Covid-19 : Karen Kingston – « World War Z ». Nous répond-elle indirectement sur le désarmement des Français ?


Karen Kingston – « World War Z ». Nous répond-elle indirectement sur le désarmement des Français

Vous pouvez regardez les deux extraits expliqués ci-dessous, mais nous vous conseillons de regarder la vidéo ci-dessous en entier sur odysee ici.

Publié le 4.12.2022


Karen Kingston – « World War Z », ou « La Guerre du Monde Z » et nous vous stipulons simplement que le « Z » n’est pas pour l’armée russe, mais pour signifier « Zombie », elle l’explique très bien !!

➡️ Karen Kingston et Greg Hunter évoquent de terrifiantes perspectives, selon eux, une fois activées par la 5G, les nanotechnologies pourraient servir de cheval de Troie et influer sur l’état psychologique, rappelant des scénarios de film de science-fiction tels que « 28 jours plus tard » ou « l’Armée des Clones« . Cette hypothèse serait totalement farfelue si le Pr Malone n’avait pas déjà déclaré que sa technologie était capable de menacer la sécurité en étant capable de cibler un individu en particulier ou même une ethnie.

➡️ En plus de montrer que des directives indiquent que les nanotechnologies sont censées être présentes dans de nombreux produits, Karen Kingston résume ce qui devrait en être des vaccins : quiconque veut utiliser ces produits devrait être criminalisé, la Covid-19 signifiant certificat d’identité IA.


Regardez en français Karen Kingston – USAWatchDog (VFR) la vidéo complète ci-dessous ou sur Odysee ici.

C’est The Guardian qui en parle très bien aussi avec comme titre : Dans une apocalypse de zombies, le gouvernement assurera-t-il vos arrières ?

C’est payant d’être préparé. Dans l’éventualité d’une apocalypse nucléaire, il n’y a pas grand-chose à faire à part paniquer – et se laisser aller à quelques gémissements futiles. Cependant, si nous nous réveillons avec une pandémie de zombies, la plupart des gens ont une idée approximative de la façon dont ils peuvent se débrouiller. Les bunkers, les sous-sols, les communautés fermées et les immeubles de grande hauteur pourraient servir d’abri à ceux qui ne sont pas convaincus de l’importance de se battre, ou vous pourriez tout simplement vous barricader dans votre pub local.

Heureusement, les pouvoirs en place ont également réfléchi à leurs plans. Répondant à une demande de liberté d’information, le ministère de la défense a déclaré que son rôle dans un tel événement serait « de fournir un soutien militaire aux autorités civiles, et non de prendre la tête ». Par conséquent, le ministère de la défense ne détient aucune information à ce sujet ».

Le document du gouvernement sur le concept des opérations explique que la réponse du gouvernement central à une urgence dépend de la gravité du risque. Si une attaque de zombies était classée comme une « urgence grave (niveau 2) », la réponse serait coordonnée depuis la salle de briefing du cabinet, ou Cobra, impliquant plusieurs ministères et agences.

Une liste de contrôle pratique pour l’élimination réussie des cadavres animés en décomposition est fournie :

Rappelez-vous la procédure correcte pour tuer un zombie :
1 Déconnectez complètement le tronc cérébral du corps, soit en utilisant un objet contondant, soit en enlevant complètement la tête.

2 Évitez tout contact non protégé.

3 Les zombies sont extrêmement agressifs. Ne vous en approchez pas à moins d’être correctement armé.

Les implications en matière d’approvisionnement ont également été prises en compte dans l’éventualité d’une apocalypse zombie à Bristol : « Le conseil municipal a passé un contrat avec plusieurs organismes pour l’achat d’équipements appropriés, si possible en accord avec notre politique d’achat local. Un catalogue d’équipement standard – menottes, pistolets paralysants, combinaisons de protection, etc. – est disponible sur l’intranet du personnel ».

Mais alors que le conseil municipal est désireux d’impressionner le public par son état de préparation, le document prévient qu’il pourrait ne pas être en mesure de maintenir les activités habituelles : « En raison de considérations opérationnelles urgentes, il est acceptable de suspendre certains éléments des meilleures pratiques normales en matière de normes de service à la clientèle lors de la gestion d’une épidémie de zombies. » Donc, si vous parvenez à survivre aux hordes de zombies, vous risquez de découvrir que votre poubelle n’a pas été vidée. Comme c’est irritant.

Mais, à l’instar des monstres hypothétiques, les demandes liées à l’apocalypse zombie pourraient bien être éliminées : un tribunal de grande instance a jugé que ces demandes de liberté d’information pouvaient être qualifiées de vexatoires, car elles coûtent aux conseils et aux services des heures de travail infructueux.

Vous ne saurez peut-être jamais comment, ou si, votre conseil municipal vous protégera, vous et vos proches, si un siège de cadavres prend d’assaut votre rue à la recherche de cerveaux sur lesquels se régaler.