaines, ne pouvait pas être poursuivi pour crimes de guerre. Et Camara n’est pas le seul criminel de guerre présumé à échapper à la justice aux États-Unis. Les procureurs fédéraux n’ont jamais engagé de poursuites pour crimes de guerre contre un suspect, en partie en raison de la stricte condition de nationalité.

La semaine dernière, Joe Biden a comblé cette lacune en signant un projet de loi bénéficiant du soutien bipartisan du Congrès, la loi sur la justice pour les victimes de crimes de guerre. Cette loi modifie la disposition relative aux crimes de guerre dans le code pénal fédéral afin de garantir que les tribunaux américains puissent poursuivre les auteurs de crimes de guerre présents aux États-Unis, indépendamment de la nationalité de l’auteur ou de la victime ou du lieu où le crime a été commis.

Cet amendement était réclamé depuis longtemps par les défenseurs des droits de l’homme ainsi que par les représentants du gouvernement, car il comble une lacune en matière d’impunité pour les crimes de guerre, met la législation américaine sur les crimes de guerre en conformité avec les obligations de la Convention de Genève, et aligne mieux la juridiction américaine sur les crimes de guerre avec celle de la torture, du génocide et du recrutement d’enfants soldats.

Bien que l’amendement augmente la perspective de poursuites américaines pour crimes de guerre, il n’entraînera pas un déluge de procès pour crimes de guerre. Dans ce qui suit, cet article décrit les conditions qui doivent être remplies pour qu’une poursuite pour crimes de guerre puisse être engagée devant les tribunaux américains, explique les nouveaux changements par rapport à la loi précédente, et propose des recommandations sur la manière d’augmenter encore les perspectives de responsabilité pour les crimes d’atrocité au sein du système judiciaire américain. La suite ici


Allez, petit tour d’horizon de ce que peut représenter cette volonté de jugement « Ciblée par cette « ACT » » dans « Actualités juridiques internationales » , ce tour d’horizon suivant des médias sur les questions de politique internationale et étrangère du monde entier pour la période du 19 décembre au 25 décembre 2022.

Quelques exemples bien sûr ciblés, car ils ne s’arrêteront pas eux même, et ce que nous constatons, c’est que cette loi à surtout vocation contre la Russie, voyez en bas, les USA ont commis les pires guerres du 20 siècles, mais comme par hasard rien ne sort pour eux « l’inversion accusatoire est bien là !  » :

Royaume-Uni (UK) – 19 décembre 2022

Une législation surnommée « loi de Martyn » en mémoire d’une victime de l’attentat de Manchester Arena va être introduite pour assurer des protections plus fortes contre le terrorisme dans les lieux publics. Martyn Hett, 29 ans, est l’une des 22 personnes tuées dans l’attaque survenue à la fin d’un concert d’Ariana Grande le 22 mai 2017. Sa mère, Figen Murray, a fait campagne pour de nouvelles mesures. Le gouvernement a déclaré que la loi applicable à l’ensemble du Royaume-Uni obligerait les lieux de spectacle et les autorités locales à établir des plans d’action préventive contre les attaques terroristes. Le projet de loi sera publié au début du printemps.

The Guardian

Canada – 19 décembre 2022

Le Canada prévoit de saisir 26 millions de dollars américains d’une société appartenant à l’oligarque russe Roman Abramovich, qui fait l’objet de sanctions. La poursuite de Granite Capital Holdings d’Abramovich est la première tentative d’Ottawa de saisir des actifs appartenant à un individu sanctionné et reflète une stratégie plus large visant à punir la Russie et sa riche élite pour l’invasion de l’Ukraine.

The Guardian

Royaume-Uni (RU) / Rwanda – 19 décembre 2022

Les plans visant à envoyer les demandeurs d’asile du Royaume-Uni au Rwanda, où leurs demandes peuvent être examinées, sont légaux, mais les huit demandeurs concernés par le jugement de la Haute Cour d’aujourd’hui seront renvoyés devant le ministre de l’Intérieur parce que leurs demandes n’ont pas été traitées correctement. La cour a entendu que le jugement d’aujourd’hui est le résultat de contestations par huit demandeurs – composés d’individus et d’organisations – des décisions du ministre de l’intérieur concernant l’envoi de demandeurs d’asile au Rwanda.

