USA : La SOS du MI Jocelyn Benson prétend que sa « source » lui a dit que Trump voulait la faire arrêter pour trahison et l’exécuter.


La SOS du MI Jocelyn Benson prétend que sa « source » lui a dit que Trump voulait la faire arrêter pour trahison et l’exécuter.

Publié le 20.5.2022


La secrétaire d’État du Michigan, Jocelyn Benson, ment comme un arracheur de dents pour ne pas avoir à affronter la candidate républicaine conservatrice Kristina Karamo aux prochaines élections de 2022.

La dernière affaire de Jocelyn Benson, secrétaire d’État malhonnête du Michigan, qui ment entre ses dents, est peut-être la plus ridicule de toutes.

Le schéma de mensonges de Benson, financée par Soros, remonte au-delà de la fraude électorale de 2020, mais c’est par là que nous commençons.

Secrétaire d’État du Michigan Jocelyn Benson

En novembre 2021, malgré ses fréquentes et ferventes affirmations contre la possibilité de fraude électorale dans le Michigan et en général, Benson a été poursuivie pour avoir négligé son devoir de supprimer les électeurs morts de la liste électorale. Près de 26 000 personnes décédées figuraient encore sur les listes électorales, dont environ 4 000 étaient décédées depuis plus de 20 ans.

Elle a fait pression pour supprimer des mesures de protection strictes concernant le vote, telles que les cartes d’identité avec photo, et a ensuite refusé de témoigner devant le Sénat.

Elle a enfreint la loi lorsqu’elle a ordonné aux greffiers d’ignorer la loi sur la correspondance des signatures sur les bulletins de vote par correspondance lors des élections de 2020.

À lire aussi : USA : Hunter Biden a gagné 11 MILLIONS de dollars en 5 ans… et dépensait 200 000 $ par mois.

Elle a refusé de signer des affidavits de citoyens inquiets demandant un audit judiciaire de l’élection de 2020.

Elle a même menti sur l’existence de manifestants armés devant son domicile.

La seule chose qu’elle semble faire est de mentir sur l’élection de 2020 et de se recroqueviller.

Mais maintenant, les mensonges sont si ridicules que personne de sain d’esprit ne pourrait jamais les croire.

Elle prétend avoir entendu d’une source anonyme « proche » de la Maison Blanche du président Trump que ce dernier a suggéré de la juger pour trahison et de la faire exécuter. Les mots ne décrivent pas à quel point elle semble folle.

Bien sûr, ce mensonge le plus récent découle de sa peur d’affronter Kristina Karamo, la candidate du Michigan au poste de secrétaire d’État soutenue par le GOP et soutenue par Trump, qu’elle a déjà qualifié de criminelle ordinaire.

Karamo battrait Benson dans une élection équitable, de nombreux habitants du Michigan citant la sécurité des élections comme raison de leur préférence pour la candidate du GOP par rapport à l’actuelle secrétaire d’État. Benson le sait et, dans une tentative d’auto-victimisation digne d’un kidnapping de Whitmer, elle espère pouvoir attirer la sympathie des électeurs sur elle en invoquant la persécution politique. Mais personne ne pourrait être assez fou pour croire sincèrement son affirmation selon laquelle le président Trump voulait l’exécuter.

Karamo est le type de changement fort sur la fraude électorale dont le Michigan a besoin, et elle est exactement ce que Benson a le plus peur de rencontrer lors des Midterms.

Retour au Menu


Précédent : Poursuite judiciaire contre la malhonnête secrétaire d’État du Michigan, Jocelyn Benson… Un groupe juridique a trouvé près de 26 000 électeurs potentiellement morts sur les listes électorales… 4K sont morts depuis au moins 20 ans.

Publié le 5.11.2021

Un autre procès a été intenté contre la malhonnête secrétaire d’État du Michigan, Jocelyn Benson.

L’action en justice, déposée par la Public Interest Legal Foundation, accuse Benson d’avoir négligé son devoir de supprimer les électeurs morts des listes électorales en violation de la NVRA (National Voter Registration Act) du ministère de la Justice. La NVRA stipule clairement que les responsables électoraux doivent « mener un programme général qui fait un effort raisonnable pour supprimer les noms des électeurs inéligibles des listes officielles d’électeurs éligibles. »

Le groupe de surveillance a découvert un électeur inscrit qui est décédé il y a plus de vingt ans, mais qui figure toujours sur les listes électorales. Si elle était vivante aujourd’hui, elle aurait 100 ans.

Il a également découvert un autre électeur inscrit qui aurait 108 ans aujourd’hui s’il n’était pas mort il y a plus de vingt ans.

La Public Interest Legal Foundation a trouvé des nécrologies pour les deux femmes décédées dans le Detroit Free Press et l’une d’elles avait une image de sa pierre tombale en ligne.

