Israël : Général israélien, « Il n’y a aucun lien entre ce que croit Joe Biden et le contenu de l’accord ».


Général israélien, « Il n’y a aucun lien entre ce que croit Joe Biden et le contenu de l’accord ».

Publié le 2.9.2022


I24 rapporte : « Il s’agit d’un accord catastrophique qui va aboutir à la nucléarisation de la République islamique d’Iran », a estimé jeudi soir le général de brigade de réserve israélien Amir Avivi, faisant référence à l’accord sur le point d’être signé entre les grandes puissances et Téhéran.

Amir Avivi est l’un des 5000 signataires de la lettre adressée au président américain Joe Biden pour l’exhorter à ne pas signer un nouvel accord nucléaire avec Téhéran.

Selon Avivi, l’Iran va pouvoir enrichir « une quantité infinie d’uranium dans un délai de deux semaines et pourra devenir une puissance nucléaire de plusieurs centaines d’ogives ».

À lire aussi : France : La Légion étrangère française au Yémen pour pomper du gaz vers l’Europe ?

« La communauté internationale va dépenser beaucoup d’argent et l’Iran va utiliser ces fonds pour armer le Hezbollah. Les pays arabes vont se lancer dans une course à l’armement [..] Ce programme va mettre en danger la région, Israël et le monde entier », a poursuivi le chef du Forum de défense et de sécurité d’Israël à la télévision israélienne i24.

Avivi a également dénoncé le fait « qu’il n’y a aucun lien entre ce que déclare Joe Biden et ses garanties contre un Iran nucléaire et ce qu’il y a écrit dans cet accord qui ne présente aucune limite sur son développement et en matière de surveillance ».

« Il faut se fier à ce qui est écrit et non aux déclarations de Joe Biden. Si un accord est signé, Israël devra se protéger à tout prix », a-t-il lancé.

Interrogé sur la visite du chef du Mossad aux Etats-Unis, Avivi estime qu’il est l’unique représentant de l’establishment sécuritaire et politique « qui dit la vérité à propos de cet accord. »

« Je crois que ce gouvernement tente la voie de la diplomatie, mais lorsqu’il s’agit d’une menace existentielle, il n’y a pas de place pour la diplomatie. L’histoire jugera tous ceux qui n’ont pas empêché la signature de cet accord », selon ses propres termes.