Monde : Les mondialistes sont entrés dans la phase de mise à mort de la Grande Réinitialisation ; Vous vous souvenez des prévisions démographiques de Deagel ? Cela prend maintenant tout son sens.


Les mondialistes sont entrés dans la phase de mise à mort de la Grande Réinitialisation ; Vous vous souvenez des prévisions démographiques de Deagel ? Cela prend maintenant tout son sens.

Publié le 28.5.2022


C’était une semaine importante pour les mondialistes. Ils estiment que c’est leur heure, l’heure de lancer la phase la plus difficile de la Grande Réinitialisation afin de pouvoir se lancer dans ce qu’ils appellent la Quatrième Révolution Industrielle.

La quatrième révolution industrielle, comme l’explique le gourou du Forum économique mondial Klaus Schwab, conduira à une « fusion » des identités physique, biologique et numérique de chaque être humain. Il s’agit en fait de l’aube d’une nouvelle ère fondée sur le transhumanisme et la technocratie, un peu comme ce qui est décrit dans le roman Brave New World.

Mais ils ne peuvent pas y arriver avant d’avoir tout remis à zéro. Tuer l’ancien. Apporter le nouveau.

Réinitialiser le monde n’est pas quelque chose que vous pouvez faire en appuyant simplement sur un bouton. Il faut une série de crises mondiales bien conçues, comme Schwab et son conseiller principal Yuval Noah Harari l’ont dit à plusieurs reprises.

Les mondialistes se sont donc réunis cette semaine à Genève, à l’Assemblée mondiale de la santé, et à Davos, au sommet du Forum économique mondial. Les deux villes, Genève et Davos, sont toutes deux situées en Suisse, à environ trois heures de route l’une de l’autre. Entre ces deux réunions, la classe prédatrice mondialiste recevra ses instructions sur ce qu’elle doit faire et ce à quoi elle doit s’attendre au cours des 12 prochains mois. J’appelle cette fenêtre de 12 mois la salve d’ouverture de la phase de mise à mort de la Grande Réinitialisation.

Schwab a ouvert la réunion de Davos en déclarant que « l’avenir ne se produit pas tout seul ; l’avenir est construit par nous, par une communauté puissante, comme vous ici dans cette salle ».

Schwab a déclaré que « nous devons nous préparer à un monde plus en colère », ce que je prends comme un mauvais signe que les mondialistes deviennent anxieux, sentant que s’ils ne prennent pas des mesures drastiques bientôt, tous leurs plans pour ériger un gouvernement mondial de la fin des temps pourraient être gaspillés.

Schwab a ajouté : « Nous avons les moyens d’améliorer l’état du monde, mais deux conditions sont nécessaires :

« La première est que nous agissions tous en tant que parties prenantes de communautés plus larges.

« Et la seconde est que nous collaborions. »

Ma question pour Klaus est la suivante : Collaborer sur quoi ?

Et que veut-il dire, exactement, par « améliorer » l’état du monde ?

Des améliorations pour qui ? Je crois qu’il fait référence à l’amélioration des conditions pour les 1 % qui dirigent les grandes banques et les sociétés et leurs subordonnés, ce qui pourrait porter le chiffre à 3 ou 4 %. Pour le reste d’entre nous, ils ont un programme de misère.

L’heure de l’abattage

Si nous regardons l’agenda du WEF/des Nations Unies, qui est soutenu sans réserve par les gouvernements des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Union européenne, du Canada et de l’Australie, tout indique un abattage massif de la population humaine. Ils ont déclenché la phase de mise à mort.

Comme ils le voient, nous pouvons le supposer d’après leur rhétorique, l’abattage est nécessaire pour sauver la planète et ses ressources pour eux, les élites mondialistes représentées cette semaine à Davos et à Genève.

Ils nous ont fait part de leurs plans à l’avance. Ils le font toujours. Nous ne posséderons rien, nous n’aurons aucune vie privée et nous apprendrons à aimer être totalement dépendants du gouvernement et de ses partenaires commerciaux pour notre survie.

