Allemagne : La ville de Hanovre ne peut plus offrir de l’eau chaude en raison de la crise du gaz russe.


La ville de Hanovre ne peut plus offrir de l’eau chaude en raison de la crise du gaz russe.

Publié le 30.7.2022 par Sandra


La ville allemande d’Hanovre a éteint le chauffage et est passée aux douches froides dans tous les bâtiments publics en raison de la crise du gaz russe.

C’est la première grande ville à couper l’eau chaude après que la Russie a considérablement réduit l’approvisionnement en gaz de l’Allemagne. On a dit aux Allemands de s’attendre à des mesures radicales de réduction de gaz et à des frais supplémentaires sur leurs factures d’énergie.

Et l’UE a accepté de réduire de 15 % la demande de gaz russe cet hiver.

À lire aussi : Russie : L’économie russe résiste bien mieux que prévu aux sanctions occidentales, selon le FMI.

Afin d’économiser de l’énergie, la ville de Hanovre, dans le nord de l’Allemagne, a décidé que l’eau chaude ne serait plus disponible pour le lavage des mains dans les bâtiments publics ou dans les douches des piscines, des salles de sport et des gymnases.

Les fontaines publiques sont également éteintes pour économiser de l’énergie, et il n’y aura pas d’éclairage nocturne sur les grands bâtiments tels que la mairie et les musées.

Le maire Belit Onay a déclaré que l’objectif était de réduire la consommation d’énergie de la ville de 15% en réaction à une “pénurie imminente de gaz” qui représentait un défi important pour les grandes villes.

Les règles s’appliquent également au chauffage. Les bâtiments publics n’auront pas de chauffage d’avril à fin septembre de chaque année, avec des températures ambiantes limitées à un maximum de 20 ° C pour le reste de l’année – avec quelques exceptions.

La ville interdit également les climatiseurs, appareils de chauffage et radiateurs portables.

La politique est conforme aux annonces de Berlin la semaine dernière, alors que l’Allemagne se précipite pour constituer ses réserves avant l’hiver. D’autres villes – comme Augsbourg en Bavière – ont déjà introduit leurs propres mesures telles que la fermeture des fontaines publiques.

L’objectif de réduction de 15 % à Hanovre correspond à l’objectif européen de réduction de la dépendance au gaz russe.

Et jeudi, l’Allemagne a confirmé qu’une surtaxe de gaz prévue pour les clients pourrait être beaucoup plus élevée que prévu, pour tenter d’éviter que les entreprises énergétiques ne fassent faillite dans les mois à venir. “Nous ne pouvons pas encore dire combien coûtera le gaz en novembre, mais la mauvaise nouvelle est qu’il s’agit certainement de quelques centaines d’euros par foyer”, a déclaré le ministre de l’Economie, Robert Habeck.

Certains rapports indiquent que la taxe pourrait coûter aux familles 500 € supplémentaires (420 £) par an.

L’Allemagne a longtemps compté sur le gaz russe pour ses besoins énergétiques, mais a récemment accusé la Russie de restreindre le flux en représailles aux sanctions de l’UE contre la guerre en Ukraine, ce que la Russie nie.

L’approvisionnement en gaz russe représente désormais environ un quart des besoins du pays, contre plus de la moitié avant la guerre.