Dans une déclaration écrite, J. Christian Adams, président de Public Interest Legal Foundation, a affirmé : « Cette affaire vise à garantir que les personnes inscrites décédées ne reçoivent pas de bulletins de vote ».

« Depuis plus d’un an, nous avons partagé des données spécifiques avec le bureau du secrétaire d’État du Michigan concernant le problème alarmant des personnes décédées inscrites sur les listes électorales du Michigan », a déclaré Adams, ajoutant que « le secrétaire Benson n’a rien fait pour résoudre le problème et refuse même de remettre les documents publics relatifs à ces défaillances. Le fait de ne pas supprimer les personnes inscrites décédées crée une possibilité de fraude et rend les élections du Michigan moins sûres. »

L’organisation non partisane, à but non lucratif et d’intérêt public Public Interest Legal Foundation a déposé hier une plainte contre la secrétaire d’État Jocelyn Benson devant le tribunal de district des États-Unis pour le district ouest du Michigan.

Après avoir analysé les listes électorales du Michigan et les registres de décès vérifiables, The Public Interest Legal Foundation a révélé qu’en août 2021 :

25 975 personnes potentiellement décédées sont inscrites sur les listes électorales du Michigan.

23 663 de ces inscrits décédés sont morts depuis cinq ans ou plus.
17 479 de ces inscrits décédés sont morts depuis au moins dix ans.
3 956 de ces personnes inscrites décédées sont décédées depuis au moins vingt ans.
L’action en justice accuse la défenderesse, la secrétaire d’État Jocelyn Benson, en tant que responsable des élections du Michigan, de violer les exigences suivantes de la section 8 de la NVRA (National Voter Registration Act) :

La section 8 de la NVRA exige que le Michigan « mène un programme général qui fait un effort raisonnable pour retirer les noms des électeurs non éligibles des listes officielles d’électeurs éligibles en raison, » entre autres, « du décès de la personne inscrite ».

La section 8 de la NVRA exige également que le Michigan « achève, au plus tard 90 jours avant la date d’une élection primaire ou générale pour un poste fédéral, tout programme dont le but est de retirer systématiquement les noms des électeurs non admissibles des listes officielles d’électeurs admissibles ».

Bien que l’article 8 de la NVRA interdise généralement aux États de radier des listes électorales les électeurs inéligibles dans les 90 jours précédant une élection primaire ou générale, le Congrès a autorisé la radiation des électeurs décédés.

Selon la loi du Michigan : Au moins une fois par mois, le greffier du comté doit transmettre au greffier de chaque ville ou canton du comté une liste de la dernière adresse connue et de la date de naissance de toutes les personnes de plus de 18 ans qui sont décédées dans le comté. Le greffier de la ville ou du canton doit comparer cette liste avec les registres d’inscription et annuler l’inscription de tous les électeurs décédés.

Les activités de tenue de liste du Michigan se sont avérées déraisonnablement inadéquates pour identifier de nombreux inscrits décédés, dont certains sont décédés depuis un nombre important d’années et ont été publiés dans les avis de décès des journaux. La Fondation a pu trouver des copies d’avis de décès et des photos de pierres tombales pour les personnes figurant sur la liste de la Fondation des inscrits probablement décédés.

Les activités du Michigan pour supprimer les noms des inscrits décédés de la liste des électeurs admissibles, supervisées par la défenderesse en sa qualité de responsable des élections de l’État, sont déraisonnables et inadéquates pour répondre aux obligations requises par la NVRA. La défenderesse ne suit pas les lois et procédures fédérales et étatiques existantes, et dans la mesure où elle le fait, ses efforts sont inadéquats.

Le procès contre Benson lui reproche d’ignorer la loi :

La mise en place d’un processus qui élimine systématiquement les personnes inscrites décédées n’est pas seulement une bonne idée, c’est la loi. 52 U.S.C. § 20507(a)(4)(A). Le fait que la Fondation ait été en mesure d’identifier plus de 25 000 inscrits décédés sur un échantillon prudent des F.V.Q. qu’elle a examinés, et que le Défendeur n’ait pas agi sur la base des informations fournies par la Fondation au cours de nombreux mois, démontre de façon catégorique que le Michigan n’a pas réussi à mettre en œuvre et/ou à mener de façon raisonnable un programme systématique de maintien des listes conforme à la loi fédérale exigeant que les électeurs décédés soient retirés des listes électorales.

Lorsque plus de 25 000 inscrits décédés sont identifiés sur le F.V.Q. et ne sont pas retirés pendant une période prolongée d’années, le programme de maintenance de la liste n’est pas seulement déraisonnable, il est défaillant.

En plus de se demander pourquoi tant d’électeurs décédés restent sur les listes électorales du Michigan, les électeurs du Michigan ont le droit de savoir combien de ces électeurs décédés ont voté aux élections de 2020 ?

La secrétaire d’État malhonnête du Michigan sera-t-elle tenue responsable de ses actes ?

Retour au Menu