David Beasley, directeur exécutif du Programme alimentaire mondial des Nations unies, s’est exprimé à Davos et avait des nouvelles réjouissantes. Regardez ses brefs commentaires dans la vidéo ci-dessous.

Dans son discours officiel au WEF, M. Beasley a expliqué que la situation alimentaire mondiale était déjà mauvaise avant la guerre en Ukraine, mais que la situation s’est depuis aggravée pour devenir ce qu’il a appelé la pire crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale.

Ensuite, il y a la couverture effrayante du magazine The Economist. Il s’agit d’une publication appartenant aux Rothschild qui s’adresse à l’élite mondialiste. On y voit un champ de blé, dont les grains sont représentés par des crânes, et le titre est « La catastrophe alimentaire à venir ».

Conservative Playlist rapporte que la Fondation Rockefeller, un autre club mondialiste ayant des liens avec Bill Gates, Schwab et le WEF, a récemment averti qu’une crise alimentaire mondiale aux proportions bibliques devrait arriver à nos portes d’ici cinq à six mois.

Le président de la Fondation Rockefeller, Rajiv Shah, a décrit ce qui va bientôt se produire comme une « crise alimentaire massive et immédiate » qui frappera le monde entier, ne laissant aucun pays indemne.

Il ne s’agit pas de communisme car, si c’était le cas, les grandes entreprises ne seraient pas toutes dans le coup. Il s’agit de technocratie, qui utilise le pouvoir de la collecte de données et des technologies de surveillance avancées, qu’elle exploite à chaque point de contact – dans le domaine médical, les médias et les médias sociaux, la science, l’éducation, le commerce de détail, l’armée et la biosécurité.

Mais comment, demandent les gens, vont-ils faire en sorte que nous ne possédions rien et que nous louions tout aux milliardaires et multimillionnaires ?

Je dis à ces gens que s’ils étaient éveillés, ils verraient la réponse à leur question se dérouler en temps réel.

En créant de plus en plus d’argent et en faisant délibérément baisser la valeur du dollar, la Réserve fédérale et le système bancaire vous obligent à payer plus pour moins. Pour survivre, que vous fassiez partie de la classe moyenne inférieure, de la classe moyenne intermédiaire ou de la classe moyenne supérieure, vous paierez plus pour le même gallon d’essence, les mêmes produits d’épicerie, les mêmes vêtements qu’auparavant. Vous pouvez vous en sortir pendant un certain temps en achetant moins et en réduisant les déchets, mais au bout d’un moment, vous chercherez à réduire la taille de vos voitures, de vos maisons, de votre alimentation, de tout.

C’est pourquoi Mayer Rothschild a dit : « Peu m’importe qui fait les lois d’un pays, tant que je contrôle son argent. »

Le plan consiste à vous faire payer le prix de tout jusqu’à ce que vous louiez un petit appartement en ville à côté d’une ligne de chemin de fer, que vous remplaciez votre SUV par une mini voiture électrique (si vous pouvez vous le permettre) ou même un vélo. Regardez la Chine. C’est l’avenir qu’ils ont prévu pour nous.

Plus la douleur est grande, plus les élites se rapprochent de la possibilité de mettre en œuvre leur Grande Réinitialisation, avec des codes QR numériques attachés à chaque être humain contenant tous vos dossiers médicaux sur une application de téléphone portable et connectant cette application également à votre compte bancaire et à votre capacité à vous connecter à Internet. C’est l’objectif.

Maintenant, voici le piège.

Les élites milliardaires mondialistes savent que leur plan est impopulaire.

Elles savent qu’au moins la moitié de la population des pays riches n’acceptera jamais ce plan de son plein gré. Il faudra les contraindre en période de crise horrible, comme une guerre ou une vague d' »urgences de santé publique », et les privations extrêmes que de telles crises entraînent.

