USA : L’immigration clandestine à l’origine de graves problèmes de drogue aux États-Unis selon le Lieutenant Général Flynn.


L’immigration clandestine à l’origine de graves problèmes de drogue aux États-Unis selon le Lieutenant Général Flynn.

Publié le 6.8.2022 par Zachary Stieber


Le flot d’immigrants illégaux qui sont entrés aux États-Unis au cours des dernières décennies a contribué à l’augmentation des drogues et de la toxicomanie dans le pays, selon Michael Flynn, ancien conseiller à la sécurité nationale (sous Trump) et lieutenant‑général à la retraite.

Le lieutenant-général retiré Michael Flynn lors d'une interview pour EpochTV (Epoch Times).
Le lieutenant-général retiré Michael Flynn lors d’une interview pour EpochTV (Epoch Times).

« Nous avons un problème intérieur attisé par un grand nombre de drogues mortelles et de grandes quantités d’argent », a déclaré le Lt. Gen. Flynn dans l’émission Facts Matter d’EpochTV.

La crise de l’immigration clandestine a atteint des niveaux sans précédent sous la présidence de Joe Biden. Les États-Unis établissant de nouveaux records en matière d’arrestations d’étrangers clandestins à la frontière américano-mexicaine. Mais le problème remonte à 25 ans et a traversé les administrations des deux partis, explique le Lt. Gen. Flynn.

Si seulement 10 % des immigrés illégaux sont des criminels, cela signifie qu’une force plus importante que l’ensemble du corps des Marines américains est entrée illégalement dans le pays ces dernières années, poursuit-il.

À lire aussi : Ukraine : Guerre en Ukraine, plus d’appel Macron-Poutine, car la France est « un État inamical », selon le Kremlin

Les cartels criminels

Les criminels, qui font souvent partie de cartels, vont souvent dans les villes et vendent de la drogue, ce qui a aggravé les problèmes de dépendance dans ces villes.

« Ils s’organisent, ils sont amenés dans les villes, ils sont amenés dans les zones urbaines, ils mettent de l’argent dans leurs poches, ils sont là, et ils reçoivent des ordres pour sortir et inonder la zone de drogues. Ils tuent ce pays avec des produits comme le fentanyl, les opioïdes et l’héroïne. Et ils s’en tirent à bon compte. »

Alors que certains criminels condamnés sont expulsés, d’autres sont autorisés à rester aux États-Unis sur ordre de hauts responsables de l’administration Biden. Ces derniers ont décrété qu’il n’y avait pas assez de main-d’œuvre pour expulser tous les immigrés clandestins dont la liste des délits s’allongent tandis qu’ils peuvent rester illégalement.

En visite en Floride, le Lt. Gen. Flynn a déclaré soutenir certaines des mesures prises par le gouverneur de Floride, le républicain Ron DeSantis, et n’a pas manqué de décrier le transport en bus des immigrés illégaux du Texas et de l’Arizona vers Washington. Il a qualifié ce type de mesure de « coup de publicité » pour les cartels. Pourtant, les gouverneurs du Texas, Greg Abbott, et de l’Arizona, Doug Ducey, ont réglé l’addition de ses bus sous prétexte de faire pression sur Biden en envoyant tous ces immigrés illégaux dans sa ville. La maire de Washington, Muriel Bowser, a récemment demandé l’aide de la Garde nationale en raison de cet afflux.

Quoi qu’il en soit, les problèmes d’immigration illégale et de drogue nécessitent une action au niveau fédéral, étatique et local, déclare le Lt. Gen. Flynn.

« Nous devons protéger nos propres fichues frontières. Et ce n’est pas seulement la frontière entre le Texas et le Mexique, c’est aussi la frontière entre l’Ohio et l’Illinois, ou les États de notre pays qui ne sont pas contigus à une frontière internationale comme le Canada ou le Mexique, n’est‑ce pas ? Je veux dire que chaque État a le droit souverain de protéger ses propres frontières. »

« Alors vous vous demandez : ‘Comment on règle ça ?’ Eh bien, pour le faire, nous avons besoin de dirigeants. Nous avons besoin de véritables dirigeants à la Maison Blanche. Nous avons besoin de véritables dirigeants dans les maisons de nos gouverneurs. Nous avons besoin de véritables dirigeants dans nos comtés, nous avons besoin de véritables dirigeants dans nos mairies. »

Source