Law gazette

Kosovo – 20 décembre 2022 (La guerre de l’ex Yougoslavie, le responsable Soros, relayer en France par Kouchner et bien sur l’ONU et le DS mafieux)

Le premier ministre du Kosovo, Albin Kurti, a mis en garde contre la Russie, qui risque d’attiser les tensions entre son pays et la Serbie en raison de l’échec de la guerre en Ukraine, alors que Belgrade a fait ses premiers pas dans le déploiement de troupes dans la région. Les Serbes ethniques du nord du Kosovo, où ils sont majoritaires, ont fait ériger des barricades depuis plus d’une semaine, empêchant la libre circulation des autorités kosovares, malgré les appels des États-Unis et de l’UE à démanteler ces barrages routiers illégaux.

The Guardian

Russie / Iran – 20 décembre 2022

La Russie prévoit d’approfondir sa coopération militaire avec l’Iran en échange de drones Shahed qui ont été utilisés pour bombarder les villes et le réseau énergétique de l’Ukraine depuis septembre, selon le secrétaire britannique à la défense, Ben Wallace. L’Occident doit demander des comptes aux « facilitateurs » de la Russie, a-t-il déclaré, dans une mise à jour de Noël dans laquelle il a également été forcé d’admettre que le Royaume-Uni n’avait pas achevé un « plan d’action » pour l’Ukraine à la fin de l’année comme promis.

HRW

Royaume-Uni (UK) / Rwanda – 21 décembre 2022

Le nouveau chef des droits de l’homme de l’ONU a exhorté le gouvernement britannique à reconsidérer son projet d’expulser des demandeurs d’asile vers le Rwanda, avertissant que, par le passé, des projets similaires de « délocalisation » avaient conduit à un traitement « profondément inhumain » des réfugiés. Dans ses premiers commentaires publics sur la controverse depuis son entrée en fonction il y a deux mois, Volker Türk a rejeté la description faite par le Premier ministre Rishi Sunak de l’accord de 140 millions de livres sterling comme relevant du « bon sens », affirmant qu’en plus d’être problématique sur le plan juridique et éthique, il était également « très coûteux » et avait peu de chances de fonctionner.

The Guardian

Espagne – 22 décembre 2022

Un tribunal espagnol a acquitté un directeur accusé d’avoir fait des avances sexuelles et d’avoir utilisé la menace d’un licenciement pour exiger des rapports sexuels, portant ainsi un coup à une action en justice historique qui visait à mettre en lumière les abus sexuels dans l’industrie de la viande du pays. Le comportement en question aurait eu lieu dans un abattoir situé au nord de Barcelone, une région qui a contribué à faire de l’Espagne le premier producteur de porc d’Europe. Les deux femmes qui ont porté l’affaire, et qui ont fait appel de la décision du tribunal, affirment que le harcèlement a commencé en 2016, alors que l’industrie espagnole connaissait un boom de production.

The Guardian

Belgique / Qatar – 22 décembre 2022

Un tribunal belge a décidé qu’Eva Kaili, la députée grecque au Parlement européen au centre d’un scandale d’argent contre influence impliquant le Qatar, restera en prison en attendant son procès. « Dans son ordonnance de ce matin, la chambre préliminaire a prolongé d’un mois la détention provisoire d’EK », indique un communiqué du parquet fédéral belge. Si Kaili choisit de faire appel de cette décision dans les 24 heures, elle comparaîtra devant une chambre de la cour d’appel de Bruxelles dans les 15 jours. Kaili est l’une des quatre personnes qui ont été inculpées de corruption et de blanchiment d’argent dans cette affaire. Les enquêteurs ont saisi près de 1,5 million d’euros (1,3 million de livres sterling) en espèces dans plusieurs propriétés de Bruxelles, dont 150 000 euros dans son appartement.

