Otan : J. Biden, aurait-il écouté E. Macron ? Pris entre deux feux, il va demander à l’Alliance du Golfe d’augmenter la production de pétrole, mais il ne demandera pas directement au roi ni au prince héritier saoudien, voyez pourquoi ?


J. Biden, aurait-il écouté E. Macron ? Pris entre deux feux, il va demander à l’Alliance du Golfe d’augmenter la production de pétrole, mais il ne demandera pas directement au roi ni au prince héritier saoudien.

Nous vous avions expliqué dans cet article : France : À quoi joue E. Macron a-t-il délibérément donné à Biden de mauvaises nouvelles sur la crise du pétrole devant les médias ? [VIDÉO]. E. Macron s’est entretenu avec Joe Biden le lundi 27 juin 2022, devant des journalistes, au sujet des tentatives pour amener les nations arabes à produire davantage de pétrole afin de faire baisser la flambée des prix de l’essence…

Publié le 30.6.2022


Le président du sous-sol aurait-il écouté E. Macron ? Biden nous annonce après cette rencontre épique ou Macron a couru derrière lui pour le rattraper et demander quelque choses ? Voici que maintenant, Biden va demander à l’Alliance du Golfe de stimuler la production de pétrole, il dit qu’il ne demandera pas directement au roi et au prince héritier saoudiens.

Boom, ils veulent tellement tout détruire en contrôlant leur plan du NOM, que finalement la flambée des prix de l’essence pousse les démocrates à agir contre tout ce qu’ils ont enclenché avant pour cela.

Rappel :

NEW – Biden comptait sur les nations arabes pour produire plus de pétrole, mais il y a quelques heures, le président français Macron a été entendu, disant à Biden que les Émirats arabes unis sont au maximum de leur capacité et que les Saoudiens ne peuvent pas produire beaucoup plus.

NO COMMENT : DEVANT LES CAMERAS E. MACRON INTERPELLE JOE BIDEN

« J’ai eu un appel avec MBZ », a déclaré Macron. (MBZ est le dirigeant des Émirats arabes unis, le cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan). « Il m’a dit deux choses. Je suis à une [capacité de production] maximale et [les] Saoudiens peuvent augmenter de 150 [milliers de barils par jour]. »

C’est une révélation qui change la donne puisque Biden comptait sur l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Ils étaient les deux seules nations de l’OPEP perçues comme ayant une capacité de réserve.

La révélation de Macron signifie que c’est aux États-Unis de produire plus de pétrole, et rapidement, ou la crise énergétique va mal.

30 juin 2022, Espagne, Madrid : Joe Biden, président des États-Unis d’Amérique (USA), s’exprime lors d’une conférence de presse à l’issue du sommet de l’OTAN à Madrid. Lors de ce sommet de deux jours, les chefs d’État et de gouvernement des 30 États de l’alliance ont pris des décisions sur la mise en œuvre du programme de réforme  » Otan 2030 « . Photo : Bernd von Jutrczenka/dpa (Photo par Bernd von Jutrczenka/picture alliance via Getty Images)

Le président du sous-sol Joe Biden a déclaré qu’il demanderait aux alliés des États-Unis dans la région du golfe Persique d’augmenter la production de pétrole lorsqu’il les rencontrera lors d’un voyage en Arabie saoudite le mois prochain, l’un des principaux moyens dont il dispose pour faire face à la flambée des coûts de l’inflation dans son pays.

« Je leur ai indiqué que je pensais qu’ils devaient augmenter leur production », a déclaré M. Biden jeudi lors d’une conférence de presse à Madrid à l’issue d’un sommet de l’OTAN. « J’espère que nous les verrons, dans leur propre intérêt, conclure qu’il est logique de le faire. Et ils ont de réelles préoccupations quant à ce qui se passe en Iran et dans d’autres endroits en termes de sécurité. »

À lire aussi : France : La diversité, pas pour tous ? Pap Ndiaye scolarise ses enfants dans une prestigieuse école privée, pour qu’ils aient une « scolarité sereine et heureuse »

M. Biden a déclaré qu’il ne demanderait pas directement au roi saoudien Salman ou au prince héritier Mohammed Bin Salman d’augmenter la production énergétique lorsqu’il les verra à la réunion du 16 juillet. Il a déclaré que le forum plus large du Conseil de coopération du Golfe, un rassemblement de pays largement riches en pétrole le long du golfe Persique, est un cadre plus approprié pour cette demande.

« Ce n’est pas le but de ce voyage » en Arabie saoudite, a déclaré J. Biden.

Le pétrole a chuté après les commentaires de M. Biden, les contrats à terme West Texas Intermediate perdant 2,3 % à 107,31 dollars le baril à 10 h 05, heure de New York.

Le voyage en Arabie saoudite place Biden qui a juré pendant sa campagne de faire de l’Arabie saoudite un « paria » en raison de son bilan en matière de droits de l’homme, dans une position délicate. Peu après son entrée en fonction, son administration a publié un rapport accusant le prince héritier d’être responsable du meurtre, en 2018, du chroniqueur du Washington Post – et résident américain – Jamal Khashoggi.

Le prince a nié avoir été impliqué dans le meurtre, tout en acceptant d’en assumer la responsabilité symbolique en tant que dirigeant de facto du pays.

J. Biden et ses principaux collaborateurs ont répété à plusieurs reprises que son voyage au Moyen-Orient ne portait pas uniquement sur l’énergie, il a notamment fait part de ses préoccupations concernant la guerre au Yémen, mais la flambée des prix de l’essence aux États-Unis a accru la pression sur le président et les démocrates à l’approche des élections de mi-mandat de novembre. À Madrid, M. Biden a réitéré son point de vue selon lequel la hausse des prix est entièrement due à « la Russie, la Russie, la Russie » en raison de la guerre en Ukraine.

J. Biden a déclaré qu’il voyait plusieurs moyens d’atténuer certaines de ces augmentations, notamment par une abrogation temporaire de la taxe fédérale sur l’essence, une mesure qui devrait être approuvée par le Congrès. Mais il a également déclaré que les Américains pourraient devoir continuer à supporter des prix de l’essence plus élevés que d’habitude pendant un certain temps. Bien voyons !!!