Arménie : Un avertissement sévère à tous les politiciens, de la cabale et tous ceux qui travaillent et les soutiennent !


Un avertissement sévère à tous les politiciens, de la cabale et tous ceux qui travaillent et les soutiennent !

Publié le 7.6.2022


Les politiciens sont battus et lapidés par le peuple affamé. Prenez note… ‼️ (4 mai) Des affrontements ont éclaté entre la police et les manifestants devant la résidence du Premier ministre en Arménie.

L’opposition manifeste régulièrement depuis avril contre la normalisation des relations avec l’Azerbaïdjan, qui a vaincu l’Arménie après une guerre de six semaines en 2020

Des dizaines de personnes hospitalisées après des affrontements en Arménie.

Des dizaines de personnes ont été blessées lors d’affrontements vendredi soir dans la capitale Erevan, où une coalition de partis d’opposition a organisé des manifestations de rue, appelant les autorités à adopter une position plus ferme à l’égard de l’Azerbaïdjan voisin.

La police a déclaré que 50 personnes avaient été hospitalisées, dont 34 officiers, et que 11 avaient été placées en détention… !

Ils ont également rapporté que les agents ont été bombardés de pierres et d’autres projectiles lorsque les manifestants se sont dirigés vers le bâtiment principal du gouvernement et l’ont bloqué pendant plus de deux heures.

La police et les manifestants s’affrontent à Erevan.

Rappelons que depuis le début du mois de mai, des manifestations de masse ont lieu en Arménie contre les activités de l’actuel Premier ministre Nikol Pashinyan, exigeant sa démission.

« Sortez et répondez aux questions du peuple »

Des manifestants se trouvent actuellement devant la résidence de Pashinyan pour exiger des réponses.

Le parti au pouvoir a boycotté la réunion des factions de l’opposition pour discuter des relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan et entre l’Arménie et la Turquie.

Autre angle, des Arméniens manifestant en soutien à la Russie devant l’ambassade.


Arménie : malgré les réformes législatives, les survivants de la traite des êtres humains ont du mal à accéder à la justice.

Publié le 31.5.2022 par Conseil de l’Europe / Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA) Strasbourg


Le Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA) du Conseil de l’Europe a publié un nouveau rapport sur l’Arménie portant sur l’accès des victimes de la traite des êtres humains à la justice et aux recours effectifs. Le GRETA reconnaît les améliorations apportées au cadre législatif et politique mais demande aux autorités de renforcer l’information des victimes, d’améliorer l’accès à l’aide juridique et à l’assistance psychologique, de faciliter l’accès à l’indemnisation des auteurs, ainsi que d’enquêter efficacement sur les infractions de traite des êtres humains pour toutes les formes d’exploitation et de promouvoir la réintégration des victimes.

Depuis la précédente évaluation en 2017, l’Arménie a continué à développer son cadre législatif et politique de lutte contre la traite des êtres humains : en 2021, un nouveau code pénal et un nouveau code de procédure pénale ont été adoptés et des amendements au code du travail sont en préparation. Le GRETA exhorte les autorités à veiller à ce que l’accès à l’assistance juridique soit garanti dès qu’il existe des motifs raisonnables de croire qu’une personne est victime de la traite des êtres humains et avant que la personne concernée doive décider si elle coopère ou non avec les autorités dans le cadre d’une enquête criminelle.

Le rapport examine également les progrès réalisés dans la mise en œuvre des précédentes recommandations du GRETA sur certains sujets. Le GRETA exhorte les autorités arméniennes à continuer de renforcer les capacités et les compétences de tous les fonctionnaires concernés pour détecter et enquêter sur les cas de traite à des fins d’exploitation du travail. En outre, les autorités devraient renforcer leurs efforts pour prévenir la traite des enfants parmi les groupes vulnérables (enfants des zones rurales et enfants placés dans des institutions pour enfants) et accorder une plus grande attention au lien entre la traite des enfants et l’utilisation des technologies de l’information et de la communication.

Le nombre total de victimes de la traite identifiées au cours de la période 2017-2021 en Arménie était de 68. Deux tiers des victimes identifiées étaient des femmes et des filles. La forme d’exploitation dominante était l’exploitation sexuelle, suivie de l’exploitation du travail et de la mendicité forcée. Presque toutes les victimes identifiées étaient des ressortissants arméniens exploités à l’intérieur de l’Arménie. Le nombre réel de victimes de la traite est probablement plus élevé, selon le rapport, car les victimes ne s’identifient que rarement en raison de la méconnaissance de leurs droits, de la stigmatisation, du sentiment de honte et de la méfiance vis-à-vis des autorités.

Source 1

Source 2