OMS : 120 pays sur 179 auraient refusé le texte, l’OMS a retiré 12 des 13 articles, mais s’accroche au dernier, qui modifie leur constitution.


120 pays sur 179 auraient refusé le texte, l’OMS a retiré 12 des 13 articles, mais s’accroche au dernier, qui modifie leur constitution.

Publié le 29.5.2022


« L’OMS tente de prendre le contrôle de la surveillance et réponses aux pandémies mondiales, de toutes les décisions en matière de soins de santé, et Bill Gates a l’intention de jouer un rôle clé dans cette prise de contrôle ». Par le Dr J Mercola.

A ce stade une source nous indique que 120 pays sur 179 auraient refusé le texte, l’OMS a retiré 12 des 13 articles, mais s’accroche au dernier, qui modifie leur constitution et veut 6 mois de négociation avec ces pays, pour revenir avec un nouveau Traité en novembre. Nous avons donc 6 mois de répit, mais il faut rester en alerte. Mais cela est bizarre, car 6 mois, c’est pile les élections américaines et au potentiel retour de Trump, nous attendons confirmation de cela, en attendant lisez l’article sur le sujet ci-dessous écrit par Jade / AD.

Macron et tous les pays dirigés par le psychopathe de Davos ont dit OUI sans condition ! Mais heureusement, qu’il reste les vrais présidents fiers de leurs pays respectifs.

Il appartient aux peuples du monde épris de liberté de briser l’illusion qu’il n’y a pas d’autre choix que d’accepter le système. C’est juste le mensonge qu’ils nous ont nourri. Il est vraiment grand temps de sortir de la matrice.

Ces psychopathes sont obnubilés par les vaccins alors qu’un simple traitement aux antibiotiques suffit pour des maladies très peu contagieuses et des idiots vont s’y précipiter, ou s’y sont déjà précipités hélas…

Si le directeur de l’OMS Tedros Adhanom et le fondateur du Forum économique mondial Klaus Schwab s’inquiètent des « complotistes », c que nous avons un énorme impact sur leurs organisations néfastes. Battons-nous, partageons ! Diffusons toujours + qui ils sont !


L’opposition internationale se renforce contre le transfert à l’OMS des pouvoirs en matière de pandémie par Biden – Aube Digitale

Publié le 29.5.2022 par par Jade

L’opposition des délégués africains à la 75e Assemblée mondiale de la santé (AMS) à Genève, en Suisse, a forcé des heures de tergiversations informelles sur les révisions possibles des propositions du président Joe Biden visant à accorder de nouveaux pouvoirs à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour faire face aux pandémies virales.

Le drapeau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à son siège à Genève, le 5 mars 2021. (Fabrice Coffrini/AFP via Getty Images)

Comme l’a précédemment rapporté The Epoch Times, les 13 amendements proposés par Biden au Règlement sanitaire international (RSI) de l’ONU qui régit les opérations de l’OMS accordent de nouveaux pouvoirs étendus au directeur général Tedros Adhanhom Ghebreysus, un ancien ministre du gouvernement éthiopien qui occupe ce poste depuis 2017.

Plus tôt cette semaine, Tedros a été confirmé pour un second mandat par l’assemblée, qui est l’organe décisionnel de l’OMS.

Les États-Unis fournissent plus de 150 millions de dollars en contributions obligatoires pour financer l’organisation et ont donné, en moyenne, 262 millions de dollars supplémentaires en financement volontaire annuel depuis 2012.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, assiste à une conférence de presse au siège de l’OMS à Genève, le 3 juillet 2020. (Fabrice Coffrini/Pool/AFP via Getty Images)

Selon les amendements proposés, le directeur général pourrait déclarer une situation d’urgence de santé publique dans n’importe quel pays, que les responsables locaux soient d’accord ou non avec cette déclaration.

M. Tedros serait également autorisé à s’appuyer sur des preuves provenant de sources autres que celles approuvées par le pays concerné pour fonder une telle déclaration.

Ni le bureau des médias de l’organisation ni son homologue du département américain de la santé et des services sociaux (HHS) n’ont répondu à la demande de commentaire de The Epoch Times.

Les travaux de l’AMS sont menés par deux comités composés de délégués de 194 nations membres. Les propositions de M. Biden ont été examinées pour la première fois en début de semaine par le comité A, présidé par le délégué japonais Hiroki Nakatani.

La procédure de l’assemblée consiste à permettre aux délégués de commenter et de débattre des propositions, puis, si aucune objection n’est entendue, les propositions sont considérées comme approuvées. Mais lorsque les propositions Biden ont été discutées pour la première fois en début de semaine lors de la troisième session du Comité A, des objections ont été exprimées par les délégués africains.

« La région africaine partage le point de vue selon lequel le processus ne devrait pas être accéléré »aurait déclaré Moses Keetile, secrétaire permanent adjoint au ministère de la santé du Botswana, à l’assemblée au nom de la région africaine.

Lors de la sixième réunion du Comité A, le 25 mai, M. Nakatani a déclaré aux délégués que « des progrès ont été réalisés au cours des discussions informelles … mais que d’autres discussions semblent nécessaires » et il a indiqué que les discussions allaient se poursuivre.

James Rogulski, journaliste et chercheur indépendant, qui suit de près le livestream de l’assemblée, a déclaré que « pour une raison quelconque, ils [les responsables de l’assemblée] n’ont pas pu parvenir à un consensus, il semble donc qu’ils ne vont même pas le soumettre à l’assemblée », en attendant le résultat des négociations informelles.

