Russie : « Terrifiant, il fait peur à l’Otan », de nouveaux détails sur le futur chasseur russe MiG-41


« Terrifiant, il fait peur à l’Otan », de nouveaux détails sur le futur chasseur russe MiG-41

Publié le 8.9.2022


Sputnik nous rapporte que depuis quelques années, la Russie élabore un nouveau chausseur supersonique baptisé MiG-41, capable d’opérer dans l’espace et de voler à une vitesse avoisinant le niveau hypersonique. De nouveaux détails sur ses caractéristiques ont été avancés par des spécialistes militaires russes.

« Terrifiant, il fait peur à tout le bloc de l’Otan. Comme sa vitesse dépasse celle des missiles antiaériens, cet avion représente un danger particulier. Si jamais il est équipé de missiles hypersoniques, il deviendrait alors un assassin imparable pour toute cible », a expliqué le général Vladimir Popov, expert militaire, à la Gazeta.Ru.

Les armes seraient installées à l’intérieur de l’appareil, à la différence de ses prédécesseurs qui les portent sur des pylônes, poursuit le militaire. Enfin, il sera équipé d’un système de repérage radioélectrique puissant.

L’aéronef pourrait transporter jusqu’à neuf tonnes d’armements dont des missiles à grande portée, susceptibles d’être lancés sans attribution de cibles. Autrement dit, il pourrait constituer en lui-même un « point de commandement volant », a noté l’expert militaire Vladislav Charyguine, toujours auprès de Gazeta.Ru.

Photos : Images de synthèses d’artistes potentielles du PAK DP

Ses cibles

« L’objectif principal du chasseur en élaboration est la détection et l’élimination des missiles balistiques et de croisière, de divers drones (y compris les satellites mis en orbite qui volent à basse altitude) », a noté M. Charyguine.

Selon lui, l’avion pourrait donc abattre les chasseurs américains F-22 et F-35 et serait capable de détruire les cibles aériennes détectées à une distance allant jusqu’à 280 kilomètres grâce à une antenne réseau à commande de phase. Aucun autre avion du monde ne possède la version complète d’une telle antenne, a souligné le spécialiste.

Armé du Kinjal

D’autres experts estiment également qu’il puisse être doté du Kinjal, missile aéro-balistique air-sol hypersonique, capable d’atteindre la vitesse de 10 Mach ainsi que de changer de trajectoire au cours de son vol sur le plan horizontal comme vertical, ce qui le rend presque impossible à intercepter.

La vitesse de l’aéronef pourrait atteindre 4-5 Mach, soit plus de 6.000 km/h, soulignait en 2018 le directeur du groupe MiG, Ilya Tarassenko.

En janvier 2021, le constructeur aéronautique a annoncé le début des travaux de construction et d’expérimentation du chasseur.

Le 26 janvier 2021 Opex 360 nous rapportaient que le futur intercepteur russe à longue portée, le MiG-41 en est encore « au stade des travaux de développement »

Photo : vue d’artiste / Illustration

En 2013, il avait été rapporté que le bureau d’études du constructeur russe Mikoyan Gourevitch [MiG] allait mener des travaux préliminaires en vue de développer le MiG-41, un intercepteur à longue portée susceptible de remplacer le MiG-31 « Foxhound », un chasseur mis au point dans les années 1970 pour contrer, grâce à sa vitesse de Mach 2,7 [3.250 km/h], les avions espions américains SR-71 Blackbird, les bombardiers F-111 et les missiles de croisière au-dessus de la Sibérie.

Depuis, il a été décidé de moderniser une partie des MiG-31 Foxhound encore en service au sein des Forces aérospatiales et de l’Aviation navale russe, en améliorant leur avionique, leur contrôle de tir et leur système de liaison de données. En outre, certains de ces avions ont désormais la capacité d’emporter le missile hypersonique Kh47 Kinzhal.

Quant au développement de son successeur, dans le cadre du programme PAK-DP [Predpolagayemyy vozdukha Kompleks dlya Dal’ney Perekhvat], le général Viktor Bondarev, alors commandant des forces aériennes russes, confia à l’agence TASS, en 2015, qu’il serait pas lancé avant 2019. Ce qui n’a pas empêché le bureau d’études de RSK MiG de plancher sur le MiG-41.

Cela étant, comme de nombreuses annonces faites au sujet de l’avion de combat MiG-35 ne se sont jamais concrétisées, on pouvait s’interroger sur la réalité du PAK-DP. Mais, en 2018, Ilya Tarasenko, le Pdg du constructeur russe, avait assuré que le MiG-41 « n’était pas un mythe » et qu’il serait « présenté prochainement au public. » Ce qui n’a toujours pas été fait à ce jour…

L’année suivante, M. Tarasenko donna quelques précisions sur les caractéristiques du MiG-41. Ainsi, le successeur du « Foxhound », décrit comme un avion de 6e génération, devait être en mesure de voler à la vitesse maximale de Mach 4 et avoir la capacité de neutraliser des satellites [il en avait été déjà question dans les années 1960 avec le MiG-105 « Spiral »], des drones spatiaux, comme le X-37B américain, ou encore des planeurs hypersoniques.

Il était aussi question de le doter d’une « arme laser anti-missile » ainsi que d’un « système de missiles intercepteurs multifonctionnels à longue portée » [MPKR DP], comprenant des « sous-missiles » afin d’augmenter ses chances de détruire des engins hypersoniques. Et le tout en ayant recours à des technologies liées à la furtivité,

Qu’en sera-t-il exactement? On ne devrait sans doute pas tarder à finir par le savoir. Ou pas… En effet, dans un article évoquant la « saga » du MiG-31 Foxhound, le groupe Rostec, dont Mikoyan-Gourevitch est l’une des filiales, a indiqué que le PAK-DP est « au stade des travaux de développement. »

Ce qui laisse entendre qu’on est encore loin de voir voler un prototype… D’autant plus que, dans le même papier, il est souligné que des « travaux sont en cours pour prolonger la durée de vie des MiG-31BM de plusieurs milliers d’heures de vol, ce qui leur permettra de rester en service pendant une dizaine d’années de plus. »

Au regard du cahier des charges du PAK-DP, RSK MiG doit relever de nombreux défis, ne serait-ce qu’au niveau des matériaux, alors même qu’il a accumulé les déboires au cours de ces dernières années. Et les seuls MiG qui ont été exportés récemment sont ceux qui ont été cédés par Moscou aux forces aériennes syriennes et à l’Armée nationale libyenne…