The Guardian

Libye – 23 décembre 2022, (les responsables étaient Sarkozy avec l’ONU, c’est simple, la Libye ce sont eux, le monde le sait) .

L’extradition vers les États-Unis de l’aide le plus fiable et le plus célèbre de Mouammar Kadhafi a été brusquement interrompue par la Libye à la onzième heure cette semaine, par crainte de la colère du public après la remise d’un autre ex-haut responsable des services de renseignement libyens, ont déclaré des responsables de Tripoli au Guardian. Abdullah al-Senussi, ancien chef des services de renseignement et beau-frère de Kadhafi, est accusé d’une série d’attentats meurtriers visant l’aviation occidentale ainsi que d’autres cibles.

The Guardian

Argentine – 22 décembre 2022

Un tribunal argentin a condamné à 15 ans de prison un ancien policier qui a travaillé dans l’un des centres de torture les plus notoires pendant le régime militaire du pays. Mario Sandoval, 69 ans, a été reconnu coupable d’avoir enlevé et torturé l’étudiant de gauche Hernán Abriata, qui a disparu en 1976 et est présumé mort. Sandoval a fui l’Argentine après la fin du régime militaire et s’est installé en France, où il est devenu professeur d’université. Il a été extradé en 2019. Sandoval a été accusé d’avoir participé à la disparition et à la torture de centaines de militants de gauche pendant le régime militaire argentin de 1976 à 1983.

BBC

États-Unis (US) / Corée du Nord – 23 décembre 2022

Les États-Unis ont accusé la Corée du Nord d’avoir fourni des missiles et des roquettes de champ de bataille au groupe mercenaire russe Wagner pour qu’il les utilise en Ukraine. La Maison Blanche a déclaré que cette livraison violait les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et qu’elle annoncerait de nouvelles sanctions contre Wagner. La Corée du Nord et Wagner ont tous deux démenti ces informations. Les combattants du groupe mercenaire sont passés de 1 000 à près de 20 000 en Ukraine, selon le gouvernement britannique. Le groupe a également été actif récemment en Syrie et dans des pays africains, et a été accusé à plusieurs reprises de crimes de guerre et de violations des droits de l’homme.

BBC

États-Unis (US) – 22 décembre 2022

Le 22 décembre, le Congrès a donné son approbation finale à un projet de loi visant à étendre le pouvoir du gouvernement américain de poursuivre les suspects de crimes de guerre internationaux qui se trouvent aux États-Unis, en leur permettant d’être jugés par un tribunal fédéral, quelle que soit la nationalité de la victime ou de l’auteur, ou le lieu où le crime a été commis. Le projet de loi, appelé « Justice for Victims of War Crimes Act », est maintenant transmis au président Biden. Il a été adopté par le Sénat puis par la Chambre des représentants dans les heures qui ont suivi le discours du président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a condamné la Russie du président Vladimir V. Poutine pour avoir pris des civils pour cible et a exhorté les États-Unis à continuer d’envoyer une aide financière et militaire au milieu d’un assaut hivernal.

NYT


Définitions de « inversion accusatoire »

Wiktionnaire

Locution nominale – français

inversion accusatoire \ɛ̃.vɛʁ.sjɔ̃ a.ky.za.twaʁ\

  1. Technique de manipulation psychologique consistant à tenter de faire porter la responsabilité de ses propres erreurs à autrui en l’accusant de les avoir commises.
    •  L’inversion accusatoire est un processus de défense bien connu des prétoires consistant à imputer la cause finale d’un délit non pas au coupable mais… à sa victime.— (Michel Geoffroy, 20/08/2016, http://www.polemia.com)
    •  Tandis que la « chose publique » leur servit à ostraciser une partie de leurs concitoyens, les politiques se justifièrent en recourant à la navrante stratégie de l’inversion accusatoire.— (Romain Baptiste, La langue des élites contre le peuple : ces mots pour nous faire taire, 2021)