M. Rogulski a ajouté que « ce qu’ils ont fait, c’est mettre en place une autre bureaucratie. Ils vont avoir un groupe de travail pour le [IHR]. Ils vont recevoir des soumissions du monde entier pour leurs idées sur la façon dont ces choses devraient être modifiées.

« Cela durera jusqu’en septembre, puis il semble qu’ils vont apparemment tenir une autre réunion en novembre. »

Un logo est représenté à l’extérieur d’un bâtiment de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lors d’une réunion du conseil exécutif sur la mise à jour de l’épidémie de coronavirus (COVID-19), à Genève, en Suisse, le 6 avril 2021. (REUTERS/Denis Balibouse/File Photo)

Le rapport de Tedros à l’Assemblée mondiale sur le « Renforcement de la préparation et de la réponse de l’OMS aux urgences sanitaires » contient plus de détails sur le groupe de travail, y compris une recommandation pour que l’agence internationale de la santé procède comme décrit par Rogulski.

Le rapport indique que le nouveau groupe de travail « invite à soumettre des propositions d’amendements d’ici au 30 septembre 2022. Toutes ces propositions d’amendements seront communiquées sans délai par le directeur général à tous les États parties ; (d) demander au [Groupe de travail sur le Règlement sanitaire international] WGIHR de convoquer sa réunion d’organisation au plus tard le 15 novembre 2022. »

En début de semaine, la secrétaire adjointe du HHS pour les affaires mondiales, Loyce Pace, a fait allusion aux amendements Biden sans reconnaître la nécessité des négociations informelles.

Pace a déclaré à l’assemblée que l’administration Biden « croit en la nécessité de relations mondiales fortes pour combattre le COVID-19 et pour prévenir et se préparer à de futures urgences sanitaires ».

Mme Pace a déclaré que les responsables américains étaient « heureux » que l’AMS s’apprête à « renforcer les outils existants dont disposent l’OMS et tous les États membres ».

« Cela comprend le renforcement du règlement sanitaire international de 2005 afin de clarifier les rôles et les responsabilités, d’accroître la transparence et la responsabilité, de partager les meilleures pratiques et de communiquer en temps réel avec nos partenaires mondiaux.

« Nous sommes également engagés dans un processus d’organe de négociation intergouvernemental qui engage les parties prenantes externes et élabore un instrument international sur les pandémies permettant une action significative et inclusive. »

Mais les propositions de M. Biden ont déclenché une colère croissante aux États-Unis parmi les critiques qui affirment que les amendements reviendraient à céder une partie de la souveraineté américaine à l’OMS en cas de nouvelle pandémie comme celle qui a tué plus d’un million d’Américains et plus de six millions de personnes dans le monde.

Le président Joe Biden marque une pause lors d’une réunion du cabinet dans la salle du cabinet de la Maison Blanche à Washington, le 12 novembre 2021. (Drew Angerer/Getty Images)

Le représentant Ralph Norman (R-C.S.), le premier membre du Congrès à commenter les amendements de manière critique, a déclaré à The Epoch Times le 26 mai que « bien sûr, les amendements devraient être retirés, mais la question la plus importante est de savoir comment nous en sommes arrivés là. Pourquoi cette administration est-elle apparemment prête à céder toute autorité à un organisme international, en particulier l’OMS ? »

M. Norman a ajouté que « compte tenu de l’indignation de l’opinion publique sur cette question, on pourrait penser que nous aurions des nouvelles directes de la Maison Blanche concernant le statut de ces amendements, ou au moins de notre délégation à l’Assemblée mondiale de la santé. C’est à se demander ce qui va se passer ensuite ».

Les amendements de Biden sont défendus par FactCheck.org, une organisation médiatique du Annenberg Public Policy Center de l’Université de Pennsylvanie qui prétend « contrôler l’exactitude factuelle de ce qui est dit » par des personnalités politiques et autres sur les questions du jour.

FactCheck.org a déclaré que « les conservateurs aux États-Unis prétendent à tort … que les amendements menaceront la souveraineté des États-Unis ».

L’organisation médiatique a ensuite cité en exemple la proposition de M. Biden de supprimer une exigence existante selon laquelle l’OMS doit consulter les responsables d’un pays où une pandémie est suspectée avant d’agir.

Mais FactCheck.org a ensuite noté que « la proposition élimine l’obligation de consulter et d’obtenir la vérification de ces rapports de tiers avant d’agir, et ajoute un délai pour que l’OMS demande la vérification du rapport du tiers. »

Les détracteurs de l’amendement affirment que la suppression de l’obligation pour l’organisation de consulter un pays touché avant d’agir – par exemple en déclarant une urgence de santé publique dans ce pays – revient à accorder un pouvoir unilatéral à l’organisme international de santé.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale


Informez autour de vous

Les US installent des biolabs en Ukraine et voilà le H1N1, puis la Covid, les Russes ont su ce qu’il se passait, il fallait vite les anéantir ! On sait que les vax vont causer des zonas, on va prétexter une variole du singe, puis rajouter un vax par-dessus. Des tarés le DS des US de Biden.

Va falloir qu’on parle sérieusement… Il se passe quoi avec le cou du PDG de Pfizer

C’est là où on leur injectera du sérum physiologique. Car, vous ne pensez pas que l’oligarchie va se faire réellement piquer. Le génocide vaccinal, ce n’est que pour les gueux.

Faites tourner ce visage symbole de la haine! De la perversion! De la manipulation!