Afrique : La visite de Pelosi à Taïwan a été une provocation flagrante contre la paix régionale, selon des experts africains


La visite de Pelosi à Taïwan a été une provocation flagrante contre la paix régionale, selon des experts africains

Publié le 20.8.2022


Actu Cameroun rapporte : En se rendant dans la région chinoise de Taiwan, Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, a exacerbé les tensions dans le détroit. Aux yeux des experts africains, cet acte de folie, qui viole de manière flagrante et provocante la souveraineté de la Chine, menace la paix dans la région asiatique.

Pour le politologue Mathias Eric Owona Nguini, vice-président de l’Université de Yaoundé I, cette visite a violé l’accord entre les deux puissances mondiales et rendu les relations encore plus froides. « Sur les éléments culturels et historiques du débat, il n’y a aucune discussion possible (…) : Taïwan, comme Hong Kong et Macao, fait partie de la Chine », a-t-il souligné.

À lire aussi : Mali : le Japon a offert une aide alimentaire à près de 900 000 personnes déplacées internes.

Charles Fon Abi, secrétaire général de l’Institut des relations internationales du Cameroun, a pour sa part jugé que la visite n’était pas bien accueillie par la communauté internationale et qu’elle menaçait la paix dans le monde.

« Taïwan fait partie de la Chine, mais lorsqu’un important (dirigeant) politique américain se rend à Taïwan sans le consentement de la Chine, cela constitue un problème international. Nous devons appliquer toutes les règles des relations internationales pour la paix dans le monde », a-t-il plaidé.

Selon le politologue tunisien Jomai Gasmi, c’est dans l’optique d’en tirer profit que les États-Unis et d’autres forces extérieures sont intervenues dans la question de Taïwan.

Ce déplacement à Taïwan n’est qu’une violation des conventions internationales, le fait que Taïwan fait partie de la Chine étant reconnu par la communauté internationale, y compris les États-Unis, a dénoncé Guillaume Moumouni, enseignant chercheur béninois à l’Université d’Abomey Calavi. D’un point de vue politique, on peut voir dans cette visite de Nancy Pelosi une provocation dont il sied de comprendre les motivations, a-t-il poursuivi.

Pour Henry Okello Oryem, secrétaire d’État ougandais aux Affaires internationales, cette visite a un impact négatif sur les relations sino-américaines, ainsi que sur la paix et la stabilité à travers le détroit de Taïwan. L’Occident, surtout les États-Unis, doit cesser son ingérence dans les affaires intérieures de la Chine, a-t-il souligné.