Parce que la grande majorité des Américains souffrent d’un biais de normalité extrême, ils ne peuvent pas voir ce qui se prépare. Ils seront pris complètement au dépourvu. Les pénuries sporadiques qu’ils constatent actuellement dans les épiceries, ces gens croient qu’il ne s’agit que d’un problème temporaire qui va bientôt se résorber. Rien à craindre.

Ils ne voient pas que la guerre et la famine sont au coin de la rue. Alors quand elles arriveront, ils seront gouvernés par la peur et la confusion. Les niveaux d’anxiété seront hors normes.

La plupart se soumettront au système bestial qui s’érige sur le dos de ces crises préétablies.

En raison de la règle des tiers, entre 25 et 30 % ne se soumettront jamais à ce genre de système. Nous l’avons vu l’année dernière avec les vaccins, quand environ 70 % des Américains ont cédé à la pression du « faites-vous vacciner », mais que 30 % ont résisté.

Aujourd’hui, Stéphane Bancel, le PDG de Moderna, admet que personne ne veut de ses vaccins et qu’il doit les jeter, 30 millions de doses pour être exact.

Regardez ses commentaires dans la vidéo ci-dessous. Il est très triste.

Le résultat final pour les élites est le suivant : La population est tout simplement trop importante et ingérable pour le type de société basée sur les ressources et le contrôle total requis par leur technocratie dystopique, et s’il y a quelque chose qu’une technocratie ne peut tout simplement pas tolérer, c’est une population importante de personnes qui ne savent pas où est leur place. Ils croient encore à la liberté d’expression, aux premier et deuxième amendements, au fait que les gens naissent hommes ou femmes, des trucs démodés comme ça. Ils doivent être éliminés.

La phase de mise à mort : Comment vont-ils abattre la population ?

Pour cette raison, nous sommes entrés dans la phase d’élimination du Grand Réinitialisation.

Tout ce à quoi ils s’adonnent en ce moment, ces soi-disant acteurs, fait que des gens meurent prématurément dans certains pays clés où nous avons d’importantes populations de classe moyenne qui ont l’habitude de vivre relativement librement. Ils ne conviennent pas à la société de surveillance totale où vos mouvements sont suivis en temps réel, où vos habitudes de dépenses sont surveillées et évaluées, où vos habitudes alimentaires sont surveillées (la viande sera un « mets rare », selon le WEF). Toutes les activités de votre vie seront surveillées afin de calculer et de suivre votre empreinte carbone et d’évaluer votre crédit social global.

Examinons les points de friction dans la société actuelle qui sont fomentés par les élites mondialistes qui dirigent tout, des systèmes monétaires et bancaires aux grandes entreprises en passant par les médias, Big Pharma et Big Tech.a

Des ruptures de chaînes d’approvisionnement fabriquées, ainsi que des pénuries de nourriture, d’engrais et de carburant, qui conduiront à la famine. Regardez la vidéo ci-dessous du déraillement d’un train dimanche dernier en Alberta, au Canada. Le train transportait justement 43 conteneurs de potasse pour des engrais azotés dont on a désespérément besoin.

Promouvoir les vaccins tueurs et les rappels avec le retour des mandats de vaccination probablement cet automne.

Fomenter des troubles civils, des fusillades de masse et l’éclairage des propriétaires d’armes à feu américains qui en résulte, avec une rhétorique incendiaire venant de la Maison Blanche. Les médias soutiendront l’administration Biden dans sa volonté de mettre en place des mesures nationales de contrôle des armes à feu. Joe Scarborough et Mika Brzezinski sur MSNBC ne sont que deux des nombreux oiseaux moqueurs des médias qui délivrent de la propagande au nom des agences de renseignement américaines. Depuis les fusillades de masse de Buffalo et d’Uvalde, au Texas, Mika et Joe martèlent le message selon lequel il est temps pour le gouvernement de déclarer certains fusils illégaux. Ce type de rhétorique, menaçant de désarmer les Américains respectueux de la loi à un moment où la criminalité échappe à tout contrôle, ne fera qu’inciter davantage de personnes à acheter des armes pour se protéger.

