Allemagne : Puni pour ses liens avec V. Poutine, l’ex-chancelier Gerhard Schröder porte plainte contre le Parlement.


Puni pour ses liens avec V. Poutine, l’ex-chancelier Gerhard Schröder porte plainte contre le Parlement.

Publié le 15.8.2022


Gerhard Schröder porte plainte contre le Parlement allemand pour réclamer les privilèges qui lui ont été retirés en raison de ses liens avec Vladimir Poutine.

Gerhard Schröder contrattaque. L’ex-chancelier allemand, lié à la Russie, a décidé de poursuivre le parlement allemand en justice pour protester contre les sanctions qui lui ont été infligées. C’est du moins ce que révèlent plusieurs sources dont le média européen Politico.eu.

En effet, l’ex-chancelier allemand a déposé plainte auprès d’un tribunal local contre le Parlement allemand afin de récupérer les privilèges qui lui ont été retirés en raison de ses liens avec le gouvernement russe dirigé par Vladimir Poutine. D’après la source, Schröder a été contraint de renoncer à son cabinet et son personnel. Deux privilèges que l’ex-homme fort de Berlin ne veut surtout pas perdre.

À lire aussi : Venezuela : Le Venezuela veut rétablir les « relations militaires » avec la Colombie et échangent des ambassadeurs après trois ans de rupture.

L’information a été confirmée par le média d’investigation Axios qui nous apprend que le Parlement allemand a pris la décision en mai dernier de mis fin au financement accordé au cabinet de Schröder et qui s’élève à quelque 400 000 euros par an. Une décision sévère que l’avocat de l’ex-chancelier conteste vigoureusement.

Pour rappel, Schröder avait été condamné en mars dernier pour ses liens avec Poutine, comme l’avaient révélé plusieurs sources dont La Tribune. “Gerhard Schröder tombe en disgrâce. Alors que de nombreuses voix au sein du parti social-démocrate (SPD) demande son éviction du parti, l’ancien chancelier allemand a été privé de ses avantages liés à son ancienne fonction, dont l’attribution de bureaux. Ce proche de Vladimir Poutine continuait en effet de bénéficier de plusieurs bureaux à la chambre des députés et d’un budget pour du personnel. Un privilège qu’il doit à son statut d’ancien chancelier, mais dont le coût s’élève à 400.000 euros par an pour les contribuables allemands”, renseigne la source.