L’escalade de leur guerre par procuration contre la Russie en une guerre régionale et finalement mondiale. La Chine va tenter de s’emparer de Taïwan et l’Iran pourrait s’en prendre à Israël. La Russie et la Chine sont tout simplement mieux préparées à cette guerre que les États-Unis et l’Europe.
Alimenter l’obsession mondialiste de la manie transgenre LGBTQ, au point qu’elle est partout dans votre visage, mais surtout dans celui de votre enfant, à l’école, en colonie de vacances, chez les scouts et les éclaireuses, et même dans de nombreuses églises. Cela affaiblit encore le bassin de jeunes gens en les déroutant sur leur propre genre et, avec la poussée des gays et des lesbiennes, cela entraîne une diminution du nombre de naissances.
Les prévisions démographiques de Deagel pour 2014

Toutes les politiques susmentionnées ne visent qu’une chose : la dépopulation massive.

Je reviens à l’analyse faite par Deagel Corp. il y a plusieurs années.

Deagel est un entrepreneur militaire qui, en 2014, a publié une prévision de réduction massive de la population jusqu’en 2025, lorsque l’Amérique ne comptera plus que 99 millions d’habitants, contre plus de 330 millions en 2014. Les nations d’Europe occidentale, en particulier le Royaume-Uni et l’Allemagne, connaîtraient des diminutions de population tout aussi drastiques.

D’après les calculs de Deagel, en supposant qu’ils soient à peu près exacts, les endroits les moins sûrs pour vivre au cours des trois prochaines années seront les États-Unis et le Royaume-Uni, suivis de l’Allemagne et du reste des pays de l’UE. Ces prévisions démographiques étaient si controversées, montrant des réductions de population de 80 % aux États-Unis et entre 50 et 80 % pour presque tous les pays d’Europe occidentale, que l’étude a mystérieusement disparu du site Web de Deagel après la publication de Covid en mars 2021.

Jusqu’à l’impact de la « pandémie » de Covid et de la campagne de vaccination de masse qui en a résulté, de nombreux chercheurs se grattaient la tête en examinant les feuilles de calcul de Deagel. Mais maintenant, cela commence à avoir plus de sens.

Le chercheur Craig Paardekooper a récemment publié son rapport sur les prévisions de dépopulation mondiale basées sur une mise à jour des chiffres de Deagel. Vous pouvez voir ses prédictions actualisées pour chaque pays. Il montre que les États-Unis perdront 70,2 % de leur population et le Royaume-Uni 78,5 % d’ici 2025.

Les prédictions de Deagel semblaient si farfelues en 2014 que certaines personnes ont accusé Deagel de participer à une opération psychologique. Mais peut-être que Deagel avait de bonnes sources pour étayer son analyse. Après tout, la Fondation Rockefeller avait publié son analyse « Lockstep » en 2010, garantissant pratiquement que les grandes pandémies anéantiraient des dizaines de millions de personnes, et Bill Gates, l’homme le plus riche du monde, était lui aussi bien avancé dans sa phase vaccinale en 2014, ayant délaissé quelques années plus tôt les ordinateurs pour se consacrer aux vaccins.

Bien sûr, nous savons que la première « ligne directrice » gravée sur le monument Georgia Guidestones stipule « Maintenir l’humanité à moins de 500 000 000 en équilibre perpétuel avec la nature », ce qui représente une réduction de plus de 90 % de la population de la planète. C’est un objectif qui semblait scandaleux jusqu’à ce que l’on prenne conscience de l’ampleur du poison mortel, puis de la perspective d’une famine mondiale et d’une troisième guerre mondiale, juste au-delà de l’horizon des titres des journaux quotidiens.

En résumé : Nous vivons des temps étranges, et je crois que c’est la fin des temps. Nous devons tous nous efforcer de nous endurcir physiquement, mentalement et émotionnellement pour ce qui attend l’Amérique au cours des trois prochaines années, tout en réalisant que le plus important est de nous endurcir spirituellement.

Que Dieu vous bénisse tous dans vos préparatifs.

Source